Skip to main content

Un accroissement accéléré des déplacements internes de populations du fait de l’insécurité

  • Mise à jour des messages clés
  • Burkina Faso
  • Mai 2019
Un accroissement accéléré des déplacements internes de populations du fait de l’insécurité

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Suite à la détérioration accélérée de la situation sécuritaire, le pays compte désormais 161 217 déplacés internes (OCHA/CONASUR, 6 mai 2019), soit le double comparé au début d’année. Ces déplacements se retrouvèrent principalement dans les régions du Sahel et du Centre-Nord, où les groupes armés ont élargi leurs exactions à l’endroit des civiles avec en moyenne plus de 30 incidents par mois. Dans la province du Soum et dans le nord de la province du Sanmatenga, les déplacés représentent environ 19 pour cent pour cent de la population et son dépendants de l’assistance humanitaire qui a couvert 32 pour cent d’entre eux les deux mois passés. Les ménages de ces zones (PDI et hôtes) sont en Stresse (Phase 2 !) et sans cette assistance, ils seront en insécurité alimentaire aigue Crise (Phase 3 de l’IPC). Toutefois, leur effectif n’est pas assez pour changer le phasage de la zone.

    • Dans l’extrême-nord du pays, les marchés locaux ne sont plus régulièrement approvisionnés à partir des zones habituelles du pays, car malgré le changement de circuit, les transporteurs se trouvent souvent bloqués à Dori, en attente d’une sécurisation des axes. Néanmoins, les prix des denrées de base, restent similaires ou en dessous de la moyenne quinquennale, en partie favorisé par l’assistance dans les zones de forte présence de PDI et en raison des productions supérieurs de la saison écoulés dans les zones où les ménages ont accès à leurs stocks. Sur les marchés à bétail centraux de Dori et de Djibo qui fonctionnement assez bien, les termes de l’échange bouc/mil connaissent une amélioration de 25 pour cent à Djibo, mais une détérioration de 19 pour cent à Dori comparativement à la moyenne des cinq dernières années.

    • Outre les déplacements forcés, les menaces répétées des groupes armés empêchent les ménages de conduire comme d’habitude, les activités génératrices de revenus de l’orpaillage, du commerce du bétail et du petit commerce. De même, les acteurs humanitaires ont un accès de plus en plus limité aux zones de forte présence de PDI, ce qui pourrait entraver au cours des prochains mois la mise en œuvre des actions planifiées pour la période de soudure.  

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top