Mise à jour sur la sécurité alimentaire

Début de soudure précoce en août dans l’est du pays, engendrant une expansion de Crise (Phase 3 de l’IPC)

Août 2022

Août - Septembre 2022

Octobre 2022 - Janvier 2023

IPC v3.1 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Non cartographié
Serait probablement pire, au moins une phase, sans l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire. FEWS NET ne cartographie que l’est de la RDC.

IPC v3.1 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Non cartographié
Serait probablement pire, au moins une phase, sans l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire. FEWS NET ne cartographie que l’est de la RDC.

IPC v3.1 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3+: Crise ou pire
Serait probablement pire, au moins une phase, sans
l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire.
Pour les pays suivis à distance par FEWS NET, un contour coloré est utilisé pour représenter la classification de l’IPC la plus élevée dans les zones de préoccupation.

IPC v3.1 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

Pays de présence:
1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Pays suivis à distance:
1: Minimale
2: Stress
3+: Crise ou pire
Serait probablement pire, au moins une phase, sans
l'assistance humanitaire en cours ou programmée
Non cartographié
Pour les pays suivis à distance par FEWS NET, un contour coloré est utilisé pour représenter la classification de l’IPC la plus élevée dans les zones de préoccupation.

Messages clés

  • Depuis le début de l’année 2022, OCHA estime à environ 877,000 personnes nouvellement déplacées dont 80 pour cent de ces déplacements dus à des attaques et affrontements armés dans les provinces de l’Est. Selon la même source, les chiffres actualisés des personnes déplacées internes en RDC est de près de 4.2 millions. Ces personnes sont coupées de leurs moyens d’existence et pourront être menacés d’insécurité alimentaire dans un contexte de faible couverture en assistance humanitaire.  

  • Comme durant les mois précédents, les prix des principales denrées alimentaires continuent à augmenter. Les prix restent à la hausse, avec des variations mensuelles atypiques de l’ordre de 10 et 50 pourcents comparées à l’année passée. Cette situation devra limiter l’accès aux aliments pour les ménages pauvres durant cette période de soudure. 

  • Les régions de l'est de la RDC, en début de soudure et qui ont continué à connaître des conflits et des niveaux élevés de déplacement resteront en Crise (Phase 3 de l’IPC), tandis que certaines régions moins affectées par les conflits connaîtront le Stress (Phase 2 de l’IPC), en particulier pendant la période de soudure d'octobre à mi-décembre. Une faible portion des ménages pauvres n’ayant pas eu accès à la terre à Djugu, connaitront des déficits importants de consommation alimentaire et seront en Urgence (Phase 4 de l’IPC). Les autres zones du nord et centre-est moins affectées et ne connaissant pas de déficit de consommation seront en situation Minimale (Phase 1 de l’IPC). 

SITUATION ACTUELLE

Augmentation des violences qui exacerbe les mouvements des populations en Ituri et au nord Kivu : Malgré les multiples initiatives pour le retour à la paix, les violences ne cessent d’augmenter en Ituri et au Nord-Kivu, avec des niveaux de violence et fatalités a des niveaux le plus haut depuis 2019. En effet, depuis mi-juillet 2022, les attaques des groupes armés se sont accentuées dans la province de l’Ituri. De plus, les ADF ont multiplié les attaques contre les populations sur l’axe Irumu-Mambasa et on assiste à des attaques opposées entre les milices CODECO contre les milices Zaïre dans le territoire de Djugu. Ces nouveaux actes de violences ont occasionné la mort des plusieurs dizaines des personnes et des nouveaux mouvements des populations en plus de la destruction des récoltes par les assaillants. En effet, plus de 10 000 exploitants artisanaux d’or et des agriculteurs sont réduits à l’oisiveté dans le territoire de Djugu. Par ailleurs, plusieurs maisons de commerce sont cambriolées et des opérateurs économiques dépouillés de leurs biens par des hommes armés.

En outre, les territoires de Nyiragongo et Rutshuru dans le Nord Kivu ont connu des nouveaux déplacements des populations suite aux reprisses des affrontements en juillet 2022. Selon la Commission Mouvement des Populations, plus de 160 000 personnes étaient en déplacement, dont 64 pourcents des personnes déplacées ont trouvé refuge dans des sites et centres collectifs (église, école, stade, autres lieux collectifs) et 36 pourcents dans des familles d'accueil.

