Skip to main content

Haïti perspectives de l'offre et du marché de céréales

  • Perspectives de l'offre et du marché
  • Haïti
  • Décembre 1, 2021
Haïti perspectives de l'offre et du marché de céréales

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Selon les prévisions pour 2021/2022, la production globale de céréales (riz, maïs et sorgho) augmenterait de l’ordre de 4.28 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale, mais serait proche de celle de la période 2020/2021 dû à des pluviométries observées relativement meilleures que celles prévues, particulièrement pendant la campagne agricole de printemps 2021. En effet, par rapport à 2021/2022, la production de riz serait stable, celle de maïs diminuerait de 3.84 pour cent et celle de sorgho augmenterait de l’ordre de 10 pour cent.

    • L'offre céréalière totale (Production + Importation - Exportation) de 2021/2022, augmenterait de l’ordre 2 pour cent par rapport à celle de 2020/2021, principalement due à la hausse des importations de maïs de plus de 30 pour cent. En termes quantitatifs, les importations du riz et du blé occuperaient environ 96 pour cent des importations totales de céréales (riz, blé, maïs et sorgho) qui comptent pour 69 pour cent de l’offre globale alimentaire en Haïti.

    • Hormis le maïs, l’offre en chacune des céréales en 2021/2022 arriverait à couvrir les besoins de cette période en raison du niveau élevé des importations, ceci par rapport à la période précédente et aussi par rapport à la moyenne quinquennale. 

    • Plusieurs chocs ont affecté le fonctionnement du marché, les prix et l'offre. Le tremblement de terre et le cyclone Grace, au mois d’aout 2021, la rareté du carburant, outre une conjoncture socio-politique, caractérisée par la montée vertigineuse de l’insécurité, ont compromis le fonctionnement normal des marchés des produits alimentaires à travers le pays, notamment dans l'aire métropolitaine de Port-au-Prince, en ce qui se rapporte à leur approvisionnement et à leur achalandage. La détérioration des conditions macroéconomiques, illustrée par la dépréciation du taux de change, l'augmentation du déficit budgétaire et les faibles perspectives de reprise économique, continuera d'influencer les niveaux de production et la capacité du gouvernement à maintenir les subventions des prix du carburant.

    • Les facteurs évoqués continueront d'affecter le prix et l'offre des produits alimentaires et du transportation. Quant aux prix des céréales, leurs fluctuations sont à la hausse pour la période analysée. Hormis le maïs, ils resteront aussi élevés, de manière atypique, par rapport à la moyenne de cinq ans, en raison des chocs et de la détérioration des conditions macroéconomiques du pays.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top