Mise à jour sur la sécurité alimentaire

Récoltes vertes perturbées du fait d’une pluviométrie excessive au Centre-est et à l’Ouest du pays

Décembre 2019

Décembre 2019 - Janvier 2020

Carte de Résultats estimés les plus probables de la sécurité alimentaire, octobre 2019 à janvier 2020: Minimal (Phase 1 de l'IPC) dans le nord, Stress(Phase 2 de l'IPC) dans le sud-est, et Sud Kivu/nord Maniema, et Crise (Phase 3 de l'IPC) dans les Kasais, Tanganyika, sud du Maniema, Nord Kivu, et l'ouest d'Ituri

Février - Mai 2020

Carte de Résultats estimés les plus probables de la sécurité alimentaire, février à mai 2020: Minimal (Phase 1 de l'IPC) dans le nord, Stress(Phase 2 de l'IPC) dans le sud-est, et Sud Kivu/nord Maniema, et Crise (Phase 3 de l'IPC) dans les Kasais, Tanganyika, sud du Maniema, Nord Kivu, et l'ouest d'Ituri

IPC v3.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Non cartographié
Serait probablement pire, au moins une phase, sans l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire. FEWS NET ne cartographie que l’est de la RDC.

IPC v3.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Non cartographié
Serait probablement pire, au moins une phase, sans l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire. FEWS NET ne cartographie que l’est de la RDC.

IPC v3.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3+: Crise ou pire
Serait probablement pire, au moins une phase, sans
l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire.
Pour les pays suivis à distance par FEWS NET, un contour coloré est utilisé pour représenter la classification de l’IPC la plus élevée dans les zones de préoccupation.

IPC v3.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

Pays de présence:
1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Pays suivis à distance:
1: Minimale
2: Stress
3+: Crise ou pire
Serait probablement pire, au moins une phase, sans
l'assistance humanitaire en cours ou programmée
Non cartographié
Pour les pays suivis à distance par FEWS NET, un contour coloré est utilisé pour représenter la classification de l’IPC la plus élevée dans les zones de préoccupation.

Messages clés

  • La saison agricole A 2019-2020 a commencé en début octobre avec des irrégularités pluviométriques sur l’ensemble de la partie Est du pays en proie aux conflits, lesquelles pourraient occasionner un retard dans les récoltes vertes attendues habituellement à partir de mi-décembre du fait de la perturbation du cycle cultural occasionné par l’excès des pluies plus manifesté au Centre-est. On pourrait donc s’attendre à un léger glissement de cette période de récolte de deux à trois semaines à partir de janvier 2020.

  • La saison des pluies d'octobre 2019 à mars 2020 dans les pays de l’Afrique australe, a démarré avec des précipitations irrégulières qui seront prévues d’être inférieures à la moyenne durant le reste de la saison agricole en cours. Cela occasionnerait une prochaine saison de faibles productions agricoles dans ces pays excédentaires pour le maïs. On s’attendrait ainsi à moyen terme, à une réduction des disponibilités dans le Sud-est de la RDC.

  • Des hausses des prix atypiques de la farine de maïs et la farine de manioc ont été observées au Centre-est du pays accusant une augmentation de l’ordre de 30 pourcents entre octobre et novembre 2019 à Kananga et Mbuji-Mayi. Par contre, sur le marché de Beni, on note une hausse de 40 pourcents de prix de la farine de manioc au mois de novembre-19 comparé à la moyenne de trois derniers mois. Il s’agit-là des variations saisonnières exacerbées par les faibles productions des saisons précédentes dans ces zones.

Situation Actuelle

Situation sécuritaire et mouvements des populations : La situation actuelle des conflits et insécurité prolongée en RDC se manifeste de manière variée dans les zones de l’Est. Dans la province du Sud Kivu, les conflits interethniques signalés depuis le mois de février 2019 se sont poursuivis au cours des deux derniers mois et embrasent déjà tous les moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga. Les attaques et les destructions des villages entiers par les groupes armés aux différentes communautés s’accompagnent des destructions des champs, récoltes et vols de cheptels, réduisant ainsi les sources d’aliments et les revenus des ménages de ces zones affectées.

