Skip to main content

Maintien du niveau atypiquement élevé des prix des céréales de base

  • Mise à jour des messages clés
  • Burkina Faso
  • Janvier 2018
Maintien du niveau atypiquement élevé des prix des céréales de base

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • La majorité des ménages pauvres disposent encore de leur propre production pour assurer une alimentation normale. Les producteurs, de plus en plus tournés vers la vente groupée de leurs produits (système de warrantage), observent de la prudence à mettre sur le marché leurs stocks. Ainsi, l’offre sur le marché est faible que d’habitude et la demande plus forte en réponse aux appels d’offres institutionnels. En conséquence, les prix des céréales de base sont en hausse, en moyenne de 9 pour cent pour le maïs, 19 pour cent pour le mil et 13 pour cent pour le sorgho, comparativement à la moyenne quinquennale.

    • Dans la moitié nord du pays (zones de moyens d’existence 5,7 et 8), zone structurellement déficitaire et approvisionnée par les régions de l’Ouest, les hausses de prix des denrées de base comparée à la moyenne quinquennale, atteignent 29 pour cent pour le mil sur le marché de Dori, 30 pour cent pour le sorgho sur le marché de Bogandé. L’orpaillage et le maraichage qui mobilisent les ménages depuis la fin des récoltes, se déroulent dans un contexte de prix stables pour le gramme d’or (autour de 25 000 F CFA) et la caisse de tomate (20 000 F CFA). Ce qui pourrait favoriser des revenus moyens pour les ménages.

    • Le nombre de personnes déplacées internes continue de croitre en raison de la persistance des menaces terroristes dans l’extrême-nord du pays.  De 5000 environ en novembre dernier, le recensement en cours par les services de l’action sociale et leurs partenaires, indique plus de 8000 déplacées. Ce chiffre reste provisoire car le recensement est attendu dans certains villages des communes de Nassoumbou et de Koutougou (dans la province du Soum). Par ailleurs, le déficit fourrager enregistré dans cette zone et dans les pays voisins, va entrainer une pression plus forte sur les ressources autour des mares et dans les zones plus au sud.

    • En résumé, si l’autoproduction permet aux ménages pauvres d’être actuellement en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC), la dégradation des termes de l’échange en raison du niveau atypiquement élevé des prix des céréales, pourra exposer ces ménages dès avril, à une situation de Stress (Phase 2 de l’IPC), en particulier dans la zone de moyen d’existence 8.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top