Skip to main content

Une insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 ! de l’IPC) dans le nord du pays grâce à l’assistance en cours

  • Mise à jour des messages clés
  • Burkina Faso
  • Juillet 2018
Une insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 ! de l’IPC) dans le nord du pays grâce à l’assistance en cours

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Nonobstant des cumuls pluviométriques saisonniers entre le 1er avril et le 10 juillet, globalement déficitaires sur la majeure partie du pays, la bonne répartition spatiale des pluies au cours de la première décade de juillet a permis une intensification des opérations de semi. Dans la moitié sud du pays, les prospections des services phytosanitaires ont relevé plus de 17 000 ha de cultures (maïs et sorgho principalement) attaqués par la chenille légionnaire avec des taux d’infestation moyens de 60 pour cent pour cent. A peine 40 pourcent pour cent de ces superficies ont bénéficié d’un traitement chimique par insuffisance de produit. Par ailleurs, on assiste à une recrudescence de la maladie de fièvre aphteuse bovine dans toutes les régions avec un taux de morbidité dépassant 8 pour cent.

    • Les opérations de distribution de vivres et de vente à prix subventionné de céréales, favorisent la mise à marché des stocks commerçants et par conséquent un approvisionnement moyen des marchés. Néanmoins, en comparaison à la moyenne des cinq dernières années, les prix des céréales de base continuent d’être en hausse, moyenne de 16 pour cent pour le maïs, 26 pour cent pour le mil et 22 pour cent pour le sorgho. Des hausses atypiques dépassant 30 pour cent sont observées sur quelques marchés aussi bien dans les zones de grande production (Djibasso, Douna, N’Dorola, Faramana, Diapaga) que dans les zones structurellement déficitaires du nord (Dori, Gorom-Gorom, Titao, Gayéri).

    • L’assistance alimentaire en cours (distribution de vivres par le PAM et le CONASUR, la distribution de cash par le PAM, la FAO et les ONGs) et concentrée dans les zones de moyens d’existence 8 ; 7 et 5, touche respectivement 37 ; 26 et 24 pour cent des populations pauvres et répond au moins à 92 pour cent de leur besoin. Grace à ces interventions et aussi à l’opération de vente de céréales à prix subventionné et à la disponibilité de produits de cueillette, la majorité des ménages pauvres ont accès à deux repas par jour. Toutefois, du fait que leur dépendance des marchés a été plus longue et difficile, ils ont vendu plus d’animaux que d’habitude. Ce qui limite leurs moyens d’existence et les place en insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 ! de l’IPC).

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top