Aussi au Sud-Kivu, on signale actuellement des affrontements entre FARDC et les combattants rwandais des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) et du Congrès National pour la Renaissance Démocratique (CNRD). Ces affrontements occasionnent des mouvements importants des populations vers le groupement de Zirhalo et les hauts plateaux de Kalehe. En outre, on signale une nouvelle coalition des groupes armés dans le territoire de Walikale contre les FDLR qui seraient chassés de Kalehe. Cette situation pourrait avoir à moyen terme, un impact négatif sur le niveau de récoltes dans les zones affectées faute d’accès et qui se retrouvent en fin de saison agricole A.

Dans le Nord-Kivu, les nouvelles offensives des FARDC contre les groupes armés dont les ADF ont provoqués des nouvelles vagues de déplacements des populations. Les alertes de OCHA au courant de novembre 2019, font état de près de 166,966 personnes nouvellement déplacées contre 178,466 retournées dans la même période, dans les territoires de Beni, Lubero et Rutshuru. Ces attaques impactent aussi les interventions d’Ebola.

Saison agricole : Selon les prévisions de la NOAA, les pluies estimées excessives devraient se manifester dans les régions du Nord-Ouest et Centre-est du pays perturbant ainsi le cycle cultural et retardant les récoltes vertes attendues habituellement dans la mi-décembre, sur l’ensemble de la région Est de la RDC. On a assisté dans le Nord comme dans le Sud à une régularité des pluies qui a permis la reprise normale de la saison agricole A. Cependant, dans les provinces du Haut Katanga, le Lwalaba et le Maniema (territoire de Kasenga) dans le Sud-est, la reprise tardive des pluies occasionnerait des récoltes tardives.

En revanche, dans le Nord-est, Centre-est et la partie Ouest (Equateur et Mai-Ndombe) on a noté des excédents des pluies préjudiciables à la conduite normale du cycle cultural du fait des inondations et glissements des terres.

Les Divisions Provinciales de la Santé (DPS) de la Tshopo et du Bas-Uélé ont fait état de 150,470 personnes environ touchées par des inondations dans ces provinces, et plus de 10,000 sinistrés à Zongo. On estime environ 100 hectares les terres cultivables inondées dans la province de Tshopo Cette situation présage d’une faible reprise agricole en saison A avec des faibles pronostics des récoltes.

Disponibilités alimentaires et situation des marchés : En raison des faibles niveaux de production des cinq dernières saisons agricoles limitant les disponibilités sur les marchés locaux, notamment dans la région des Kasaï, la période de soudure avait démarré précocement et les prix de la farine de maïs sur des nombreux marchés sont restés en hausse. Ceci a été exacerbée par la situation de carence de ce produit du fait des campagnes anormales dans les pays du Sud, principaux pourvoyeurs de ce produit dans la zone sud de la RDC.

En effet, certains marchés comme Lubumbashi s’approvisionnent à près de 70 pourcents des productions de la Zambie et du Zimbabwe alors que ces pays ont connu des baisses de production de l’ordre de 30 pourcents pour des raisons climatiques. Cette situation pourrait entrainer la hausse des prix au-dessus de la moyenne et réduire les disponibilités en céréales de base dans les marchés du Sud-est de RDC.

La situation d’Ebola : La résurgences des groupes armés et les soulèvements frequents des populations de la ville de Beni, Butembo et environs réclamant le départ de la MONUSCO entravent les activités efficaces de riposte de la Maladie à virus Ebola (MVE) dans les zones affectées (Beni et Lubero), et une poursuite normale des activités agricoles. On dénombre en date du 04 décembre 2019, 3313 cas enregistrés avec 2207 décès soit une létalité de 67 pourcents. Si cette situation perdure, on pourrait s’attendre à une détérioration de la situation de la sécurité alimentaire des ménages pauvres à travers l’augmentation brusque des prix des principales denrées alimentaires observées en fin novembre-19 notamment sur la farine de manioc (40 pourcents) et le haricot (50 pourcents) pourtant stables depuis août 2019. Ceci pourrait être dû à la période de soudure en cours et aux effets de conflits dans la région car les sources d'approvisionnement sont restées les mêmes.

