Skip to main content

Les besoins d'aide alimentaire devraient atteindre leur maximum pendant la période de soudure en cours

  • Mise à jour des messages clés
  • Cameroun
  • Mai 2023
Les besoins d'aide alimentaire devraient atteindre leur maximum pendant la période de soudure en cours

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Les impacts du conflit et de l'insécurité sur la disponibilité et l'accès des ménages à la nourriture, exacerbés par les prix élevés des denrées alimentaires et les inondations saisonnières localisées, devraient conduire à des résultats de Stress (Phase 2 de l'IPC) et de Crise (Phase 3 de l'IPC) dans les régions de l'Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, de l'Adamawa et de l'Est jusqu'en septembre. Les prix des denrées alimentaires de base ont atteint un plateau entre avril et mai mais restent historiquement élevés, limitant le pouvoir d'achat des ménages et l'accès à la nourriture à un moment de l'année où la dépendance des ménages à l'égard du marché est la plus forte. Selon les données de FEWS NET pour le mois de mai, les prix des céréales de base et des haricots sont en hausse de 8 à 21 pour cent par rapport à la même période de l'année dernière et de 25 à 100 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale. Notamment, les prix des denrées alimentaires de base à Yaoundé et à Douala, en particulier ceux du riz importé, devraient rester plus élevés que sur les marchés de référence périurbains et ruraux en raison de la dépendance des ménages urbains à l'égard des denrées alimentaires achetées et de leur demande.

    • La population en situation de Crise (Phase 3 de l’IPC) dans certaines parties de la région de l’Extrême-Nord, en particulier dans les divisions du Logone et Chari, du Mayo Sava et du Mayo Tsanaga, devrait atteindre son maximum pendant la période de soudure entre juin et août. Des affrontements sporadiques entre les groupes armés et islamiques, des violences contre les civils, des pillages et des enlèvements continuent de perturber les activités des moyens d’existence, les flux commerciaux et le fonctionnement des marchés. Selon les dernières données de l'OIM, près de 3 000 ménages ont été déplacés à la suite d'affrontements à Mayo Moskota et Mayo Tsanaga en avril 2023. De nombreux ménages dans ces divisions ont déjà été soumis à de multiples déplacements en raison de l'insécurité et des inondations saisonnières, ce qui a largement érodé leurs capacités d'adaptation. Ces ménages devraient être confrontés à des déficits de consommation alimentaire modérés à graves jusqu'au début de la récolte sèche du sorgho, du maïs et des légumineuses en septembre.

    • Les résultats de Crise (Phase 3 de l'IPC) devraient rester généralisée dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest au moins jusqu'en juillet, les besoins d'assistance alimentaire étant susceptibles d'être les plus élevés au plus fort de la période de soudure en mai/juin. Des années consécutives de production inférieure à la moyenne, dues aux conflits et à l'insécurité, ont contribué à la hausse atypique des prix des denrées alimentaires de base. Les prix du maïs sont supérieurs de 23 pour cent à ceux de l'année dernière et ont presque doublé au cours des trois dernières années à Ndop, Bamenda, Nkambe, Wum et Buea. L'intensification des attaques séparatistes en mai a aggravé les difficultés d'approvisionnement du marché et provoqué de nouveaux déplacements de civils, des pertes en vie humaines et des enlèvements. Cependant, la récolte sèche du maïs, des haricots et des légumineuses en juillet devrait favoriser une transition vers des résultats Stress (Phase 2 de l'IPC) dans certaines zones où les niveaux de conflit ont été moins sévères, ce qui a permis de cultiver davantage.

    • Dans la division Mbere de la région d'Adamawa et dans les divisions Kadey et Lom et Djerem des régions bimodales de l'Est, où se concentrent la plupart des réfugiés de la République centrafricaine, les ménages pauvres des réfugiés et des communautés d'accueil continuent de gagner de faibles revenus par rapport aux prix élevés des denrées alimentaires de base, en raison de l'augmentation de l'offre de main-d'œuvre et de la concurrence pour les emplois et les ressources naturelles. Compte tenu de la dépendance accrue à l'égard du marché au plus fort de la période de soudure (mai/juin) et de la diminution du pouvoir d'achat, les résultats de Stress (Phase 2 de l'IPC) persistent au niveau de la zone et certains ménages très pauvres sont susceptibles d’être en Crise (Phase 3 de l'IPC). Les disponibilités alimentaires des ménages devraient généralement s'améliorer lorsque la récolte sèche du maïs, des racines et des tubercules commencera en juillet, ce qui réduira le nombre de personnes en situation de Crise (Phase 3 de l'IPC). Toutefois, étant donné que la production et les revenus des réfugiés et des ménages pauvres des communautés d'accueil devraient être inférieurs à la moyenne, il est probable que les résultats de Stress (Phase 2 de l'IPC) persisteront.

    Citation recommandée : FEWS NET. Cameroun Mise à jour des messages clés Mai 2023 : Les besoins d'aide alimentaire devraient atteindre leur maximum pendant la période de soudure en cours, 2023.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top