Skip to main content

La Crise (Phase 3 de l’IPC) probable jusqu’en décembre après de faibles saisons successives

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Djibouti
  • Septembre 2015
La Crise (Phase 3 de l’IPC) probable jusqu’en décembre après de faibles saisons successives

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • La Crise (Phase 3 de l’IPC) va probablement continuer jusqu’en décembre pour les ménages pauvres dans les zones du Sud-Est pastoral frontalier et de l’Obock pastoral. Les pluies Karan/Karma de juillet à septembre ont été la troisième saison successive avec des cumuls pluviométrique inférieurs à la moyenne, même si des pluies à la fin d’aout ont atténué des pénuries sévères. Une faible disponibilité de lait, des prix bas du bétail en raison de pauvres conditions physiques, et des prix élevés du kérosène dû aux flux de commerce interrompus avec le Yémen, avec des opportunités de travail limités, vont contraindre l’accès alimentaire des ménages pauvres pendant le reste de 2015.

    • Environ 120,000 personnes sont en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) et de Crise (Phase 3 de l’IPC), même si seulement 80,000 entre eux ont accès à l’assistance humanitaire. L’arrivée d’environ 22,500 personnes de Yémen, y compris 10,500 réfugiés, ont mis la pression sur les ressources limitées et des opportunités de travail contraintes. 

    • Des pluies Heys/Dadaa normales entre octobre et décembre sont prévues, mais des améliorations significatives de l’eau, des pâturages, de végétation et des opportunités de travail ne sont pas probable avant 2016. Les tailles des troupeaux réduits en raison des ventes accrues, en particulier dans l’Obock et la zone Sud-Est pastoral frontalier, vont limiter la rapidité des améliorations dans l’accès des ménages pauvres aux revenus et aux aliments, suivant les trois faibles saisons successives. 

       

      Pour plus de détail, voir la Mise à jour du suivi à distance d'août 2015 pour Djibouti

    Figures

    Figure 1

    Source:

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top