Skip to main content

Reprise timide de la campagne agricole dans les Kasaï sur fonds de conflits multidimensionnels

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • République démocratique du Congo
  • Août 2017
Reprise timide de la campagne agricole dans les Kasaï sur fonds de conflits multidimensionnels

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • SITUATION ACTUELLE
  • SUPPOSITIONS MISE À JOUR
  • PERSPECTIVES ESTIMÉES JUSQU'EN JANVIER 2018
  • Messages clé
    • Le retour spontané dans la région des Kasaï de près de 18 000 réfugiés congolais, en fuite des tracasseries à la veille des prochaines élections en Angola, vient exacerber une situation déjà précaire dans cette région en conflit où les déplacements des populations suite aux conflits multidimensionnelles représentent près de 20 pour cent de la population rurale. Cette situation présage des conditions alimentaires de plus en plus difficiles dans cette région, dans les mois à venir.  

    • Avec l’augmentation de 24 pour cent des effectifs des IDPs depuis juin dernier, soit  1 720 000 personnes, dans  la région du Kasaï en proie aux conflits persistants, il est probable que ses mouvements des populations s’intensifient pendant la période culturale en cours.  Cette situation occasionnerait la non reprise des travaux agricoles au cours de la saison A en cours de préparation, avec un impact significatif sur les disponibilités alimentaires dans les prochains mois. 

    • Depuis son apparition en juin 2017, dans les zones de santé de Goma et environs (Karisimbi, Nyiragongo, Buhimba et à l’Hôpital Provincial du Nord-Kivu), l’épidémie de choléra qui ne cesse de faire des victimes, a touché à ce jour près de 3788 cas dont environ 30 pourcent dans la seule zone de santé de Karisimbi, Avec des pics observés au mois de juillet correspondant à la période difficile d’accès en eau potable dans la ville de Goma. Si des efforts pour favoriser l’accès des populations à l’eau potable ne sont pas assurés à son temps, on pourra s’attendre à une progression de cette épidémie dans les zones de santé voisines. 

    • D’après la revue des prévisions saisonnières de la NOAA, les pluies saisonnières dans la province de l’ex Katanga, sont susceptibles d'être moyennes de Septembre 2017 à avril 2018. Cette situation est une opportunité pour les ménages agricoles de reprendre normalement leurs travaux agricoles autrefois perturbés par les perturbations climatiques marqués par la rareté et déphasage des pluies en certains endroits de la région. Ceci en dépit de la présence de la chenille légionnaire d’automne.


    SITUATION ACTUELLE

    Situation agricole : La période actuelle correspond à la préparation de terrain sur l’ensemble de la partie sud de la RDC. Elle correspond à la période de soudure durant laquelle les denrées se font rare. Malgré les prévisions agroclimatoloqiques qui annoncent une pluviométrie normale et en dessous de la normale dans certains endroits du pays, les limitations d’accès des populations des certaines provinces à leurs moyens d’existence affecte la reprise agricole et partant la production agricole de ces régions déjà fragilisés par une crise évolutive sans précédent.

    Mouvement des populations : Dans les 5 provinces du Kasaï, l’augmentation du nombre des déplacés d’environ 24 pourcent dans les trois derniers mois dans la région des Kasaï avec près de 420 000 nouveaux déplacés dans la province du Kasaï en proie aux conflits interethniques (émanation du conflit Kamwina Nsapu), ont empiré la situation des ménages qui ne savent plus accéder à leurs moyens d’existence, ce qui pourrait occasionner des récoltes inférieures à la moyenne. La reprise de la campagne agricole pour ces populations, qui représente près de 20 pourcent de la population agricole, reste incertaine. On assiste également au retour spontané de près de 18 000 réfugiés congolais en provenance de l’Angola. A ce jour, 8 000 ont été formellement identifiés par l’ONG ADSSE à Tshikapa.

    Situation Nutritionnelle : Les résultats de l’enquête nutritionnelle effectuée dans les zones de santé affectées par la crise actuelle dans la province du Kasaï, on montre des taux de MAG et de MAS respectivement de 11 pourcent et 3,1 pourcent. Ces taux au-dessus de seuil d’urgence nécessite des interventions d’urgence pour sauver des vies et préserver les moyens d’existence des populations en crise.

