Skip to main content

Insécurité alimentaire de Stress commencerait en octobre en raison des prix alimentaires et de la dette au-dessus de la moyenne

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Madagascar
  • Septembre 2014
Insécurité alimentaire de Stress commencerait en octobre en raison des prix alimentaires et de la dette au-dessus de la moyenne

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Perspectives projetées jusqu’en décembre 2014
  • Messages clé
    • Cette saison devrait s’accompagner d’une production nationale de riz moyenne, parallèlement à une récolte moyenne de maïs/légumineuses en mars/avril 2014 dans le Sud. Pour cette raison, l’insécurité alimentaire aiguë devrait rester Minimale (Phase 1 de l’IPC) au moins jusqu’à la fin du mois de septembre.

    • Dans les régions du Sud et du Sud-est qui ont connu de multiples chocs en 2013, des prix élevés et un niveau de dette supérieur à la moyenne auront comme résultat une situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) d’insécurité alimentaire aiguë dès octobre chez les ménages pauvres. 

    • Les prévisions de précipitations normales à inférieures à la normale dans le Centre et le Nord de Madagascar entre octobre et décembre 2014 au début de la saison des pluies peuvent affecter la production locale et les activités afférentes de main d’œuvre.

    ZONE

    ANOMALIES COURANTES

    ANOMALIES PROJETÉES

    Sud de Madagascar (Amboasary, Toliara)

    Prix du manioc sec élevés de 67 pour cent par rapport à la moyenne des deux années précédentes.

    Prix du manioc sec devraient se maintenir nettement au-dessus de la moyenne des deux années, limitant l’accès des ménages à la denrée alimentaire de base préférée.


    Perspectives projetées jusqu’en décembre 2014

    Les principales zones de préoccupation à Madagascar restent quelques districts des régions d’Atsimo Andrefana, et Androy du Sud et du Sud-ouest, incluant Ampanihy, Betiocky, Tsihombe, Beloha, et Bekily, en raison des effets à plus long terme de stratégies négatives, comme des emprunts plus importants que d’ordinaire, ayant servi à surmonter les multiples chocs (sécheresse anormale, Cyclone Haruna et invasions acridiennes) qui se sont produits au cours de 2013.

    Les efforts de traitement déployés lors de la première année de campagne antiacridienne menée par la FAO/le ministère de l’Agriculture ont généralement cessé en juillet, répondant aux objectifs de traitement de la première année. La campagne sur trois ans est actuellement financée aux deux tiers, et la seconde année de traitement est censée commencer en octobre 2014.

    Les prévisions tendent à indiquer une probabilité d’environ 60 pour cent en faveur d’un phénomène El Niño dès septembre et qui durerait jusqu’à fin décembre. Cependant, les données historiques sur la pluviométrie ne procurent aucune indication précise sur l’effet d’évènements liés à El Niño à Madagascar. Selon les prévisions SARCOF récemment publiées, FEWS NET pense que les précipitations pour le Nord et le Centre de Madagascar seront normales à inférieures à la normale, entre octobre et décembre 2014 au début de la saison des pluies. Étant donné les totaux des pluies typiques pour ces régions, FEWS NET considère que la pluviométrie totale sera suffisante pour soutenir les activités liées aux récoltes, même si le moment et la répartition des pluies peuvent affecter la production locale ainsi que les opportunités de main d’œuvre associées. Des pluies normales à supérieures à la normale devraient permettre le déroulement habituel des récoltes dans le Sud de Madagascar.

    Districts préoccupants dans les régions d’Atsimo Andrefana et d’Androy

    Grâce à une disponibilité alimentaire accrue attribuable aux récentes récoltes de manioc, ainsi qu’à la récolte de maïs/légumineuses de mars-mai qui indique généralement la fin de la période de soudure dans le Sud, la plupart des ménages vivant dans les zones de préoccupation du Sud sont en mesure de satisfaire leurs besoins alimentaires et non alimentaires, et connaissent actuellement une insécurité alimentaire aiguë minimale (Phase 1 de l’IPC).

    Pour autant, puisque tant de ménages pauvres ont fait plus d’emprunts que la normale pendant la période de soudure, ces ménages avaient dû rembourser leurs emprunts au début de la récolte de manioc en août, avant de couvrir d’autres frais comme les dépenses scolaires. Les prix pour le manioc sec, une denrée alimentaire de base essentielle dans ces régions, continuent à baisser de leur pic en mai 2014 pour atteindre pratiquement ceux des années précédentes, mais ils restent supérieurs jusqu’à 67 pour cent à leurs moyennes sur deux ans sur les marchés clés du Sud. En outre, les ménages sont touchés par des augmentations saisonnières des prix pour le maïs (par exemple, un accroissement de 15 pour cent à Ambaosary entre juillet et août 2014). À eux tous, ces facteurs pourraient contribuer au démarrage précoce d’une saison creuse, deux mois plus tôt que d’habitude, et les ménages pauvres pourraient connaître un déficit de protection des moyens d’existence et un niveau de Stress (Phase 2 de l’IPC) d’insécurité alimentaire aiguë d’octobre à décembre 2014.

    Figures Seasonal calendar in a typical year

    Figure 1

    Seasonal calendar in a typical year

    Source: FEWS NET

    Figure 2

    Source:

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top