Skip to main content

La récolte de maïs dans le sud pourrait réduire l’insécurité alimentaire au moins jusqu’en septembre

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Madagascar
  • Mai 2014
La récolte de maïs dans le sud pourrait réduire l’insécurité alimentaire au moins jusqu’en septembre

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Perspective projetée à septembre 2014
  • Messages clé
    • Les récoltes de maïs et de légumineuses d’avril/mai dans le sud de Madagascar ont amélioré la disponibilité des denrées alimentaires de base et la demande de main d’œuvre non qualifiée dans les principales zones de préoccupation.
    • Avec la fin de la période de soudure dans les zones australes du pays en avril/mai, la sécurité alimentaire des ménages pauvres s’est améliorée, passant à une situation Minimale (Phase 1 de l’IPC) qui devrait durer au moins jusqu’en septembre.

    Zone

    Anomalies actuelles

    Anomalies projetÉes

    Sud de Madagascar  (Amboasary, Tuléar)

    Les prix du manioc sec sont 75 à 228 pour cent supérieurs à ceux de l’année dernière, et limitent l’accès des ménages à cette denrée alimentaire préférée. 

    Les prix du manioc sec continueront à être nettement plus élevés que ceux de l’année dernière et de la moyenne des deux dernières années, limitant de ce fait l’accès des ménages à cette denrée alimentaire préférée. 

     


    Perspective projetée à septembre 2014

    Les principales zones de préoccupation à Madagascar continuent à être certains districts dans les régions d’Atsimo Andrefana et d’Androy, dans les sud et le sud-ouest, y compris Ampanihy, Betiocky, Tsihombe, Beloha et Bekily en raison des chocs multiples au cours de 2013. Avec la fin de la soudure annuelle en mars, et en supposant des récoltes de maïs et de légumineuses proches de la moyenne de mars à mai 2014, la disponibilité et l’accès aux denrées alimentaires de base se sont améliorés dans ces zones. La consommation de manioc, habituellement la principale denrée alimentaire dans cette région, est faible en raison des prix extrêmement élevés (allant jusqu’à 75 à 228 pour cent de plus que l’année précédente) résultant de la sécheresse et des pertes attribuables au cyclone Haruna en 2013. Les niveaux de manioc sont les plus bas en Amboasary. L’approvisionnement en manioc continuera probablement à être limité jusqu’à la récolte d’août, et les prix demeureront élevés jusqu’à l’arrivée des récoltes sur le marché en septembre 2014. Dans le reste du pays, la principale récolte de riz en cours devrait se poursuivre jusqu’à la fin juin, et les prix du riz local et importé correspondaient à leur niveau de l’année précédente, ou étaient légèrement en dessous, en avril, maintenant un accès stable à la denrée alimentaire de préférence des ménages pauvres.

    Si les mesures de contrôle des criquets ne sont pas suffisantes pour soutenir une récolte de maïs moyenne au moins jusqu’en août pour les ménages les plus pauvres, les ménages pauvres dans les principales zones de préoccupation risquent de revenir à la Stresse (Phase 2 de l’IPC 2.0) entre l’épuisement des stocks de maïs et le début des récoltes du manioc en septembre. Les traitements pour lutter contre les criquets se sont poursuivis en mai, la FAO ayant traité environ 1,1 millions d’hectares de terrain depuis le début de l’intervention en novembre 2013. Une partie de ces mesures portait sur des zones du sud-ouest, à partir d’une base à Toliara. L’analyse de FEWS NET continue à être basée sur l’hypothèse supposant que l’amélioration générale des précipitations cette saison et la présence des efforts de contrôle permettront d’avoir une meilleure production agricole cette année, comparé à 2013.

    En tenant compte des récoltes de maïs et de légumineuses les plus récentes qui marquent normalement la fin de la soudure dans le sud, de même que des prix plus bas de ces substituts comparé au manioc, la majorité des ménages dans les principales zones australes de préoccupation peuvent également répondre à leurs besoins alimentaires et non alimentaires de base, et font face actuellement à une insécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1, IPC 2.0) qui se poursuivra jusqu’à septembre. Néanmoins, dans la mesure où nombre de ménages pauvres avaient emprunté plus que d’habitude pendant la période de soudure, ils devront rembourser les prêts au début de la nouvelle récolte de manioc en septembre, au moment même où ils auront d’autres dépenses, comme les frais de scolarité. Par ailleurs, il est probable que les ménages seront confrontés à des prix saisonniers plus élevés pour le maïs, et à des prix du manioc qui continueront à être extrêmement élevés jusqu’à la fin août. L’ensemble de ces facteurs pourrait contribuer à un début précoce de la période de soudure, et les ménages pauvres risquent de devoir faire face à des déficits de protection des moyens de subsistance et à une insécurité alimentaire aiguë (Phase 2 de l’IPC) plus tard dans l’année.

    Figures Seasonal calendar in a typical year

    Figure 1

    Seasonal calendar in a typical year

    Source:

    Figure 2

    Source:

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top