Skip to main content

Des longs délais entre les approvisionnements mettent la pression sur les maigres ressources dans les zones inaccessibles

  • Mise à jour des messages clés
  • Burkina Faso
  • Mai 2024
Des longs délais entre les approvisionnements mettent la pression sur les maigres ressources dans les zones inaccessibles

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • En mai, environ 30 localités au nord et à l’est du Burkina Faso restent encore non accessibles que par escorte militaire ou par hélicoptère. Bien que le rayon de sécurité autour de certaines zones clés comme Djibo se soit amélioré depuis le début de l’année, les ménages dépendent toujours du marché ou de l'aide humanitaire pour la majorité de leurs besoins alimentaires dans cette période du début de la soudure. Bien que l'hypothèse la plus probable reste que les marchés seront approvisionnés en moyenne tous les trois mois, les retards dans les convois d'approvisionnement des marchés qui se prolongent au-delà de cette période risquent d'entraîner une augmentation rapide de la population confrontée à des résultats de Crise (Phase 3 de l’IPC) à pire. Selon les tendances observées depuis début de l’année 2023, quand il y a des délais d'approvisionnement par convoi ou des pauses dans l'assistance humanitaire durant plus de 3 à 4 mois, des pénuries alimentaires s’accroissent sur le marché. Compte tenu de la situation volatile dans le nord du Burkina Faso et de la précarité de l'accès des ménages à la plupart des sources de nourriture et de revenus, FEWS NET continuera à mettre à jour son analyse des différentes zones inaccessibles sur une base mensuelle.
    • Dans la province de l’Oudalan, bien que les convois sous escorte ne soient plus nécessaires pour ravitailler le marché principal de Gorom-Gorom, la plupart des ménages ne disposent pas d’assez de revenu pour acheter la nourriture sur le marché. En mai, un accroissement de ménages qui font recours à la recherche accentuée de l’herbe et de bois de chauffe destinée à la vente ainsi que celle de l’eau afin de disposer de revenus pour l’achat de céréales sur le marché est observé. Certains ménages déplacés sont contraints de retourner dans leurs villages d’origine, où ils espèrent plus d’opportunités d’accès aux produits sauvages. Les informateurs clés signalent que les stocks issus de l’assistance alimentaire délivrée entre novembre 2023 et février 2024 sont épuisés malgré la gestion rigoureuse des ménages. De plus, les informateurs clés signalent une augmentation des cas de mendicité et de signes visibles de malnutrition chez les enfants et les femmes enceintes ou allaitantes. A cela s’ajoute les vagues de chaleur qui fragilisent d’avantage l’état de santé des personnes âgées déjà affaiblis pour le déficit alimentaire car souvent contraintes de limiter leur consommation au profit des enfants. Les pauvres sont exposés à l’Urgence (Phase 4 de l’IPC). 
    • Dans la commune de Djibo dans le Soum, le Gouvernement a pu renforcer ses stocks à Djibo avec le ravitaillement par escorte en avril 2024. La distribution gratuite de vivres en cours bénéficie au moins à la moitié de la population de cette ville et satisfait au moins à 50 pour cent de leurs besoins pour le mois de mai. En outre, avec la vente de céréales à prix subventionné, les revenus issus des transferts monétaires reçus de proches et du petit commerce, de la vente de bois et de l’eau permettent à la majorité des ménages parviennent d’acquérir un sac de 50 Kg de maïs. Ces deux opérations contribuent à réduire leur recours au marché, ce qui va favoriser la prolongation de la durée des stocks commerçants au-delà des trois prochains mois, selon les informateurs clés. Néanmoins, suite au ralentissement des activités de production maraichère autour du barrage, les populations continuent de limiter le nombre et la quantité des repas et restent exposées à l’insécurité alimentaire aigue Crise ! (Phase 3 ! de l’IPC). 
    • Dans la commune de Titao dans le Loroum, le maraichage autour du barrage de Titao représentait une source importante de nourriture pour les ménages pauvres. Toutefois, le tarissement du barrage en avril et les ménages pauvres limitent les portions de repas, et passent régulièrement des journées entières sans manger. Selon les informateurs clés, bien qu’environ 40 pour des ménages PDI et 25 pour de ménages hôtes bénéficient mensuellement de transfert monétaire de la part de proches, ces revenus ne suivent pas pour combler le manque à gagner liée à l’absence d’acheteurs étrangers et la baisse de la production maraîchère.  En outre, les revenus de la vente réalisées pendant la dernière escorte de transporteurs il y a maintenant trois mois sont épuisés ou insuffisants pour faire des achats de céréales à prix élevé sur le marché.  Certes, l’activité de maraichage est entrain de reprendre à la faveur des pluies précoces enregistrées au cours de ce mois, mais les ménages doivent encore attendre le mois prochain pour avoir les premières récoltes de légumes. Les ménages pauvres de la zone restent ainsi exposés a l’Urgence (Phase 4 de l’IPC).  
    • Dans les autres zones à fort défis sécuritaire, les marchés demeurent tributaires de l’approvisionnement par escorte sécurisé, même si pour certaines villes du Sahel (Dori, Gorom-Gorom), les acteurs arrivent à emprunter des pistes secondaires en l’absence des escortes militaires. Cette option sera toutefois réduite avec l’installation des pluies rendant impraticable les routes.  L’offre sur les marchés demeure satisfaisante dans l’ensemble et les prix des céréales de base étaient en avril environ 30 pour cent au-dessus de la moyenne quinquennale, mais similaires à ceux de l’année dernier. Cependant, en raison des difficultés d’approvisionnement et des coûts élevés de transport, des niveaux atypiques de prix au-dessus de la moyenne quinquennale persistent en particulier sur les marchés de Kompienga et de Sebba avec des variations respectives de 103 pour cent pour le maïs et 98 pour cent pour le sorgho. La commune de Sebba demeure en Urgence (Phase 4 de l’IPC) tant que les autres zones restent en Crise (Phase 3 de l’IPC). 

    Citation recommandée: FEWS NET. Burkina Faso Mise à jour des messages clés Mai 2024: Des longs délais entre les approvisionnements mettent la pression sur les maigres ressources dans les zones inaccessibles, 2024.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top