Skip to main content

Début de la soudure précoce dans les zones en conflit de l’est

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • République démocratique du Congo
  • Août 2023
Début de la soudure précoce dans les zones en conflit de l’est

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation Actuelle
  • Calendrier saisonnier pour une année typique
  • Suppositions mises à jour
  • Perspectives jusqu’ à janvier 2024
  • Messages clé
    • Le mois d’août 2023 marque les préparatifs pour le démarrage de la saison agricole A 2023-2024 dans le centre-est et le nord-est ainsi que le début de la période de soudure qui s’annonce plus précoce que d’habitude étant donné les récoltes des saisons précédentes inférieures à la moyenne. Cependant, les prédictions climatiques énoncées sont en faveur d’une pluviométrie favorable par rapport à la campagne précédente, ce qui va favoriser le cycle végétatif des principales cultures de base. Toutefois, la saison agricole sera perturbée dans les zones de conflit, notamment en Ituri, Nord Kivu, et Sud Kivu, à cause de l’inaccessibilité ou l’abandon de champs, la destruction d’infrastructures, et la difficulté d’accès aux intrants.

    • Les opérations de la force régionale ont permis de réduire le niveau de violence des groupes rebelles contre les Forces Armées de la RDC (FARDC) et ont facilité le retour timide des déplacés internes même si les forces du M23 continuent à garder leurs positions. Selon OCHA, près de 50 000 déplacés sont retournés dans le territoire de Rutshuru entre avril et septembre 2023. Ces retournés vont probablement saisir cette opportunité de retour pour participer aux activités agricoles de la grande saison A qui démarre en septembre 2023. 

    • En ce mois d’août, marqué par le début de la période de soudure plus précoce que d’habitude, principalement dans les zones de confits, les ménages vont éprouver des difficultés d’accès à la nourriture et maintenir ainsi leur déficit de consommation alimentaire. Ces derniers restent en Crise (Phase 3 de l’IPC). Dans quelques zones de santé des territoires de Djugu et Rutshuru, les plus impactées par les conflits, une augmentation de la population en Urgence (Phase 4 de l’IPC) est anticipée entre septembre et décembre, toutefois en restant en-dessous de 20 pour cent de la population. Les ménages dans les régions centre-est et sud-est qui arrivent à couvrir leurs besoins alimentaires minimaux et à conduire une saison agricole complète sont en Stress (Phase 2 de l’IPC). Les autres provinces du nord, dans un contexte d’accalmie, sont en Minimale (Phase 1 de l’IPC).


    Situation Actuelle

    Conflits et mouvements des populations : L’insécurité s'est poursuivie principalement dans l'est de la RDC, avec une multitude des groupes armés locaux et étrangers opérant dans cinq provinces (Ituri, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Tanganyika et Mai-Ndombé). 

    Bien que le déploiement des Forces Régionales de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EACRF) depuis Novembre 2023 n'ait pas réussi à faire reculer les forces du M23 dans les territoires du Nord Kivu, les opérations de l'EACRF ont conduit à une réduction du niveau de violence des groupes rebelles contre les forces alignées sur l'armée congolaise (FARDC) et ont facilité le retour progressif des personnes déplacées internes et la libre circulation des marchandises. Selon OCHA, près de 50 000 déplacés sont de retour dans leurs villages respectifs dans le territoire de Rutshuru, à la suite de cette accalmie relative observée depuis juin 2023. Toutefois, on observe toujours les affrontements entre le M23 et les forces de défense de Wazalendo qui se poursuivent dans les territoires de Rutshuru et Masisi. Ces violences n'ont cessé de provoquer des mouvements de populations. 

    Au Tanganyika, au cours des deux derniers mois, la situation sécuritaire s’est relativement améliorée. Cela a permis à des centaines des personnes déplacées de regagner leurs villages respectifs. Cependant, des incidents peu fréquents de conflits intercommunautaires ont persisté dans les territoires de Nyunzu, Kalemie, Kabalo et Kongolo. 

    Production agricole : La saison agricole B dans le nord-est avait démarré en mars 2023 avec une faible participation des ménages agricoles qui a conduit à une production agricole inférieure à la normale d’environ 30 pour cent en juin 2023. La durée des stocks alimentaires ne pouvait dépasser un mois de consommation (juillet). Dans ce contexte, les ménages ont très vite épuisé leurs propres stocks, dépendant de l’achat au marché et de la cueillette pour se procurer de la nourriture.  

