Skip to main content

L’insécurité alimentaire aigue Crise (Phase 3 de l’IPC) persiste dans les zones de forte présence de déplacés

  • Mise à jour des messages clés
  • Burkina Faso
  • Septembre 2020
L’insécurité alimentaire aigue Crise (Phase 3 de l’IPC) persiste dans les zones de forte présence de déplacés

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • L’évolution de la pluviométrique reste satisfaisante avec des cumuls saisonniers dans l’ensemble supérieurs à la moyenne. La physionomie des cultures est bonne avec un début de floraison du sorgho et du mil et une apparition de nouvelles récoltes pour le maïs, le niébé et le fonio. Cependant, en plus de la réduction des superficies emblavées dans la moitié nord et à l’est du fait de l’insécurité, les inondations localisées qui ont touché 71341 personnes (CONASUR, septembre 2020) pourraient réduire les rendements des cultures réalisées dans les basfonds exceptés, les cultures de riz. Cette pluviométrie favorise néanmoins un bon niveau de remplissage des points d’eau et un développement normal des pâturages.

    • Les prix des céréales ont connu des variations à la hausse au mois d’août par rapport à la même période de l’année passée. Des hausses modérées (30-50 pourcent) sont observées pour le mil et le sorgho dans les zones de force présence de PDI (Djibo, Dori). Des hausses élevés (50-70 pourcent) sont observées à l’est du pays (Namounou, Diapaga) pour le maïs et le sorgho. Les achats locaux des ONG au profit des PDI, les flux sortants plus importante vers le Niger, ont entrainé une baisse des stocks commerçants et une réduction de l’offre sur l’ensemble des marchés. A ces facteurs s’ajoute l’augmentation des coûts de transport suite à la dégradation du réseau routier avec l’intensification des pluies.  Néanmoins comparativement à la moyenne quinquennale, les prix sont stables ou en hausse légère. L’accès aux nouvelles récoltes et l’assistance humanitaire en cours, contribuent à réduire la dépendance des ménages des marchés.

    • L’assistance alimentaire réalisée au mois d’août a touché moins de 20 pourcent de la population totale dans les provinces de la région du Sahel, a cause de l’insécurité, et l’insécurité alimentaire aigue Crise (Phase 3 de l’IPC) persiste dans cette zone et dans les provinces voisines des régions du Centre-Nord et du Nord. Par ailleurs, les déplacements de population et la fermeture de 41 pourcent des centres de santé continuent de limiter la prévention de la malnutrition aigüe au profit des enfant de moins de cinq ans. En effet, au premier semestre, les admissions de MAM et de MAS ont représenté seulement 23 et 29 pourcent respectivement des cas attendus dans la région du Sahel.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top