Skip to main content

La détérioration de la situation sécuritaire perturbe le fonctionnement normal des marchés dans le nord du pays

  • Mise à jour des messages clés
  • Burkina Faso
  • Janvier 2019
La détérioration de la situation sécuritaire perturbe le fonctionnement normal des marchés dans le nord du pays

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Depuis le troisième trimestre de 2018, les menaces et attaques terroristes se sont multipliées dans le pays, en particulier dans les régions du Sahel, de l’Est, de la Boucle du Mouhoun et du Nord, présentement en état d’urgence décrété par le gouvernement. A ces incidents se sont ajoutées en début du mois des conflits de nature communautaire qui ont fait plus de 12000 déplacés internes (PDIs) dans la région du Centre-Nord, augmentant ainsi le nombre de PDIs à plus de 60000 dans le pays.

    • Dans les provinces frontalières avec le Mali et le Niger, la récurrence des attaques terroristes limite la fréquentation des marchés de produits agricoles et de bétail par les acheteurs étrangers. Si au niveau national, les prix moyens des céréales sont restés globalement stables comparativement à la moyenne quinquennale, dans ces zones frontalières (Djibo, Dori, Gorom Gorom et Gayéri), les niveaux des prix des denrées de base demeurent légèrement à modérément (9 à 24 pour cent) au-dessus de la moyenne quinquennale.

    • Néanmoins, à la veille des fêtes de fin d’année, la demande d’animaux est restée habituelle, ce qui a contribué à l’amélioration du niveau des prix comparativement à la moyenne quinquennale, avec des hausses modérées de 32 et 25 pour cent respectivement pour le bélier et le bouc sahéliens. En conséquence, les termes de l’échange bouc/mil sont restés similaires à la normale, excepté une baisse de 15 pour cent sur le marché de Gorom-Gorom.

    • Avec des niveaux de stocks moyens à supérieurs à la moyenne, la majorité des ménages pauvres, à l’exception des PDIs et des réfugiés (dépendants de l’assistance et des marchés), ont accès à trois repas par jour comme habituellement (SAP, Rapport mission conjointe, décembre 2018). Du fait de l’insécurité, ils ont un accès limité aux sites d’orpaillage dans les zones frontalières. Par contre, les activités de maraichage de déroulement normalement. Par ailleurs, la vente des produits de rente (sésame, arachide, produits forestiers) à des prix similaires ou légèrement supérieurs à la moyenne, continue de procurer des revenus aux ménages.  

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top