Skip to main content

Certaines parties du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun resteront en Crise pendant la période des récoltes

  • Mise à jour des messages clés
  • Cameroun
  • Juillet 2023
Certaines parties du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun resteront en Crise pendant la période des récoltes

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Des résultats de Minimale (Phase 1 de l'IPC) sont attendus dans la majeure partie du Cameroun, car la récolte de la campagne principale a commencé dans les zones bimodales et unimodales du sud du pays. Bien que la récolte soit légèrement inférieure à la moyenne, les stocks de maïs, haricots et pommes de terre irlandaises sont suffisants pour améliorer la disponibilité et la diversité des aliments au niveau des ménages. Entre-temps, les cultures se poursuivent dans la zone nord, où la récolte commence généralement en octobre. Dans la plupart des régions du nord, la demande de main-d'œuvre pour le désherbage du maïs, du sorgho, des arachides et du coton augmente les revenus des ménages. Cependant, en raison de l'arrivée tardive des pluies dans les divisions du Logone-et-Chari, du Diamaré, du Mayo-Sava et du Mayo-Danay, de nombreux agriculteurs doivent replanter leurs champs. Cela augmentera probablement les coûts de production et retardera les récoltes jusqu'au début du mois de novembre, allongeant ainsi la période de soudure.

    • Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest devraient connaître des résultats de Stress (Phase 2 de l'IPC) et de Crise (Phase 3 de l'IPC) pendant les périodes de récolte et d'après récolte. Dans l'ensemble, les restrictions d'accès des ménages aux terres agricoles liées aux conflits, les déplacements de population et les prix élevés des intrants limitent la disponibilité alimentaire et l'accès des ménages à la nourriture. En outre, le nombre d'événements violents a augmenté en juin et juillet dans les divisions de Mezam, Boyo et Ngoketungia (Nord-Ouest) et dans certaines parties de Fako (Sud-Ouest), ce qui a entraîné de nouveaux déplacements de population et des déficits de production localisés pour la septième année consécutive. Les zones les plus touchées comprennent Menchum, certaines parties des divisions de Mezam, Momo, Boyo, Ndian et Lebialem, où la production agricole a diminué de plus de 30 pour cent par rapport aux années précédant le conflit. Toutefois, la superficie cultivée s'est légèrement améliorée par rapport à l'année dernière, grâce à l'augmentation du nombre de rapatriés.

    • Des résultats de Crise (Phase 3 de l’IPC) sont attendus dans les divisions de Mayo-Tsanaga, Mayo-Sava et Logone-et-Chari de la région de l'Extrême-Nord jusqu'à la fin de la période de soudure en septembre. Selon les informateurs clés, les ménages pauvres touchés par l'insurrection et le conflit intercommunautaire continuent d'emprunter ou de mendier de la nourriture et/ou de l'argent pour acheter de la nourriture et de réduire les portions de repas pour faire face aux écarts de consommation. Les stocks anormalement bas des ménages, leurs revenus inférieurs à la moyenne et l'augmentation des prix des denrées alimentaires sont les principaux facteurs qui réduisent l'accès des ménages à la nourriture. L'arrivée de la principale saison des récoltes, entre octobre et novembre, améliorera l'accès des ménages à la nourriture et aux revenus, mais la production devrait être inférieure à la moyenne en raison des effets du conflit. 

    • Dans les régions de l'Est et de l'Adamawa, des résultats de Stress (Phase 2 de l'IPC) et de Crise (Phase 3 de l'IPC) pour certains ménages sont attendues tout au long des périodes de récolte et d'après récolte. Les disponibilités et l'approvisionnement des marchés des ménages en arachides fraîches et en maïs augmentent, mais les prix des denrées de base locales continuent d'augmenter (en particulier le maïs sec et le manioc) de 20 pour cent en moyenne dans les divisions de Mbere (Adamawa), Kadey, et Lom et Djerem (Est). Ces régions accueillent également la plupart des réfugiés de la République centrafricaine, ce qui accroît la demande de denrées alimentaires. Toutefois, grâce à l'amélioration de l'accès et de l'utilisation des aliments divers fraîchement récoltés et à la vente des excédents, de nombreux ménages verront probablement leurs résultats s'améliorer, passant de Crise (Phase 3 de l’IPC) à Stress (Phase 2 de l’IPC). 

    • En raison de l'approvisionnement quasi moyen des marchés en produits frais récoltés localement dans la zone sud et d'une baisse de la demande due à l'augmentation des disponibilités alimentaires des ménages pendant la récolte, les prix des aliments de base baissent de façon saisonnière sur la plupart des marchés de la zone sud. Cependant, dans les zones de conflit difficiles d'accès, les prix des denrées de base ont augmenté ou n'ont pas baissé de façon saisonnière. Par exemple, les prix du maïs et des haricots ont augmenté de façon atypique, de 10 et 8 pour cent, respectivement, à Wum dans la division de Menchum (région Nord-Ouest) par rapport à l'année dernière. Dans l'Extrême-Nord, les prix du maïs ont augmenté de 8 pour cent, ceux du sorgho de 13 pour cent et ceux des arachides de 25 pour cent en moyenne par rapport à juin dernier. 

    • Dans certaines villes frontalières, la suppression des subventions aux carburants au Nigéria a initialement entraîné des réductions de l'offre et des augmentations du prix de l'essence et du diesel importés de manière informelle, qui étaient très demandés. Bien que les coûts de transport aient légèrement augmenté, les prix des produits alimentaires et non alimentaires n'ont pas encore été affectés de manière significative au Cameroun. Toutefois, une hausse de l'inflation au Nigeria devrait accroître la demande d'exportations de produits alimentaires et non alimentaires de base en provenance du Cameroun, qui sont actuellement interdites, ce qui entraînera probablement des exportations illicites et une hausse de leurs prix lorsque les conditions routières s'amélioreront de manière saisonnière entre novembre et décembre.

    Citation recommandée : FEWS NET. Cameroun Mise à jour des messages clés, Juillet 2023. Certaines parties du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun resteront en Crise pendant la période des récoltes, 2023.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top