Skip to main content

Inondations dévastatrices avec pronostic des récoltes incertaines dans le Centre-est

  • Mise à jour des messages clés
  • République démocratique du Congo
  • Janvier 2020
Inondations dévastatrices avec pronostic des récoltes incertaines dans le Centre-est

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Les inondations généralisées dans la majeure partie du Centre-est ont significativement perturbé le cycle cultural de la saison agricole A pour les principaux vivriers notamment le maïs et l’arachide. Ainsi, les récoltes sont attendues inférieures à la normale du fait des pertes occasionnées par ces inondations. Cette situation aura des effets négatifs sur les disponibilités locales et pourrait précipiter le pic de soudure en début mars au lieu d’avril habituellement.

    • En dépit du retour important des personnes déplacées internes dans la région des Kasaï, lequel est estimé à 63 pourcents des 1,6 millions enregistrés selon le UNHCR, le faible niveau d’assistance, pour les intrants agricoles et autres besoins de subsistance qui ont été perdus lorsque ces populations se sont  déplacées, pourrait occasionner une réinsertion incomplète avec possibilité des choix peu recommandés comme les activités illégales voire une remobilisation des jeunes issues des différentes milices.

    • La situation nutritionnelle au niveau national reste préoccupante. Selon le PRONANUT, dans son dernier bulletin du 2019, les 50 pourcents des alertes se trouveraient dans la seule région des Kasaï avec une prédominance marquée dans le Kasaï Central qui regorge près de 75 pourcents des zones des santé en alerte.  Etant données les années consécutives des faibles productions agricoles, on pourrait craindre une dégradation continue de la situation nutritionnelle dans ces zones habituellement déficitaires. 

    • La recrudescence de la mosaïque du manioc dans 5 zones de santé (Katende, muetshu, Lubunga et Benatshiadi) dans le territoire de Dimbelenge et Mutoto dans le territoire de Demba au Kasaï Central, pourrait contribuer à une crise alimentaire sans precedent dans cette zone déficitaire dans la mesure où le manioc constitue l’aliment de substitution au maïs dont l’accès devient de plus en plus limité du fait des variations atypiques de prix observées depuis le dernier trimestre de 2019.

    • En ce mois de janvier qui démarre les principales récoltes sur l’ensemble de la partie Est du pays, les provinces du Nord-est notamment le Bas-Uele, le Haut-Uele et la Tshopo sont en Minimale (Phase 1 de l’IPC) tandis qu’une bonne partie du Centre-est (Sankuru, Maniema et une partie du Sud-kivu) fait face à une situation de Stress (Phase 2 de l’IPC),  exceptés les provinces de Tanganyika,  le Sud du Kasaï (Kamonya), et du Kasaï Central (Luiza) qui sont en situation de Crise (Phase 3). Les provinces d’Ituri et Nord Kivu restent aussi en Crise (Phase 3 de l’IPC). 

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top