Perspectives sur la sécurité alimentaire

Les conflits continuent à perturber les moyens d’existence des ménages dans les zones affectées

Octobre 2017

Octobre 2017 - Janvier 2018

Février - Mai 2018

IPC 2.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Non cartographié
Serait probablement pire, au moins une phase, sans l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire. FEWS NET ne cartographie que l’est de la RDC.

IPC 2.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Non cartographié
Serait probablement pire, au moins une phase, sans l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire. FEWS NET ne cartographie que l’est de la RDC.

IPC 2.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3+: Crise ou pire
Serait probablement pire, au moins une phase, sans
l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire.
Pour les pays suivis à distance par FEWS NET, un contour coloré est utilisé pour représenter la classification de l’IPC la plus élevée dans les zones de préoccupation.

IPC 2.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

Pays de présence:
1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Pays suivis à distance:
1: Minimale
2: Stress
3+: Crise ou pire
Serait probablement pire, au moins une phase, sans
l'assistance humanitaire en cours ou programmée
Non cartographié
Pour les pays suivis à distance par FEWS NET, un contour coloré est utilisé pour représenter la classification de l’IPC la plus élevée dans les zones de préoccupation.

Messages clés

  • Sur l’ensemble des régions Nord Est, Sud Est et Centre-Est, à climat bimodal, on assiste à une reprise progressive de la grande campagne agricole (Saison A : récolte janvier à mars), au stade de semis des principaux vivriers. Cette reprise reste timide, voire incertaine dans les zones de conflits des Kasaï et le Tanganyika, du fait des faibles retours sur les 20 pour cent de la population rurale de ces zones en déplacement.

  • Selon les prévisions de la NOAA et de NMME, les précipitations cumulatives saisonnières sont susceptibles d’être moyennes sur l’ensemble du pays ou inferieures à la moyenne dans la partie sud-Est de la RDC notamment dans la province du Haut-Katanga. Ces conditions devront favoriser une conduite normale des cultures, avec des meilleures récoltes en fin de cette saison culturale.

  • La présence renforcée des forces gouvernementales dans la région des Kasaï a favorisé des mouvements de retour des déplacés estimé à 106 000 personnes dans les 18 derniers mois soit 7,5 pour cent des PDIs.  Ces mouvements de retour risqueraient d’être anéantis si des mesures d’accompagnement ne sont pas assurées à temps. Cela pourrait occasionner un cycle de déplacement continu.

CONTEXTE NATIONAL

Situation actuelle

La situation humanitaire en RDC demeure préoccupante. Les violences dans la région des Kasaï, les provinces de Tanganyika et du Sud-Kivu ont déplacé à ce jour, plus de 3,9 millions de personnes, dont près de la moitié se trouveraient dans la seule région des Kasaï. Il conviendra aussi de noter que la crise en RDC est l’une des plus grandes crises humanitaires prolongées au monde, avec au moins 8,5 millions de personnes à travers l’ensemble du pays en besoin d'assistance et de protection, et près de 2 millions d'enfants à risque de malnutrition aigues sévères, selon OCHA. A cela s’ajoutent les épidémies comme le choléra qui touche des dizaines des milliers de personnes chaque année.

Près d'un demi-million des Congolais ont cherché refuge dans les pays voisins, y compris 33 000 personnes qui ont fui vers l’’Angola et, plus récemment, 3 400 autres qui ont traversé la frontière Zambienne avec le Tanganyika et le Haut-Katanga depuis septembre 2017.

Cette situation est exacerbée par la présence massive en RDC de près de 564 000 réfugiés et demandeurs d’asile en provenance des pays voisins dont le Rwanda, le Burundi, le Soudan du Sud et la Centrafrique, du fait de l’instabilité politique dans ces pays.

Malgré ces déplacements massifs des populations, on assiste également à un mouvement de retour d’un nombre important de réfugiés  et des personnes déplacées  dans leurs villages essentiellement dans la région des Kasaï. La quasi-totalité  des villages a été détruite. La faible capacité humanitaire de soutenir ces retours contribue à un risque potentiel des nouveaux cycles de déplacement et violences intercommunautaires.

