Skip to main content

Prolongation probable de la période de soudure en raison du retard prévu des récoltes

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Madagascar
  • Février 2015
Prolongation probable de la période de soudure en raison du retard prévu des récoltes

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Perspectives projetées jusqu’en juin 2015
  • Messages clé
    • Les perspectives de la production agricole pour la saison actuelle sont mitigées, en raison des dommages causés par un cyclone et une répartition médiocre des pluies dans le Sud où le retard de la saison agricole prolongera la période de soudure de pratiquement un mois pour les ménages pauvres. 

    • Les marchés du riz sont stables, mais les prix du manioc et du maïs continuent à être élevés dans certaines zones. Le prix du riz dans le Sud a peu varié par rapport à 2014. À la suite des hausses en 2014, les prix récents du manioc ont été de 114 à 200 pour cent supérieurs à la moyenne sur deux ans sur certains marchés du Sud, tandis que le prix du maïs dépassait de 64 à 86 pour cent la moyenne sur deux ans. 

    • Les zones de préoccupation du Sud-ouest sont confrontées actuellement à une insécurité alimentaire aiguë de Stress (Phase 2 de l’IPC) et le retard prévu des récoltes prolongera ces résultats jusqu’en avril. Cependant, même une production agricole inférieure à la moyenne mènerait probablement à des résultats Minimaux (Phase 1 de l’IPC) à partir du début des récoltes en avril/mai. 

    Zone

    Anomalies courantes

    Anomalies projetées

    Sud et sud-ouest

    Dans l’ensemble, les pluies ont été inférieures à la moyenne dans le Sud et le Sud-ouest jusqu’en janvier.

    Des précipitations normales à inférieures à la normale sont prévues en février, et des pluies supérieures à la moyenne en mars.

    Sud et sud-ouest

    Des prix nettement supérieurs à la moyenne pour les denrées alimentaires de base (manioc et maïs) sur les marchés du Sud à Toliara, Amboasary et Ambovombe.

    Les prix du maïs et du manioc resteront probablement nettement au dessus de la moyenne jusqu’aux récoltes de maïs en avril/mai, et les récoltes de manioc en septembre/octobre.  

    Centre Est et Centre Ouest

    Les 15 et 16 janvier, le cyclone Chedza a frappé la région de Menabé et a causé des inondations sur les côtes Ouest et Est de Madagascar.

    Des inondations dans les cultures ont été signalées dans certaines parties de Menabé, Vatovavy-Fitovinany et Atsimo-Atsinanana, ce qui pourrait donné lieu à des récoltes inférieures à la moyenne et à des revenus inférieurs concernant la main d’œuvre pour certaines récoltes.


    Perspectives projetées jusqu’en juin 2015

    Le passage du cyclone Chedza à la mi-janvier et, dans une moindre mesure, la tempête tropicale Fundi en février, ont apporté des pluies nettement supérieures à la moyenne dans certaines régions, donnant lieu à des inondations et des dégâts à certaines cultures. De fortes précipitations devraient continuer en février et mars. L’accumulation des pluies dans le Sud de Madagascar a été normale, voire supérieure à la normale, mais dans des parties des districts d’Ampanihy, Betioky Atsimo et Bekily, la répartition des pluies a été irrégulière (à la fois dans le temps et dans l’espace).

    Les prix du riz local et d’importation ont augmenté conformément aux tendances saisonnières depuis juillet 2014, mais ils sont proches de la moyenne, voire légèrement inférieurs à celle-ci sur la majorité des marchés dans l’ensemble du pays, une indication à la fois du meilleur rendement rizicole en 2014 et des volumes adéquats du riz d’importation. Avec des prix pour les denrées alimentaires de base restant proches de la moyenne sur la plupart des marchés et des possibilités normales de revenus pour les ménages pauvres, la majorité des ménages pourront probablement répondre à leurs besoins alimentaires et non alimentaires sans compromettre leurs moyens d’existence, une situation qui perdurera au-delà de la période de soudure et de la période des récoltes qui suivra. Par conséquent, une insécurité aiguë Minimale (Phase 1 de l’IPC) est probable pour la majorité de Madagascar jusqu’en juin 2015.

