Skip to main content

La situation de la sécurité alimentaire se stabilise grâce à quelques pluies Heys/Dadaa

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Djibouti
  • Novembre 2013
La situation de la sécurité alimentaire se stabilise grâce à quelques pluies Heys/Dadaa

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation actuelle
  • Suppositions mise à jour
  • Perspective estimée jusqu’à mars 2014
  • Messages clé
    • La sécurité alimentaire s’est améliorée par rapport aux années précédentes dans la majorité des zones rurales du pays, en grande partie grâce aux pluies, qui depuis mars 2013 ont permis d’améliorer l’état physique du bétail, la santé et la taille des troupeaux, et qui ont facilité l’accès à l’eau. Pour autant, quelques 70.000 personnes sont toujours en situation d’insécurité alimentaire.
    • À la suite des pluies Karan/Karma de juillet à septembre qui ont été adéquates, les pluies en cours de Heys/Dadaa et qui dure d’octobre à février ont débuté presque normalement dans les zones côtières. Les pâtures régénérées ont donc été conservées et les ressources en eau se sont rétablies davantage, fournissant des ressources pour les ménages ruraux.

    Situation actuelle
    • Dans la majorité des zones pastorales du pays, la sécurité alimentaire s’est améliorée et continue sur cette voie, avec plus de ressources en eau et de production du bétail, grâce aux pluies Karan/Karma de juillet à septembre et le début récent des pluies côtières Heys/Dadaa d’octobre à février. En raison de plusieurs saisons consécutives de pluies médiocres, la possession d’animaux d’élevage, d’autres actifs des ménages, la taille des troupeaux continuent toutefois à être peu importants, et les dettes des ménages restent considérables.
    • Dans certaines parties de la zone des moyens de subsistance du Sud-est pastoral frontalier, à proximité du nord-ouest de la Somalie, une migration anormale du bétail a été signalée. Des ménages de Biidleh et de Kabah Kabah ont migré vers des zones de pâturage habituelles pour la majorité, et quelques uns sont passés dans le nord-ouest de la Somalie. Des migrations inhabituelles ont cependant été signalées dans des zones qui normalement ne sont pas utilisées pendant cette saison, et ce à une période de l’année où la migration est en général plus limitée.
    • L’achèvement récent de constructions d’infrastructures, dont certaines avaient commencé en 2011, notamment des barrages, des berkads, des réservoirs et d’autres formes de stockage de l’eau, a contribué à accroître la disponibilité de l’eau.
    • Les pluies ont amélioré la production du lait de chèvre, une source importante de revenu pour les ménages dans la zone des moyens de subsistance du Sud-est pastoral. Un nombre relativement élevé de chèvres ont mis bas pendant les pluies Karan/Karma de juillet à septembre, et nombre de femelles sont toujours en lactation.
    • En général, les prix des denrées alimentaires de base sont restés stables de septembre à octobre, mais ils sont toujours supérieurs à ceux enregistrés au milieu de l’année 2007, qui avait précédé la flambée des prix en 2008. En réalité, la moyenne des prix nationaux a augmenté de 50 pour cent et de 87 pour cent respectivement pour la farine de blé et le riz belem depuis 2007.
    • Le nombre des actifs productifs au niveau des ménages demeure très bas. Il s’agit sans doute d’une indication des sécheresses récurrentes au cours desquelles les ménages ont perdu des actifs, ou ont dû les vendre. Même si les ménages peuvent répondre à leurs besoins alimentaires immédiats actuellement, leurs revenus tirés des animaux d’élevage demeurent inadéquats pour les besoins non alimentaires, ou pour pouvoir faire face à des chocs climatiques ou autres, même peu importants.
    • Pour l’heure, la majorité des populations rurales sont en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC), en raison de la disponibilité des ressources conservées et du revenu de la saison en cours qui satisfont aux exigences minimales de consommation. Pour autant, dans certaines zones, les ménages ruraux sont en phase de Stress (Phase 2! de l’IPC), mais uniquement grâce à la présence de l’aide humanitaire qui continue.