    Volatilité des prix des produits de base et comportement de la monnaie locale : Depuis fin juillet et début août 2023, on observe une stabilité des prix des denrées de base sur l’ensemble des marchés de l’est notamment pour la farine de maïs, excepté les variations saisonnières typiques. Cette tendance pourra évoluer vers la hausse pendant les deux mois du pic de la soudure (octobre et novembre) pour se stabiliser en fin décembre, au début de récoltes vertes. En raison de la fluctuation du taux de change de la monnaie locale qui a perdu 21 pour cent de sa valeur face au dollar américain au courant des deux derniers mois,  et les spéculations des commerçants, le gouvernement a arrêté un train des mesures pour stabiliser la monnaie; parmi ces mesures figurent notamment l’imposition de payement de toutes les taxes et redevances en monnaie locale ainsi que le relèvement du taux directeur des banques commerciales de 9 à 25 pour cent durant ce mois d’aout. Cependant, ces mesures n’ont pas suffi à réduire les prix des principaux produits locaux et importés.

    Pillage du bétail par les groupes armés : En cette période de transhumance dans les montagnes agropastorales (CD09) ainsi que dans les zones d’agriculture des hautes terres du nord-est (CD14), les éleveurs connaissent des pertes d’animaux, dans la 1e semaine de mois d’août, avec environ 400 bovins emportés en Irumu par les milices armées. Ces pertes sont de plus en plus fréquentes et obligent certains éleveurs à migrer vers les zones nord (Haut-Uélé et Bas-Uélé) pour sauver leurs troupeaux. En ce retour des précipitations dans la région, on observe une nette amélioration du pâturage d’une bonne verdure qui facilite le broutage par les animaux.  

    Situation épidémiologique : La RDC fait face à des épisodes d’épidémie du choléra. En fin juillet 2023, environ 1040 cas ont été notifiés dans 13 provinces touchées regroupant 83 zones de santé. Cette situation représente une augmentation de 98 pour cent comparé la même période de l’année passée.

    Assistance humanitaire : Depuis le mois de juin 2023, la déclaration d’une intensification de la réponse humanitaire dans les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu et Sud-Kivu, par le Comité Permanent Inter Agence (IASC) a été faite afin de répondre au besoin d’augmenter l’envergure des opérations envers les populations en besoin d’assistance. Un plan opérationnel a été élaboré pour une période de trois mois renouvelables avec comme cible 5,46 millions de personnes qui ont besoin d’une assistance humanitaire dans les trois provinces. Cette assistance se fait essentiellement en cash pour l’assistance alimentaire à raison de 36 000 Francs Congolais par personne et par mois (PAM).  Ainsi, au courant du mois de juillet 2023, environ 187 000 personnes assistées en vivres dans les territoires du Nord-Kivu et répartis comme suit par rapport à la population totale de chacune des zones : Beni (5%), Lubero (2%), Masisi (1%) et Rutshuru (4%). Dans la province voisine de l’Ituri, 178 000 personnes ont été assistées en nourriture et transferts monétaires à Djugu et dans l’Irumu au mois de juillet, représentant les 8 pour cent des populations des deux territoires. Au Sud-Kivu, 46 000 personnes ont reçu une assistance au courant du mois de juillet 2023 (0,6%). 


    Calendrier saisonnier pour une année typique
    Calendrier saisonnier pour une année typique.

    Source:


    Suppositions mises à jour

    Les hypothèses du rapport sur les perspectives de la sécurité alimentaire de juin 2023 à janvier 2024 restent globalement inchangées, à l'exception de celles mises à jour et que nous reprenons ci-dessous :

    • Élections générales de décembre 2023 : les restrictions imposées aux activités de l’opposition devraient se renforcer à l’approche des élections, avec un accroissement probable des tensions existantes qui déboucherait probablement par des mouvements de protestation au fil du processus, notamment si le parlement adoptait le projet de loi controversé sur la « Congolisé c’est-à-dire une loi qui admet le congolais de père et de mère dans la soumission des candidatures à la magistrature suprême. 

    • Insécurité au Nord-Kivu et Ituri : Malgré une accalmie des combats entre le M23 et les FARDC observée entre juin et septembre, il est fort probable que les hostilités sporadiques reviennent dans un contexte où le M23 vise à renforcer et à consolider ses positions dans les territoires de Rutshuru, Masisi et Nyiragongo. Tout au long de la période de prévision, il est fort probable que les M23 lances des attaques sur l’axe de Saké et de progresser vers la capitale provinciale de Goma pour forcer les négociations avec le gouvernement et perturber les mouvements civils et commerciaux. Cependant, il reste très peu probable que le M23 parvienne à mener avec succès des opérations à seize Goma. La situation sécuritaire au Nord-Kivu devrait se détériorer à la suite du probable déploiement des forces régionales de la SADC en juin 2023, compte tenu notamment du refus de l’EAC de se retirer du comté et de son incapacité à collaborer avec la SADC.

