Skip to main content

L’assistance alimentaire demeure indispensable pour la survie des ménages pauvres à Djibo

  • Mise à jour des messages clés
  • Burkina Faso
  • Mai 2023
L’assistance alimentaire demeure indispensable pour la survie des ménages pauvres à Djibo

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Dans les zones sous blocus, difficiles d’accès pour l’approvisionnement des marchés et dans lesquelles les populations voient leurs avoirs s’érodés, l’assistance alimentaire est devenue essentielle pour la survie. Elle s’est particulièrement renforcée dans la commune de Djibo depuis le mois de mars avec une couverture moyenne mensuelle atteignant plus de 50 pour cent de la population et ciblant au moins 50 pour cent de leurs besoins. Malgré tout, la majorité des PDIs et des ménages pauvres hôtes continuent d’avoir des gaps importants de consommation en essayant de préserver le plus longtemps l’aide reçue.  Au moins 20 pour cent parmi eux continuent de présenter des signes visibles de malnutrition et restent exposés à l’insécurité alimentaire aigue Urgence (Phase 4 de l’IPC). Dans les communes de Arbinda, Kelbo, Sebba, Solhan, Bourzanga, Sollé, Markoye, et Gorom-Gorom, il est probable que des personnes soient dans une situation de Catastrophe (Phase 5 de l’IPC).

    • Dans le nord de la province de l’Oudalan, les exactions des groupes terroristes intervenues au cours de ce mois ont entrainé le déplacement de la population de la commune de Oursi vers la ville de Gorom-Gorom qui comptaient déjà en fin mars près du tiers de la population de la province.  L’assistance alimentaire y touche moins de 20 pour cent de la population. De plus, elle n’est pas délivrée dans la commune de Markoye depuis le début de l’année. Avec l’augmentation de la pression de la demande, les produits de cueillette ne sont plus disponibles à proximité des villes et les femmes sont obligées de parcourir des distances plus longues et de passer plus d’une journée en brousse à la recherche de bois de chauffe pour la vente et de feuilles sauvages.  En plus du déficit alimentaire, ces longues distances les épuisent physiquement. Des déficits extrêmes contraignent aussi les personnes âgées à réduire les activités physiques et les enfants pleurent le plus souvent par manque de nourriture.

    • L’offensive en cours des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et des Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) contre les groupes terroristes pousse ces derniers à multiplier les actions punitives contre les populations civiles qu’ils accusent de complicité.  En plus du contrôle et des attaques le long des principaux axes d’approvisionnement dans les régions du Sahel, du Nord, du Centre-Nord, de l’Est, du Centre-Est et de la Boucle du Mouhoun, les groupes terroristes tentent d’empêcher l’accès des ménages à leurs champs pour les activités agricoles à venir. Aussi, des localités dans les zones de production de l’ouest du pays qui étaient jusque-là plus calmes, font face à l’accroissement du nombre de PDIs dont la plupart habite dans des ménages hôtes avec lesquels ils partagent les ressources. Ce qui entraine un épuisement précoce de leurs stocks, les exposant ainsi à une soudure plus longue et plus difficile.

    • L’insécurité continue de perturber les flux internes de produits agricoles et du bétail et de limiter le fonctionnement des marchés dans l’ensemble. En avril, les prix des principales céréales sont légèrement en dessous de ceux de 2022 à la même période, toutefois, ils demeurent 30 à 50 pour cent supérieurs à la moyenne quinquennale. Dans les zones sous blocus où des ruptures sont observées pour certains produits essentiels (mil, huile, savon, thé). Par exemple, sur les marches de Sebba et Djibo, des variations atypiques entre 100 et 200 pour cent par rapport à la moyenne sont enregistrées pour le mil, le sorgho et le maïs. Le marché de Sebba vient d’être approvisionné par escorte après plus de 4 mois et le dernier approvisionnement de Djibo date de fin mars.

    Citation recommandée : FEWS NET. Burkina Faso. Messages Clés : L’assistance alimentaire demeure indispensable pour la survie des ménages pauvres à Djibo. 2023.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top