Skip to main content

La consommation des récoltes vertes améliore progressivement l'accès à la nourriture, mais contribuera probablement à une réduction des rendements de maïs dans le Grand Sud

  • Mise à jour des messages clés
  • Madagascar
  • Mars 2024
La consommation des récoltes vertes améliore progressivement l'accès à la nourriture, mais contribuera probablement à une réduction des rendements de maïs dans le Grand Sud

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • En mars, des résultats de Crise (Phase 3 de l'IPC) se poursuivent dans une grande partie du Grand Sud malgré une réduction des déficits de consommation alors que les ménages augmentent leur consommation de maïs vert ainsi que certaines récoltes de pastèques et de citrouilles. Les récoltes vertes contribuent à alléger le fardeau des prix élevés des denrées alimentaires sur le marché ; cependant, la plupart des ménages continueront à dépendre des marchés pour se procurer de leurs besoins alimentaires jusqu'au début de la principale récolte du mois prochain. Les résultats de Stress! (Phase 2 de l’IPC !) se poursuivront probablement à Betroka, Beloh et, Tsihombe, ainsi que dans certaines parties des districts d’Amboasary, Bekily et Ampanihy jusqu’en avril en raison de l’importante aide alimentaire et monétaire en cours. Les précipitations irrégulières, l’accès limité aux semences et la consommation précoce des récoltes vertes contribueront probablement à une production inférieure à la moyenne pour les ménages très pauvres. Néanmoins, les rendements devraient être suffisants pour maintenir une situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) entre avril et septembre.
    • Dans le Grand Sud-Est, les récoltes de riz de contre-saison et de manioc à cycle court ainsi que la disponibilité des fruits sauvages locaux permettent à la plupart des ménages les plus pauvres de satisfaire leurs besoins alimentaires de base. Cependant, la plupart ont du mal à satisfaire leurs besoins non alimentaires compte tenu de la persistance de prix atypiquement élevés, aggravés par la détérioration saisonnière des conditions routières pour approvisionner les marchés ; ce qui entraîne des résultats de Stress (Phase 2 de l'IPC) dans ces zones tout au long de la période de projection. En revanche, les communes éloignées et largement inaccessibles—notamment dans les districts de Befotaka, Ikongo et Nosy Varika—resteront en Crise (Phase 3 de l'IPC) jusqu'à la prochaine récolte principale en mai, car de nombreuses routes restent en très mauvais état suite aux cyclones qui ont frappé le pays ces dernières années, entraînant un approvisionnement irrégulier du marché et des chocs de prix intermittents. 
    • La saison des pluies touche désormais à sa fin à Madagascar, avec des résultats mitigés. Dans tout le Grand Sud et dans certaines parties du Grand Sud-Est, les précipitations ont été irrégulières avec des précipitations cumulées inférieures à la moyenne dans des zones localisées. Les mauvaises performances pluviométriques ont été associées par les aléas saisonniers typiques, notamment les dunes provoquées par les vents de Tiomena, les légionnaires et les criquets, ainsi que les fortes pluies. Cependant, dans la plupart des zones productrices de maïs, l’indice de satisfaction des besoins en eau (WRSI) a indiqué des conditions médiocres au minimum pour le maïs, et les rapports de terrain ont confirmé des améliorations des récoltes attendues par rapport aux dernières années de sécheresse, même si elles restent inférieures à la moyenne. Des températures supérieures à la moyenne sont attendues dans les mois à venir, entraînant de mauvaises prévisions d'humidité des sols, ce qui devrait avoir un impact négatif sur les récoltes de racines et tubercules dans le Grand Sud et le Grand Sud-Est, qui seront probablement légèrement inférieures à la moyenne. Le 27 mars, la tempête tropicale Gamane a touché terre dans la région de Sava, au nord de Madagascar, provoquant des inondations et des déplacements localisés ; les informations sur les dégâts sont toujours en cours d'obtention. 
    • Avec la prochaine principale récolte, les prix des aliments de base, notamment le manioc sec, les patates douces, le riz local et le fruit à pain (dans le Grand Sud-Est), devraient baisser de façon saisonnière, améliorant le pouvoir d'achat des ménages au cours des prochains mois. Bien que les prix soient en baisse par rapport à 2022 compte tenu de la reprise après la sécheresse—par exemple, les prix du manioc sec à Toliara en février étaient 17 pour cent inférieurs à la moyenne sur deux ans—ils restent bien au-dessus des niveaux d’avant la sécheresse. Parallèlement, bien que les taux d'augmentation des prix du riz national aient diminué au cours des deux dernières années, les prix du riz importé ont considérablement augmenté ; le volume de riz importé ayant chuté d'environ 43 pour cent par rapport à l'année dernière en raison des réglementations sur les exportations en Inde qui est le principal importateur de riz pour Madagascar. En février, les prix du riz importé ont augmenté de 24,2 pour cent sur un an et de 37 pour cent par rapport à la moyenne sur deux ans à Toliara, tandis que les prix du riz intérieur sont restés stables sur un an et n'ont augmenté que de 13,7 pour cent par rapport à la moyenne des deux dernières années. Bien que les ménages les plus pauvres préfèrent généralement les cultures de maïs et de racines et tubercules dans le Grand Sud et le riz dans le Grand Sud‑Est, tous les ménages les plus pauvres augmenteront et/ou remplaceront le manioc ou la patate douce lorsque les prix du riz augmenteront de manière significative.

    Citation recommandée: FEWS NET. Madagascar Mise à jour des messages clés Mars 2024: La consommation des récoltes vertes améliore progressivement l'accès à la nourriture, mais contribuera probablement à une réduction des rendements de maïs dans le Grand Sud, 2024.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top