Skip to main content

La persistance des blocus accentue les écarts de consommation dans l’extrême nord.

  • Mise à jour des messages clés
  • Burkina Faso
  • Juillet 2022
La persistance des blocus accentue les écarts de consommation dans l’extrême nord.

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Au-delà des exactions sur les populations civiles, les infrastructures routières constituent de plus en plus les cibles des groupes armés militants, empêchant ainsi l’approvisionnement des marchés principaux et accentuant les conséquences des blocus sur les ménages dans l’extrême nord du pays. Dans les provinces du Soum, de l’Oudalan et dans les communes environnantes, les ménages pauvres et les déplacés internes sont contraints d’intensifier et de multiplier les écarts extrêmes de consommation  et des stratégies extrêmes sur les moyens d’existence et vivent en insécurité alimentaire aigüe Urgence (Phase 4 de l’IPC).

    • Dans l’ensemble, l’installation de la saison des pluies a été précoce ou à temps dans le pays. Depuis la première décade de juillet, les pluies sont régulières et permettent l’intensification des opérations de semis, surtout dans les zones accessibles. L’insécurité et les difficultés d’accès aux engrais sont les facteurs majeurs qui limitent les emblavures.

    • Dans les principales zones de production du coton et du maïs, on observe une forte pression de la demande d’engrais par les producteurs. La subvention de l’état étant insuffisante et en retard, les gros producteurs mettent sur le marché leurs stocks résiduels de maïs pour acheter des engrais et produits phytosanitaires deux fois plus chers que d’habitude. Mais les revenus issus de cette vente sont inférieurs à la moyenne en raison de la baisse des productions de la saison écoulée. Ils réduisent ainsi les superficies de céréales et les substituent par les légumineuses.

    • En cette période de pic de la soudure, la dépendance des ménages des marchés pour leur alimentation est plus forte que d’habitude. Les prix des céréales de base ont maintenu des niveaux atypiquement élevés par rapport à l’année passée et à la moyenne quinquennale, respectivement : 45 et 75 pour cent pour le maïs, 63 et 73 pour cent pour le mil, 74 et 85 pour cent pour le sorgho. Les prix des denrées de base ont plus que doublé par rapport à la moyenne dans les zones sous blocus, notamment sur les marchés de Titao, Djibo et Markoye. Les prix du bouc sont en baisse de 22 et 23 pour cent respectivement sur le marché de Dori et de Gorom-Gorom comparé à l’année passée et les termes de l’échange bouc/mil se sont également dégradés respectivement de 43 et 50 pour cent par rapport à la normale.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top