    Situation des marchés : Au cours de cette première période du scenario (juin-septembre), le fonctionnement du marché reste assez normale. Les prix actuels des denrées alimentaires sur des nombreux marchés restent assez stables. On assiste par contre à une perte du pouvoir d’achat des ménages qui ont perdu leurs sources de revenus pour certains et du fait des faibles revenus des ménages et de la perte des moyens d’existence pour certains et qui n’ont plus accès à leurs moyens d’existence pour d’autres.  Par exemple, au marché de Tshikapa au Kasai, une vendeuse de la farine de manioc a rapporté qu’elle met actuellement  trois à quatre  jours pour finir la vendre d’un sac de 100kg alors qu’avant la crise actuelle, elle vendait un sac par jour.

    Assistance humanitaire : Face aux difficultés de mobilisation pour les organisations humanitaires, l’assistance alimentaire reste faible sur l’ensemble de la région. A peine 30 pourcent des besoins exprimés (64,5 millions) ont été financé jusqu’alors. Le programme alimentaire mondial (PAM) qui vient de lancer une évaluation de la sécurité alimentaire a démarré des distributions alimentaires d’urgence aux 120 000 nouveaux déplacés déjà identifiés dans la province du Kasaï. Elle continue d’être assurée aux personnes déplacées, retournées, réfugiées et victimes des crises par les Agences des Nations Unies (PAM, FAO, UNICEF, PNUD, ONU Femmes, etc.), les ONG internationales et nationales, en partenariat avec le gouvernement.


    SUPPOSITIONS MISE À JOUR

    La situation actuelle n’a pas affecté les hypothèses utilisées dans le développement du scénario FEWS NET le plus probable pour la période de juin 2017 à janvier 2018.


    PERSPECTIVES ESTIMÉES JUSQU'EN JANVIER 2018

    Dans la région des Kasaï, principalement dans le Kasaï central et le Kasaï (territoires de Kamonia, et Kamako) où persistent encore des foyers de tensions, les tentatives de reprise de la campagne agricole (Saison A 2017) restent incertaines. Quand on sait que les deux précédentes saisons (Saisons A 2016 et B 2017) dans la zone ont été catastrophiques, la non reprise de la campagne agricole par une grande partie de la population dans ces zones incertaines haut-citées présagerait d’une situation de très faibles productions agricoles et partant des très faibles disponibilités alimentaires. Les ménages pauvres qui, d’habitude, vivent de leurs propres productions à cette époque de l’année et tirent leurs revenus des travaux temporaires agricoles vont essentiellement dépendre des achats au marché entre août et septembre de cette année.  On pourra s’attendre à une consommation inadéquate des ménages faute d’accès à la nourriture. Cette zone restera en phase de Crise (Phase 3 de l’IPC) avec des populations qui a difficulté de couvrir le minimum de ses besoins alimentaires.

    Durant la seconde période du scenario (octobre 2017 à janvier 2018), on estime que la consommation alimentaire des ménages devra se détériorer du fait des très faibles disponibilités en vivres dans la région et du manque des revenus des ménages pour subvenir à leurs besoins essentiels.  C’est en ce moment que on estime la nécessité d’intervention humanitaires à travers les programmes d’assistance alimentaire sous toutes ses modalités pourront être utiles et pertinents pour combler les écarts et pour se procurer leur nourriture en cette période de soudure.

    Aussi, il conviendra de souligner que le retour spontané de près de 17 000 réfugiés congolais en provenance de l’Angola, les trois derniers mois, n’a fait qu’exacerber la situation déjà précaire des populations dans cette région des Kasaï, et de façon importante  dans les provinces de Kasaï et Kasaï Central. Les populations sur l’ensemble de la région pourront alors se maintenir en phase de Crise (Phase 3 ! de l’IPC), grâce à une assistance alimentaire fournie et garantie sur le reste de la période du scenario (octobre 2017 - janvier 2018). En l’absence de cette assistance, la région basculerait pourrait en situation d’Urgence (Phase 4 de l’IPC).

    Les régions du nord et sud de RDC restèrent de la plupart en Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’à le début de la soudure en octobre quand parties de ses régions seront en Stress (Phase 2 de l’IPC).

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top