Les récoltes de 2016/2017 étaient relativement inférieures à la normale quand on sait que 20 pour cent de la population rurale étaient en  déplacement.  Les résultats de la dernière analyse IPC du juin 2017  montrent que 7,7 millions des personnes sont en situation d’insécurité alimentaire en RDC dont 4,3 million des personnes dans les zones de conflits haut-citées, avec des taux d’insécurité alimentaire de plus en plus élevé. 

Suppositions

Le scénario le plus probable d’octobre 2017 à Mai 2018 est basé sur les hypothèses suivantes au niveau national : 

·Précipitations : Les précipitations sont attendues moyennes durant la saison A 2017-2018 selon la NOAA (Figure 2), ce qui permettrait aux ménages de faire une exploitation normale de cette saison culturale à l’exception de certaines zones du sud-Est (Ex -Katanga) où les prévisions sont annoncées être en dessous de la moyenne.

·Période de soudure précoce : Etant donné les très faibles récoltes des saisons précédentes dans la partie Centre Est du pays (Région des Kasaï et Tanganyika) inférieure à la moyenne, les ménages auront épuisé leurs stocks de nourriture au début de cette première période de scenario. De ce fait, il est fort possible qu’à partir du mois de novembre, la période de soudure intervienne de manière précoce à partir d’août 2017.

·Saison agricole A : Tenant compte de l’attaque de la culture du maïs par la chenille légionnaire d’automne « Spodoptera frugiperda » depuis la saison A 2016-2017 et la poursuite de cette attaque durant la saison A 2017-2018, déjà annoncée dans certaines localités du Nord-Kivu et Katanga, etc., il est fort possible que la saison agricole A 2017-2018 qui vient de commencer, connaisse plus d’attaques de la chenille légionnaire d’automne sans moyens de lutte de la part des agriculteurs, étant donné que la sensibilisation amorcée par les partenaires (FAO notamment) se poursuit au niveau du pays.

·Accompagnement des retournés : Dans la mesure où des mesures d’accompagnement ne seront pas prise à l’égard des personnes de retour dans leurs localités d’origine, on pourrait s’attendre à un cycle de déplacement continu et de remobilisation des jeunes qui trouveront asile dans les milices armés.

·Nouveaux déplacements des populations : Dans une ambiance de fragilité de la situation politico économique du pays, la non tenue des élections à la date initialement prévue pourrait occasionner des manifestations qui pourraient engendreraient des nouveaux mouvements des populations qui vont s’ajouter aux 3,8 millions existants sur le territoire national.

·Hausse de la demande dans la province du Haut-Uélé : la présence massive des réfugiés sud soudanais augmenterait la demande des produits vivriers par rapport à l’offre habituelle. Cette situation occasionnerait une distorsion des prix des denrées sur les marchés de cette région du pays.

Résultats les plus probables de la sécurité alimentaire

Dans la première période de scénario allant d’octobre 2017 à janvier 2018, toute la partie Sud du pays se trouverait en période de soudure notamment le Centre-Nord et le Sud-Est. Ces régions resteront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) à l’exception de la région des Kasaï et le Tanganyika qui continueront à être en situation de Crise (Phase 3 de l’IPC), et nécessiteraient une assistance humanitaire pour sauver des vies et préserver les moyens d’existence.

Dans le deuxième période de scenario de février à mai 2018, on assistera à un début des récoltes dans le Nord Est et le Centre-Est. Ces récoltes pourront soulager les ménages pauvres qui pourront se nourrir à partir de leur propre production. Par contre dans la région Sud Est, la période de soudure se poursuivra jusqu’en avril 2017 avec une dépendance de plus en plus forte vers la Zambie.