    Districts du Sud-ouest faisant l’objet de préoccupations dans les régions d’Atsimo Andrefana et d’Androy

    L’accès des ménages au manioc et au maïs restera probablement limité pendant la saison de soudure, en raison notamment des prix qui continuent à être élevés à la suite de multiples chocs (le cyclone Haruna, l’infestation de criquets et les pluies médiocres) en 2013, la hausse saisonnière des prix et le remboursement de prêts plus élevés que la moyenne pendant la saison de soudure de décembre à mars 2014. Sur les principaux marchés du Sud d’Amboasary, Ambovombe, et Toliara, les prix du maïs et du manioc continuent à être nettement plus élevés que la normale et sont supérieurs à ceux de l’année dernière. Les prix du manioc augmenteront probablement pendant la période des perspectives et resteront nettement supérieurs à la moyenne sur deux ans. Les prix du maïs baisseront probablement après les récoltes. En raison des prix élevés des denrées alimentaires de base et du retard de la plantation des légumineuses dans le Sud à cause des pluies tardives, la période de soudure pour les ménages les plus pauvres se prolongera probablement jusqu’en avril. Les rapports provenant du terrain suggèrent également que les superficies plantées par les ménages pauvres ont été inférieures à la moyenne en raison du manque de graines et de boutures de manioc.    

    Le centre et le Sud de Madagascar sont également victimes d’infestations de criquets. Avec les premières pluies importantes, un élargissement de la zone favorable à la reproduction des criquets dans le Sud et le Centre-sud du pays est probable. Dans l’Est, le nord des régions de Sofia et Betsiboka et dans le Centre, les fortes pluies de la seconde partie de janvier ont rendu les conditions moins favorables à la reproduction des criquets, mais des déplacements vers le Sud-ouest pourraient avoir lieu dès mars, en particulier compte tenu du déficit de financement subi par le programme de contrôle des criquets du gouvernement et de la FAO.

    La période des perspectives (janvier à juin 2015) coïncide avec les récoltes qui se déroulent typiquement de mars à juin, ainsi qu’avec la période de pointe pour les travaux agricoles, bien que le retard des plantations et la médiocre distribution des pluies puissent réduire les niveaux de production et diminuer ou retarder les activités de revenu provenant de l’agriculture. Les récoltes des légumineuses qui marquent habituellement la fin de la période de soudure prennent une importance particulière et devraient se dérouler en avril. Les prix élevés du manioc et du maïs sur les marchés, auxquels s’ajoute le délai d’un mois prévu pour les récoltes, contribueront probablement à une prolongation de la période de soudure et à une insécurité alimentaire aiguë de Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’en avril 2015. Avec les premières récoltes, l’accès alimentaire des ménages devrait s’améliorer et les ménages seront confrontés à une insécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1 de l’IPC) en mai et juin 2015.

    Zones affectées par les inondations

    Les pluies continuent à tomber sur la majorité de Madagascar, exacerbant non seulement l’impact du cyclone Chedza, mais entraînant également des inondations dans le nord du pays. Les dégâts des cultures pourraient causer des pertes de production dans les régions occidentales de Menabé et Boeny, et les régions orientales d’Atsimo Atsinanana et Vatovavy-Fitovinany. La récolte du riz est en cours et les dégâts subis par les cultures de rente pourraient donner lieu à moins de travaux occasionnels. Pour autant, la récolte courante concerne le riz de contre saison à cycle court et, s’ils ont été affectés, les cultivateurs touchés pourraient récupérer lors de la saison suivante (plus productive, en général). Des évaluations plus approfondies sont toujours en cours, mais les estimations préliminaires indiquent environ 24.000 hectares de rizières inondées dans l’ensemble du pays, soit moins de deux pour cent de la superficie nationale des rizières. Par conséquent, bien que des déficits locaux de production soient évidents, un impact important sur le plan national est peu probable.

    Figures Seasonal Calendar in a Typical Year

    Figure 1

    Seasonal Calendar in a Typical Year

    Source: FEWS NET

    Figure 2

    Source:

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top