Skip to main content

Déphasage de la période de semis sur la plaine de la Ruzizi du fait de retour tardif des pluies

  • Mise à jour des messages clés
  • République démocratique du Congo
  • Novembre 2018
Déphasage de la période de semis sur la plaine de la Ruzizi du fait de retour tardif des pluies

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Le retour tardif des pluies tel que prévu par la NOAA/CPC, de 2-3 décades, dans la partie Centre-est du pays se sont bien manifestées notamment sur la plaine de la Ruzizi où les ménages agricoles viennent de terminer le semis des principaux vivriers en ce début du mois de novembre. Cependant, ceux de la partie Nord-est qui ont semé plus tôt, s’activent aux travaux d’entretien des champs. On pourrait s’attendre à des récoltes échelonnées dans le temps, lesquelles pourraient intervenir à partir de mi-décembre 2018.

    • Depuis fin septembre 2018, on observe une volatilité du prix de maïs dans le Haut-Katanga, avec des variations de l’ordre de 56 pourcent en l’espace d’un mois sur les marchés de Lubumbashi où un sac de 25 kg de la farine de maïs est passé de 18,000 à 28,000 franc congolais.  Cette flambée de prix est due entre autres aux restrictions d ’exportation du maïs par la Zambie depuis la deuxième quinzaine de mois de septembre 2018. Avec la forte demande de ce produit dans la zone, on pourrait s’attendre à des hausses de plus en plus élevées en cette période de soudure.

    • Depuis début octobre 2018, la région des Kasaï reçoit des vagues continues des congolais expulsés de l’Angola. On compte, à ce jour, plus de 400.000 personnes déjà enregistrées, dont la plupart s’installe dans les territoires de Kamonia, Lwiza et Kwango, auprès des familles d’accueil. La présence de ces derniers exerce une pression sur les faibles ressources locales, alors qu’on assiste à une faible assistance de la part des organisations humanitaires notamment dans les localités de Lwiza et Kamako.

    • Alors qu’on assistait déjà aux retours des déplacés à partir de mars 2018, le territoire de Djugu en Ituri connait, depuis septembre 2018, des attaques des populations et positions militaires perpétrées par les groupes armés. Parmi les 7,985 ménages retournés, environ 32 pourcent se sont remobilisés dans des nouveaux déplacements. Ces ménages déplacés n’ont pas accès à leurs champs, tandis que les retournés ont perdu deux saisons agricoles successives. Selon un rapport de RRMP, les disponibilités des vivres dans la zone et la présence de semences auprès des ménages sont quasi inexistantes. 

    • L’épidémie de la maladie à virus Ebola continue à faire des victimes dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri ; on dénombre en date du 18 novembre dernier, 366 victimes dont 214 cas de décès. Cependant, la volatilité du niveau de sécurité dans les zones affectées notamment à Beni, à travers des attaques intempestives des groupes armés, entrave les efforts de riposte et une poursuite normale des activités agricoles. Si cette situation perdure, on pourrait s’attendre à une détérioration conséquente de la sécurité alimentaire dans la zone.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top