Situation macro-économique : Selon la mercuriale du Ministère du Commerce Extérieur, les cours des principaux produits miniers d’exportation de la RDC devraient afficher une tendance à la hausse durant le mois d’août 2022. En effet, les prix des produits miniers, dont dépend l’économie congolaise, notamment l’argent et le tantale devraient rester stable ; le cuivre, le zinc et l’étain devraient se vendre en hausse après une baisse sensible en juillet 2022. Quant à l’or, son prix pourra atteindre son plus haut niveau depuis 2 mois sur le marché international. En revanche, au cours de mois d’août en cours, seul le prix du cobalt devrait enregistrer une tendance à la baisse en passant de 53 749,00 USD la tonne la semaine passée à 49 755,00 USD cette semaine, soit un écart de prix négatif de l’ordre de 3 994 USD. Cette situation augure une bonne évolution macro-économique et la stabilisation de la monnaie locale.

Pillage et destruction d’élevage dans les hauts plateaux du Sud Kivu : Selon la société civile locale, environ 600 bovins et 300 caprins ont été emportés par les éléments des groupes armés Imbonerakure et Red Tabara dans les hauts plateaux des territoires de Fizi et Uvira lors des violences au début de ce mois d’aout.

Situation agricole : Etant donné le faible niveau des récoltes des saisons agricoles précédentes A et B, la période de soudure s’avère plus précoce que d’habitude. Les stocks issus de ces deux saisons ont couvert, chacune, en moyenne deux mois de consommation sur l’ensemble de la zone Est du pays.

Prix des produits de base et fonctionnement des marchés : Les prix des produits importés tels que le riz et l'huile végétale ont augmenté de 45 à 105 pourcents au-dessus de la moyenne de deux années et de l’année passée. Les perturbations de l'approvisionnement causées par la guerre russo-ukrainienne en cours ont également fait hausser les prix de 10 à 20 pour cent comparé au début de l’année 2022. La pression à la hausse sur les prix des produits de base signalée entre mars et avril s'est rétablie sur plusieurs marchés suivis par FEWSNET en juin à la suite des mesures prises par le gouvernement, notamment la fixation des prix des produits surgelés et du carburant. Les prix nominaux des produits de base tels les haricots, la farine de maïs, et la farine de manioc qui sont produits localement ont augmenté généralement par rapport au mois précédent, conformément à la période de la petite soudure typique, mais restent nettement au-dessus de leur moyenne de 3 ans.

Résurgence des épidémies : Selon le Ministère de la Santé congolais, partant de  janvier à mi-juin 2022, plus de 68 500 cas suspects et 1002 décès liés à la rougeole ont été signalés RDC, soit plus que le nombre total de cas pour l’ensemble de l’année 2021, mais en à peine plus de cinq mois. 114 zones de santé ont été déclarées en épidémie dans 24 des 26 provinces du pays.

SUPPOSITIONS MIS À JOUR

Globalement, la situation actuelle n’a pas affecté les hypothèses émises dans le développement de scénario FEWS NET le plus probable pour la période de février à septembre 2022. Un examen complet du scénario est disponible dans le rapport des perspectives de la sécurité alimentaire de juin 2022 . Les révisions des quelques hypothèses utilisées pour développer le scénario le plus probable de FEWS NET ont été revues comme suit :

  • Conflits et mouvement des populations dans l’Ituri, le Nord-Kivu et le Sud-Kivu : La violence se poursuivra probablement à des niveaux inhabituellement élevés dans l'Ituri et le Nord-Kivu alors que le M23 continuera de tenter de consolider les gains territoriaux dans le territoire de Rutshuru. Les déplacements internes devraient dépasser les niveaux observés en 2021.

Au Sud-Kivu, le lancement imminent des opérations conjointes avec les FARDC contre les groupes armés pourraient augmenter le niveau des violences contre les populations. Il est fort probable que le nombre d'incidents et de décès associés pourront augmenter à des niveaux plus élevés et continueront de pourront compromettre la période de transhumance pastorale de la zone.

Dans les autres zones des conflits notamment dans les provinces du Tanganyika, Kasaï, Kasaï-Central, et Maniema, l’intensité de conflits inter communautaires restera similaire aux deux derniers mois et continuera à perturber les moyens d’existence des populations. En outre, depuis le mois de juillet 2022, avec la résurgence de conflit observée entre les autochtones Teke et les non originaires Yaka,  dans le territoire de Kwamouth dans la province de Mai-Ndombe , on s’attend à des violences intercommunautaires dans cette zone qui pourraient impacter sur la reprise de la saison agricole et perturber les moyens d’existence desdites populations. 