    • Les décès associés aux attaques des rebelles et des milices dans le nord de l'Ituri devraient atteindre des niveaux élevés au cours de cette période de prévision en raison des développements politiques, des conflits territoriaux et ethniques et de l'intervention d'États étrangers, mais ils ne dépasseront pas les niveaux de violence observés dans la seconde moitié de l'année. 2022.

    • Insécurité au Sud-Kivu : Au cours de la période projetée, le contexte sécuritaire devrait rester instable, avec la poursuite des affrontements, des violences et des attaques contre les populations locales par les groupes armés actifs dans la région, provoquant de nouveaux déplacements. À l’approche de la période électorale prévue en décembre 2023, le niveau de violence risque d’être plus élevé qu’au trimestre précédent.

    • Prix des denrées de base et fonctionnement des marchés : En dépit des variations localisées basées sur la dynamique de l'offre et de la demande observées dans certaines zones du pays, les prix des principales denrées alimentaires importées, et locales resteront stables, mais au-dessus de la moyenne quinquennale, avec des variations typiques saisonnières sur certains marchés à partir de septembre.  

    • Pillage du bétail par les groupes armés : Au rythme actuel des pertes massives et progressives du cheptel bovin par les milices armées, on pourra s’attendre à une baisse importante de revenus des ménages qui dépendent essentiellement de la vente des produits d’élevage.

    • Situation épidémiologique :  La non-maitrise de l’épidémie de Choléra dans les zones touchées pourrait occasionner une expansion dans les zones encore saines et réduire la participation aux activités agricoles pour les prochaines saisons agricoles.


    Perspectives jusqu’ à janvier 2024

    Août à septembre 2023 : Avec une soudure annoncée précoce dès août et un épuisement des réserves, la dépendance au marché sera le mode d’approvisionnement de la plupart des ménages pauvres dans l’est de la RDC. Dans ces zones en proie aux conflits, les ménages pauvres qui n’auront pas cultiver dépendront essentiellement de la main d’œuvre agricole auprès des moyens et nantis, et devront se ravitailler à partir des marchés locaux pour leur nourriture qui dans la grande majorité, ne pourra couvrir les besoins minimaux.  Ainsi, ces ménages vont ainsi creuser leur déficit de consommation jusqu’aux prochaines récoltes dans la zone. Ces zones de l’est qui connaissent les effets de la crise prolongée resteront en Crise (Phase 3 de l’IPC), notamment l’Ituri (Irumu et Djugu), le Sud-Kivu (Uvira et Fizi) et le Nord-Kivu (Beni, Rutshuru et Masisi). Les provinces de Lomami, Sankuru, Kasaï Oriental, Kasaï, une partie du Maniema et l’ex-Katanga qui essayent de se stabiliser, et où les ménages ont un meilleur accès à la nourriture et aux revenus par le fait de conduire des campagnes agricoles complètes, seront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC). Ces populations ont une durée de stocks plus longue (2-3 mois) et ont la possibilité de consommer leurs réserves jusqu’en septembre. La phase Minimale (Phase 1 de l’IPC) persistera dans les provinces de Haut-Uele, Bas-Uélé et Tshopo qui n’ont pas connu des chocs importants et qui n’accusent pas de déficit de consommation alimentaire. Il s’agit des zones de forêts qui dépendent essentiellement de la forêt, des cultures et des produits de cueillette sur l’ensemble de l’année, forêts d’où ils tirent leurs revenus et leurs aliments. 

    Octobre 2023 à janvier 2024 : Cette période correspond au pic de la soudure dans l’est de la RDC, la situation des ménages sur l’ensemble de la zone sera de plus en plus difficile avec un accès limité à la nourriture du fait de l’épuisement des stocks. Cependant, les récoltes vertes de décembre pourront soulager les populations qui auront commencé à développer des stratégies d’adaptation souvent dommageables et irréversibles et améliorer la consommation alimentaire des ménages sur l’ensemble de la zone Est. Une bonne partie du Nord et Centre de la RDC, incluant le Bas-Uele, Haut-Uele, Tshopo, Sankuru et Lualaba, reconnue zone stable avec des stocks suffisant pour couvrir la période de soudure, serait en phase Minimale (Phase 1 de l’IPC) tandis que le Centre Sud et le Sud-est, principalement de Maniema, Sud Kivu et Ex-Katanga, évolueraient en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC).

    Citation recommandée: FEWS NET, RDC :  Mise à jour des Perspectives sur la Sécurité Alimentaire, juin 2023 à janvier 2024: Début de la soudure précoce dans les zones en conflit de l’est. 2023.

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top