Skip to main content

Des améliorations limitées par l’arrêt précoce de Heys-Dadaa dans les zones du Sud

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Djibouti
  • Février 2015
Des améliorations limitées par l’arrêt précoce de Heys-Dadaa dans les zones du Sud

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation Actuelle
  • Suppositions mises à jour
  • Perspectives estimées jusqu'à juin 2015
  • Messages clé
    • Dans la plupart des zones pastorales du pays la situation de la sécurité alimentaire est stable par rapport au mois dernier, cependant les bonnes pluies de Heys/Dadaa se sont interrompues en Décembre ce qui a limité les améliorations attendues.

    • Les activités liées aux grands chantiers ruraux contribuent à la diversification des sources de revenus des ménages pastoraux et donc à l’amélioration de leur accès à l’alimentation. Les ménages du Sud-est routier et des zones côtières de Tadjourah sont en phase d’insécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l’IPC).

       


    Situation Actuelle

    Une amélioration globale de la situation de la sécurité alimentaire est reportée dans la majeure partie des zones rurales de Djibouti. Les pluies de la saison de Heys/Dadaa (Octobre-Février) ont été moyenne mais avec une distribution faible et un arrêt précoce en décembre.

    Au Sud-est pastoral frontalier, la saison de Heys/Dadaa n’a pas été effective dans cette zone et le pâturage est quasi-inexistant. La mortalité des nouveau-nés est élevée et les chèvres qui mettent bas sont affaiblies. Cependant, l’eau est plus fréquemment disponible qu’en 2013. Avec les rations complètes de l’aide alimentaire continue, les ménages du Sud-est frontalier se trouvent en situation de Stress (Phase 2! de l’IPC) d’insécurité alimentaire.

    Au Sud-est pastoral routier, les pluies se sont arrêtées depuis Décembre dernier et la situation commence à se détériorer. A Biyo Kalaf comme à Ali Addeh, le pâturage est peu disponible. Depuis le début du mois, la disponibilité du lait du bétail commence à être limitée au niveau de la consommation des ménages. Mais en résultat des diverses sources des revenus avec les activités de taille de pierre et les travaux de construction du chemin de fer, les populations de la zone continuent à se maintenir en phase d’insécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l’IPC).

    Les pluies de Heys-Dadaa ont largement bénéficié aux populations de la zone Centrale proche du littoral, qui ont une meilleure alimentation avec un accès au lait et aux produits animaliers plus fréquents comparé à l’année dernière à la même période. Les sources de revenus se sont également améliorées puisque les hommes participent aux travaux de construction du port de Tadjourah qui nécessitent une main d’œuvre non qualifiée. Les ménages de la zone sont en phase d’insécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l’IPC). A partir de Randa jusqu’à Galina, en passant par Kalaf et Sagallou, les pâturages sont disponibles. En janvier et février, des transhumances du bétail (surtout des chèvres et des chamelles) de Weima vers le littoral sont signalées.

    Cependant, les habitants de la zone Centrale montagneuse sont vulnérables avec un pâturage quasi inexistant dans la région de Mabla. Les secteurs de Weima et Mabla ont un accès à l’eau limité causé par le manque de forage et d’autres infrastructures telles que les retenues. Avec un pâturage et un accès à l’eau limité, le bétail part s’approvisionner dans des puits traditionnels environ deux heures. La grande majorité des ménages dépendent fortement des transferts provenant des villes et à part l’élevage, les activités génératrices de revenus sont inexistantes. Aussi, les populations sont isolées et ne profitent pas des activités de construction de la route. Avec le froid continue, des maladies de bétail sont reportées comme les bronchites. Il n’existe pas d’aide alimentaire dans cette zone, depuis l’année dernière et les projets de Vivres contre Travail n’ont pas repris dans la zone par manque de ressources du PAM. Les ménages de la zone sont en phase de Stress (Phase 2 de l’IPC) d’insécurité alimentaire.


    Suppositions mises à jour

    La situation actuelle n’a pas affecté la plupart des hypothèses utilisées dans le développement du scenario FEWS NET le plus probable dans la Perspective de la sécurité alimentaire de Janvier à Juin 2015. Cependant, quelques mises à jour semblent être nécessaires :

    • Dans les localités du Sud, les pluies côtières de Heys/Dadaa d’octobre à février ont cessé en décembre, ce qui va limiter l’amélioration attendue en termes de disponibilité des produits animaliers dans ces zones.
    • A partir de mars, il est probable que l’aide alimentaire diminue de moitié surtout pour les populations du Sud-est frontalier qui recevaient déjà une demi-ration afin de faire bénéficier les populations du Sud-est routier.
    • Les activités de construction de la route vers l’Ethiopie, vont probablement fortement bénéficier aux populations du Nord-ouest pastoral, en augmentant leur source de revenue, à partir d’avril.

    Perspectives estimées jusqu'à juin 2015

    De légères améliorations récentes de la sécurité alimentaire seront probablement interrompues suite à l’arrêt précoce des pluies de Heys/Dadaa et une saison de soudure qui débute tôt. L’accès à la végétation se limite dans les zones côtières du Nord et les transhumances de bétail vers cette zone, vont continuer jusqu’au mois d’avril. Aussi, à partir de mars, l’aide alimentaire octroyée aux populations du Sud-est pastoral frontalier va diminuer de moitié dans un objectif de faire bénéficier les quotas attribués par le PAM à toute la région. Les ménages de la zone resteront en situation de Stress d’insécurité alimentaire (Phase 2! de l’IPC) jusqu’en Juin 2015.

    La dynamique de développement engagée à travers les chantiers ruraux continue à bénéficier aux populations surtout dans les régions de Tadjourah et d’Ali Sabieh. Les sources de revenus ont augmenté de plus de 30 pour cent comparées à une année normale. A partir de Mars/Avril, les activités de construction de la route de Balho vers l’Ethiopie vont se déplacer en pleine région du Nord-ouest pastoral (Dorra) et les populations pourront travailler comme main d’œuvre, journaliers, petites ventes, restaurants, etc. Avec l’aide alimentaire continue, les ménages de la zone du Nord-ouest pastorale seront en phase d’insécurité alimentaire minimale (Phase 1! de l’IPC) à partir d’avril.

    Avec les effets directs des bonnes pluies de Heys-Dadaa, dans la zone centrale côtière, les ménages pastoralistes seront également en phase d’insécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en juin. Dans la Zone centrale montagneuse cinq projets pilotes fourragers et maraichers ont commencé depuis janvier. Cependant, le rendement de ces activités ne sera effectif qu’à partir de l’année prochaine et les ménages pauvres seront en Stress (Phase 2 de l’IPC) d’insécurité alimentaire de février à juin.

    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Figure 3

    Source:

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top