Assistance humanitaire : Elle se poursuit dans les zones affectées notamment dans la région des Kasaï, la province orientale, le Nord- Kivu, le Sud -Kivu et le Tanganyika. L’accès logistique et sécuritaire aux populations dans les hauts plateaux d’Uvira, Fizi, Kalehe dans le sud Kivu ainsi que dans la partie Nord du nord Kivu reste un challenge pour les organisations humanitaires. En outre, la couverture de l’assistance actuelle reste faible (inférieure à 25%). Selon OCHA, environ 443,000 personnes nouvellement déplacées dans la province de l’Ituri ne seraient pas encore assistées en date du 30 Novembre 2019.

Suppositions Mise à Jour

La situation actuelle ne pourra pas sensiblement affecter les hypothèses émises dans le développement du scénario FEWS NET le plus probable pour la période d’octobre 2019 à mai 2020 car les zones concernées par le nouveau développement de la situation avaient été déjà classifiées en phase de Crise (Phase 3 de l'IPC). Un examen complet du scénario est disponible dans le rapport sur les perspectives d’Octobre 2019 à Mai 2020 posté sur le site de FEWS NET.

Perspective Estimeé Jusqu' à Mai 2020

La période de mi- décembre 2019 à Janvier 2020 devra coïncider avec la récolte des principaux vivriers comme le maïs, le haricot, et l’arachide pour la saison agricole A dans le Nord-est et Centre-est du pays, qui va être en dessous de la moyenne à cause des pluies excessives et des inondations. Une proportion importante de ménages retournés pourrait participer à la prochaine saison agricole (saison agricole B), on pourrait également s’attendre à une augmentation de la surface emblavée par les fermiers qui sera suivie d’une amélioration probable des récoltes attendues en juin 2020, mais au vu des effectifs de plus en plus croissants des personnes encore en déplacement, le niveau de récolte pourra rester en dessous de la moyenne. Cela pourrait donner à nouveau de la nourriture à certains ménages pauvres qui dépendraient, en ce moment, de leur propre production.

Etant donné la faible couverture d’assistance humanitaire reçue par les ménages retournés, seule la production de la saison agricole A estimée faible ne pourra couvrir leurs besoins en nourriture, notamment dans les parties Centre-est, Nord-est et Sud-est du pays. On estime aussi que la période de soudure s’annoncerait plus précoce déjà à partir du début mars 2020.

Prenant en compte les éléments décrits ci-haut, la situation de la sécurité alimentaire au Centre-est, à Nord-est serait marquée par les zones de Crise (Phase 3 de l'IPC), notamment dans le Kasaï, le Tanganyika, le Nord-Kivu et l'Ituri jusqu'en janvier 2020. A la fin des récoltes de la saison agricole A et au début de mars 2020, la situation alimentaire dans ces zones pourrait s’améliorer et virer au Stress (Phase 2 de l’IPC) pour certaines zones du fait de l’amélioration des disponibilités alimentaires en cette période.

À Propos de ce Rapport

Cette mise à jour sur la sécurité alimentaire est un rapport mensuel sur les conditions actuelles et des changements sur les perspectives projetées de l'insécurité alimentaire dans ce pays. Il met à jour les Perspectives sur la sécurité alimentaires de FEWS NET. Pour en savoir plus sur notre travail, cliquez ici.

About FEWS NET

Le Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine est l’un des principaux prestataires d’alertes précoces et d’analyses de l’insécurité alimentaire. Constitué par l’USAID en 1985 pour aider les décideurs à planifier pour les crises humanitaires, FEWS NET fournit des analyses factuelles  concernant quelque 35 pays. Les membres des équipes de mise en œuvre incluent la NASA, la NOAA, le département américain de l ‘Agriculture (USDA) et le gouvernement des États-Unis (USGS), de même que Chemonics International Inc. et Kimetrica. Vous trouverez d’autres informations sur notre travail.

  • USAID Logo
  • USGS Logo
  • USDA Logo
  • NASA Logo
  • NOAA Logo
  • Kilometra Logo
  • Chemonics Logo