Skip to main content

Une situation de Stress d’insécurité alimentaire reportée dans la majorité des zones rurales

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Djibouti
  • Mars 2015
Une situation de Stress d’insécurité alimentaire reportée dans la majorité des zones rurales

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation actuelle
  • Perspectives estimées jusqu'à juin 2015
  • Messages clé
    • Des situations de Stress d’insécurité alimentaire continuent de couvrir la majeure partie des zones rurales malgré l’amélioration et la diversification des sources de revenus.

    • L’insécurité alimentaire prend de l’ampleur surtout dans les zones côtières, suite à une saison de pluies pauvres de Heys/Dadaa (octobre à février) cette année. Les améliorations qui ont débuté après la saison de Karan/Karma ont donc eu des impacts limités.

       

      This report is being translated into English. 


    Situation actuelle

    La plupart des régions ont signalé des totaux pluviométriques faibles au cours de la saison de Heys-Dadaa (Octobre-Février). Les pluies côtières de la saison de Heys/Dadaa(Octobre-Février) ont en effet été déficitaires dans les zones rurales et la végétation reste typiquement sèche dans l’ensemble du pays.

    Au Sud-est pastoral, les pluies se sont arrêtées depuis décembre 2014 et la situation de sécheresse commence à affecter les populations rurales. Avec un pâturage peu disponible et le bétail affaiblit, les pastoralistes du Sud-est frontalier parlent de sécheresse. La mortalité des nouveau-nés est élevée et les chèvres qui mettent bas sont affaiblies.

    Des mouvements de bétail ont été signalés dans les zones du Sud-est frontalier, à Biidley comme à Kabah-Kabah vers la Somalie. Durant le mois de mars, la disponibilité du lait du bétail commence à être limitée. Le secteur d’Ali Addeh dans la région d’Ali Sabieh qui a connu un bon début de saison a également vu les pluies s’arrêter de manière précoce.

    Les pluies actuelles de Diraac/Soughoum (mars-juin) n’ont pas encore débuté et elles sont fortement attendues. En effet, cette saison représente normalement 25 à 50 pour cent du montant total des pluies annuelles et ses effets sont conséquents sur pratiquement à travers pratiquement toutes les zones pastorales.

    Les sources de revenu des pastoralistes pauvres résidant dans les villages autour des zones de constructions, ont augmenté par rapport à une année normale, avec la disponibilité des opportunités de travail journalier, en particulier dans les régions d'Ali Sabieh et de Tadjourah où les grands chantiers ruraux ont lieux.

    Avec les demi-rations de l’aide alimentaire continue, les ménages pauvres du Sud-est frontalier et du Nord‐ouest sont en situation de Stress d’insécurité alimentaire (IPC Phase 2 !). Les populations dans les zones pastorales des hauts plateaux du centre et des zones routières du Sud‐est et de la zone rurale d’Obock sont en Stress (Phase 2 de l’IPC) d’insécurité alimentaire. Les pluies de Heys-Dadaa ont cependant bénéficié aux populations de la zone Centrale proche du littoral, surtout vers les régions de Randa, Sagallou, Kalaf, où, même si le pâturage commence à diminué, l’état physique du bétail reste convenable. Les pastoralistes de la zone restent en phase d’insécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l’IPC).


    Perspectives estimées jusqu'à juin 2015

    Comme le total des précipitations des pluies côtières sont minimales, et que les prévisions de la saison de Diraac/Soughoum sont inférieures à la normale, il est probable que la situation de la sécurité alimentaire ne s’améliore pas comme prévu dans la plupart des zones rurales.

    Bien que les sources d’alimentation et de revenus aient augmenté cette année, les possibilités des ménages de se procurer des aliments de manière durable, resteront faibles. En effet, les améliorations rapportées vers la fin de l’année dernière ont été limité par l’arrêt précoce des pluies de Heys/Dadaa et les demandes de main-d’œuvre des chantiers de constructions se limitent de plus en plus principalement dans les zones centrales.

    La fin des activités de construction qui contribuaient à améliorer les revenus des ménages, couplée avec le début de la période de soudure (mai), sont mitigés par l’augmentation de l’assistance alimentaire qui maintiendra les pastoralistes du Sud-est frontalier en situation Stress (Phase 2! de l’IPC) d’insécurité alimentaire, jusqu’au mois de juin.

    Malgré les pluies limitées, les populations du Nord-ouest pastoral se maintiendront en situation de Stress (Phase 2! de ’IPC) d’insécurité alimentaire jusqu’au mois de juin, avec l’augmentation des sources de revenus, due à la concentration des activités de construction de route dans la zone à partir d’avril.

    A partir de mai, les activités vont diminuer de façon saisonnière avec le début de la période de soudure accompagnée par la saison chaude. Cela conduira à une baisse de l’accès aux sources de revenus et de l’alimentation. Les pastoralistes du Sud-est routier et de la région d’Obock et des zones Centrales montagneuses seront en situation de Stress d’insécurité alimentaire (IPC Phase 2).

    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Figure 3

    Source:

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top