Dans la région des Kasaï où la période de soudure a été  plus précoce que d’habitude, les approvisionnements à partir des provinces et territoires voisins qui ont servi les zones affectées depuis le début de la crise en aout 2016, vont sensiblement baisser faute de stocks disponibles. Les ménages pauvres qui, en cette période de l’année vivent essentiellement des travaux temporaires agricoles et non agricoles, dépendront des achats au marché pour s’approvisionner en nourriture, avec un pouvoir d’achat en déclin. En l’absence d’une assistance humanitaire, notamment un apport en vivres dans la région, cette zone du Kasaï qui est en situation en Crise (Phase 3 de l’IPC) demeurerait en cette phase de crise, sur toute la période de scenario, malgré les récoltes de janvier qui seront inferieure à la moyenne. La région resterait en phase de crise. Certains ménages pourront démarrer la consommation de la récolte verte vers fin janvier 2017. Dans les autres parties du pays, particulièrement le nord-Est, les zones resteront en Minimale (Phase 1 de l’IPC) pendant la durée du scenario. 

Pour plus d'informations sur les perspectives des zones de préoccupation, veuillez, s'il vous plaît, cliquer en haut de la page pour télécharger le rapport complet.

EVENEMENTS QUI POURRAIENT CHANGER LES SCENARIOS

Zone

Evénements

Impact sur les conditions de la sécurité alimentaires

Province de Tanganyika (CD03)

Arrêt de conflit, stabilisation dans la zone et retour des déplacés dans leurs localités d’origine.

Les 20 pour cent des ménages en déplacement pourront retrouver leurs moyens d’existence et relancer la production agricole pour finalement accroitre le niveau des disponibilités alimentaire dans la zone CD03.

Lutte contre la chenille envahissante et la striure brune du manioc

Une amélioration de la qualité et quantité de la production agricole

Apport important de l’assistance alimentaire dans la zone

Amélioration du niveau de consommation des ménages et baisse des taux de malnutrition actuelle du fait de l’apport des nutriments

Levée de la restriction sur les importations Tanzaniennes vers la RDC

Augmentation des disponibilités alimentaires sur les marchés locaux avec éventuellement une amélioration du niveau des prix de denrées avec une tendance à la baisse.

Région des Kasaï

Arrêt de conflit, stabilisation dans la zone et retour des déplacés dans leurs localités suite à l’arrêt des conflits

Les 20 pour cent des ménages en déplacement pourront retrouver leurs moyens d’existence et relancer la production agricole pour finalement accroitre le niveau des disponibilités alimentaire dans la zone CD03.

Reprise effective du trafic ferroviaire sur le tronçon Mwene Ditu-Kananga

Amélioration du niveau d’approvisionnement et partant de la disponibilité alimentaire dans la région, avec des denrées qui viendraient en dehors de nos frontières. (Zambie)

Lutte contre la chenille envahissante et la striure brune du manioc

Une amélioration de la qualité et quantité de la production agricole

Apport important de l’assistance alimentaire dans la zone

Amélioration du niveau de consommation des ménages et baisse des taux de malnutrition actuelle du fait de l’apport des nutriments

 

A Propos de l’Élaboration de Scenarios

Afin d’estimer les résultats de la sécurité alimentaire pour les prochains six mois, FEWS NET développe les suppositions de base concernant les événements possible, leurs effets, et les réponses probables des divers acteurs. FEWS NET fait ses analyses basées sur ces suppositions dans le contexte des conditions actuelles et les moyens d’existence locaux pour développer des scénarios estimant les résultats de la sécurité alimentaire. D’habitude, FEWS NET prévient du scénario le plus probable. Pour en savoir plus, cliquez ici.

About FEWS NET

Le Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine est l’un des principaux prestataires d’alertes précoces et d’analyses de l’insécurité alimentaire. Constitué par l’USAID en 1985 pour aider les décideurs à planifier pour les crises humanitaires, FEWS NET fournit des analyses factuelles  concernant quelque 35 pays. Les membres des équipes de mise en œuvre incluent la NASA, la NOAA, le département américain de l ‘Agriculture (USDA) et le gouvernement des États-Unis (USGS), de même que Chemonics International Inc. et Kimetrica. Vous trouverez d’autres informations sur notre travail.

  • USAID Logo
  • USGS Logo
  • USDA Logo
  • NASA Logo
  • NOAA Logo
  • Kilometra Logo
  • Chemonics Logo