Skip to main content

Dans les zones de conflit, les résultats de la crise (phase 3 de l'IPC) devraient se répandre à partir de février

  • Mise à jour des messages clés
  • Cameroun
  • Janvier 2024
Dans les zones de conflit, les résultats de la crise (phase 3 de l'IPC) devraient se répandre à partir de février

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Les résultats au niveau de la zone pour les divisions de Logone-et-Chari, Mayo-Sava et Mayo-Tsanaga dans la région de l'Extrême-Nord devraient se détériorer et passer de la phase de stress (IPC phase 2) à la phase de crise (IPC phase 3) à partir du mois de février. Les saisons consécutives de récoltes céréalières inférieures à la moyenne causées par le conflit et l'insécurité continuent de limiter les disponibilités alimentaires au niveau des ménages, beaucoup d'entre eux étant incapables de satisfaire leurs besoins alimentaires de base à partir de leur propre production, comme c'était le cas avant le conflit. En outre, la dépendance à l'égard du marché pour les céréales de base s'est considérablement accrue en raison de l'épuisement précoce des stocks de céréales. Cette situation, combinée à la hausse des prix des denrées alimentaires, contraint de nombreux ménages pauvres à adopter des mécanismes de survie négatifs et devrait encore se détériorer au début de la période de soudure, en juin, lorsque la dépendance à l'égard des marchés pour les denrées alimentaires augmentera et que les prix des denrées alimentaires grimperont encore. En conséquence, une proportion croissante de la population devrait être confrontée à une situation de crise (phase 3 de l'IPC). 
    • Dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest, les résultats de la crise au niveau de la zone (phase 3 de l'IPC) persistent depuis novembre, des mois avant la période de soudure, en raison du conflit en cours, de l'insécurité, de la dépendance accrue à l'égard des achats de nourriture et des prix élevés des denrées alimentaires. Les prix de la plupart des cultures céréalières augmentent et sont supérieurs à la moyenne sur tous les marchés surveillés par FEWS NET. Dans la ville de Bamenda, les prix du riz importé sont, en moyenne, 10 pour cent plus élevés que l'année dernière et plus de 35 pour cent plus élevés que le prix moyen en 2020. Les marchés ruraux connaissent des tendances de prix du riz plus élevés en raison des coûts de transport plus importants et des ruptures d'approvisionnement liées à l'insécurité. Ces prix atypiquement élevés devraient pousser davantage de ménages à entrer en crise (phase 3 de l'IPC), nombre d'entre eux étant contraints de réduire la fréquence de leurs repas et de recourir davantage à l'endettement. La population en situation de crise devrait encore augmenter pendant le pic de la période de soudure, entre mars et mai. Une petite proportion de ménages dont les moyens de subsistance sont gravement détériorés devrait connaître une situation d'urgence (phase 4 de l'IPC) et aura probablement recours à la vente des actifs productifs restants ou à la mendicité. 
    • Des résultats stressants (phase 2 de l'IPC) sont attendus jusqu'en mai 2024 dans les divisions accueillant le plus de réfugiés de la République centrafricaine : Mberé (Adamawa), Kadey et Lom-et-Djerem (Est). La présence de réfugiés a augmenté la demande de produits de première nécessité et d'aliments de base, faisant grimper les prix bien au-dessus de la moyenne et exerçant une pression sur les moyens de subsistance des ménages d'accueil. L'augmentation des coûts du carburant et du transport fait également grimper les prix des denrées alimentaires. L'offre excédentaire de main-d'œuvre et la concurrence accrue pour les ressources naturelles et les possibilités d'emploi ont réduit les salaires journaliers de 20 à 30 pour cent par rapport à une année normale. Les revenus tirés du petit commerce et de la vente de bois de chauffage et de charbon de bois restent limités en raison du manque de capital de départ. De nombreux ménages de réfugiés et d'accueil ne peuvent satisfaire que leurs besoins alimentaires minimaux et ont du mal à faire face aux dépenses non alimentaires essentielles. Les ménages très pauvres (principalement des réfugiés) sont probablement confrontés à la crise (phase 3 de l'IPC), bien qu'ils représentent moins de 20 pour cent de la population au niveau de la division. Ces ménages sont susceptibles de prendre des mesures d'adaptation sévères, telles que le retrait des enfants de l'école et la consommation des stocks de semences pour la saison agricole 2024. 
    • À Yaoundé et à Douala, on s'attend à ce que les résultats stressants (phase 2 de l'IPC) persistent. Dans ces villes où la plupart des ménages pauvres dépendent de l'achat de nourriture, l'augmentation saisonnière et supérieure à la moyenne des prix des denrées alimentaires de base devrait continuer à entraîner des réactions négatives, telles que la réduction des portions et du nombre de repas, ainsi que des dépenses pour les besoins non alimentaires. En l'absence de conflit ou d'insécurité dans le reste du pays, les ménages devraient continuer à souffrir d'une insécurité alimentaire aiguë minimale (phase 1 de l'IPC) jusqu'à la mi-2024. Malgré la hausse des prix, de nombreux ménages pauvres dans les zones sans conflit seront probablement en mesure de maintenir un accès normal à la nourriture et aux besoins non alimentaires essentiels sans avoir recours à des stratégies d'adaptation non durables. Cela est dû à la disponibilité moyenne de la production propre et des revenus provenant de sources typiques. 

    Citation recommandée: FEWS NET. Cameroun Mise à jour des messages clés Janvier 2024: Dans les zones de conflit, les résultats de la crise (phase 3 de l'IPC) devraient se répandre à partir de février, 2024.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top