    Suppositions mise à jour

    La situation courante n’a pas fondamentalement modifié les hypothèses utilisées pour élaborer le scénario le plus probable de FEWS NET d’octobre 2013 à mars 2014. Les conditions actuelles correspondent en gros à celles qui avaient été utilisées pour l’analyse, et les principales hypothèses continuent à étayer le scénario le plus probable discuté dans les Perspectives de la sécurité alimentaire d'octobre 2013 à mars 2014.


    Perspective estimée jusqu’à mars 2014
    • Les prévisions pour le reste de la saison des pluies côtières Heys/Dadaa d’octobre à février indiquent des précipitations en quantité normale et des tendances de répartition normales, suggérant une stabilité continue dans la disponibilité des pâturages, de la pâture et de l’eau au cours des mois à venir. Les ressources en eau continueront à s’améliorer, grâce à la présence d’une plus grande capacité de stockage dans les réservoirs. De fait, les zones rurales du pays ont reçu régulièrement des pluies depuis la fin juillet. Ces pluies ont amélioré l’accès à l’eau et aux pâturages, ce qui sera utile pour maintenir la sécurité alimentaire des ménages, grâce au meilleur état physique des animaux d’élevage et la disponibilité de produits de la production du bétail.
    • Avec de l’eau et des pâturages disponibles, l’état de santé du bétail devrait se maintenir, voire s’améliorer. Un meilleur état physique rend les animaux plus vendables, et leurs prix devraient progressivement monter, augmentant de ce fait les termes de l’échange entre le bétail et les céréales pour les pasteurs. Les revenus des ménages pauvres augmentent également et devraient continuer à croître avec les ventes de lait résultant d’une production laitière accrue. Certaines femelles qui avaient conçu un peu plus tôt cette année devraient mettre bas en novembre, maintenant ainsi la production laitière dans certains troupeaux.
    • Outre l’aide alimentaire et humanitaire, des importations de denrées alimentaires de la ville de Djibouti et de villes en Éthiopie vers les marchés apportent une source alimentaire essentielle. Une partie du revenu en espèces utilisée pour acheter ces denrées provient de sources qui appauvrissent les ressources et ne sont pas durables, comme la vente du charbon de bois. Ces activités génératrices de revenu continuent toutefois à être des pratiques courantes dans les zones rurales, en dépit de l’interdiction officielle.
    • L’amélioration et la régénération des pâtures et des ressources d’eau que l’on peut constater actuellement n’ont pas mené à une reprise complète pour nombre de ménages. Une sécheresse récurrente vécue par les pasteurs et la dégradation des sols donnant des pâtures de moins bonne qualité, même après les pluies, ont diminué de manière significative les actifs détenus par les ménages, notamment le bétail et d’autres actifs de production. Beaucoup de ménages ont toujours recours à des stratégies supplémentaires pour leur alimentation et leurs revenus. La majorité des ménages ruraux devraient demeurer en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) au moins jusqu’en mars 2014.
    • Les ménages pauvres dans la ville de Djibouti et ses zones périurbaines sont en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) au moins jusqu’en mars 2014. Leur consommation a relativement diminué puisqu’ils sont toujours en phase de récupération à la suite de dépenses saisonnières importantes en septembre au moment de la rentrée scolaire, qui était très proche cette année du Ramadan en juillet et août, période au cours de laquelle ils avaient également encouru des frais. Les ressources des ménages ont été consacrées au remboursement des dettes. Par ailleurs, les activités majeures et mineures génératrices de revenu ont augmenté de manière saisonnière depuis octobre, avec le retour de la population citadine aisée qui avait quitté la ville pendant les fortes chaleurs de juin à septembre.
    Figures

    Figure 5

    Source:

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top