  • Prix des denrées et fonctionnement des marchés : Suite à la situation de soudure qui s’annonce précoce et tenant compte des faibles disponibilités des céréales attendus dans les prochains mois, et de l’augmentation continue du cout de carburant, on pourrait s’attendre à des prix des denrées qui vont rester  au-dessus de la moyenne  notamment les céréales comme le blé, la farine de maïs et le riz importé du fait de la rupture probable des approvisionnements en provenance des pays producteurs en crise. 

PERSPECTIVES ESTIMÉES JUSQU'EN JANVIER 2023

La période d’août 2022 à janvier 2023 connaitra le pic de la soudure, et le début des travaux de semis pour la saison A, avec des récoltes vertes attendues en décembre 2022 dans toute la partie Est de la RDC, exceptée l’ex-province du Katanga, unimodale, qui attendra ses récoltes 3 mois plus tard. La continuité des conflits dans différentes zones va limiter les mouvements des populations notamment ceux des fermiers et empêcher la conduite normale du cycle cultural pour la saison agricole en cours. 

Entre août et septembre, on assistera au semis des principaux vivriers, avec un début de saison annoncé normale, mais qui connait déjà des précipitations précoces et avant la grande période de semis. Les prix des denrées connaitront des variations saisonnières qui réduiraient l’accès à la nourriture des ménages affectés. Les difficultés d’accès des ménages à la nourriture seront modérées à cause des campagnes précédents en dessous de la moyenne et les prix des denrées de bases au-dessus de la moyenne, engendrant une soudure précoce en aout. Ces derniers commenceront à développer des stratégies de stress et de crise liées à la consommation alimentaire. Avec la reprise des travaux champêtres on pourra assister à une baisse des disponibilités et à dépendance au marché après épuisement des stocks des ménages.

Dans la seconde période de scenario qui va d’octobre 2022 à janvier 2023, et qui va coïncider avec le pic de la période de soudure (en novembre), la situation sera plus difficile en termes d’accès alimentaire des ménages qui auront vidé leurs faibles stocks de la précédente saison plus tôt que d’habitude et qui dépendront des achats au marché pour s’approvisionner en denrées de base. Dans ce contexte, ces ménages pourront développer des stratégies plus dommageables à travers la mendicité et la vente des actifs de production dans les zones affectées notamment l’Ituri, le Nord- Kivu et le Sud-Kivu pour satisfaire leurs besoins alimentaires immédiats. Avec une assistance humanitaire fournie est largement inférieure aux besoins, les populations de certaines zones de santé du territoire du Djugu en province de l’Ituri dans lesquelles les populations sont coupées de leurs moyens d’existence suite aux groupes armés pourront  accuser  un déficit alimentaire significatif et pourront  épuiser leurs stratégies de crise pourra évoluer en situation d’Urgence (Phase 4 de l’IPC), tandis que les autres zones de conflits (Sud-Kivu, Nord-Kivu, Tanganyika, Ituri, Kasaï, et Kasaï Central), faute de combler leur déficit de consommation alimentaire,  resteront en situation de Crise (Phase 3 de l’IPC). Les provinces du nord plus stables ne connaissant pas de déficit de consommation seront en Stress (Phase 2 de l’IPC) et les provinces du nord restent en Minimal (Phase 1 de l’IPC).

À Propos de ce Rapport

Cette mise à jour sur la sécurité alimentaire est un rapport mensuel sur les conditions actuelles et des changements sur les perspectives projetées de l'insécurité alimentaire dans ce pays. Il met à jour les Perspectives sur la sécurité alimentaires de FEWS NET. Pour en savoir plus sur notre travail, cliquez ici.

About FEWS NET

Le Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine est l’un des principaux prestataires d’alertes précoces et d’analyses de l’insécurité alimentaire. Constitué par l’USAID en 1985 pour aider les décideurs à planifier pour les crises humanitaires, FEWS NET fournit des analyses factuelles  concernant quelque 35 pays. Les membres des équipes de mise en œuvre incluent la NASA, la NOAA, le département américain de l ‘Agriculture (USDA) et le gouvernement des États-Unis (USGS), de même que Chemonics International Inc. et Kimetrica. Vous trouverez d’autres informations sur notre travail.

  • USAID Logo
  • USGS Logo
  • USDA Logo
  • NASA Logo
  • NOAA Logo
  • Kilometra Logo
  • Chemonics Logo