Skip to main content

Les échanges et la récolte de A améliorent la disponibilité alimentaire

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Burundi
  • Avril 2023
Les échanges et la récolte de A améliorent la disponibilité alimentaire

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation actuelle
  • Updated Assumptions
  • Projected Outlook through September 2023
  • Seasonal Calendar for a Typical Year
  • Messages clé
    • Dans la grande partie de l’ouest du pays, la récolte de la saison A augmente la disponibilité et l'accès à la nourriture, soutenant les résultats de sécurité alimentaire Minimal (Phase 1 de l'IPC). Cependant, la production agricole de la saison A inférieure à la moyenne, associée aux prix élevés des denrées alimentaires et aux revenus inférieurs à la moyenne provenant d'opportunités de travail limitées pour les ménages pauvres et très pauvres, est à l'origine des résultats de la crise (phase 3 de l'IPC) dans les Dépressions du Nord au cours de la période de soudure d'avril à mai 2023. La récolte de la saison A contribue à l'amélioration de la sécurité alimentaire dans les Dépressions de l’Est, soutenant l'amélioration de la sécurité alimentaire au stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC). Dans les Plateaux Secs de l'Est, les ménages seront également en stress alimentaire  (Phase 2 de l'IPC) en raison d'opportunités de travail limitées et de prix alimentaires supérieurs à la moyenne.

    • La récolte de la saison A devrait être inférieure de 10 à 15 pour cent à la moyenne en raison du retard de deux mois des précipitations au début de la saison. Les stocks alimentaires des ménages pauvres et très pauvres dureront probablement jusqu'à la période d'avril à mai. Ces ménages dépendront des achats du marché pour se nourrir jusqu'à ce que la récolte de la saison B commence vers juin, en particulier dans les Dépressions du  Nord. L'humidité élevée du sol due à des précipitations supérieures à la moyenne a favorisé une croissance et un développement favorables pour les cultures de la saison B depuis janvier 2023. Les précipitations favorables pendant la saison B devraient améliorer la production agricole en juin, ce qui devrait minimiser l'impact de la réduction des superficies cultivées pour la saison.

    • La dépréciation du franc burundais (BIF) continue alors que l'inflation globale persiste à plus de 30 % en avril. Pendant ce temps, le taux de change parallèle se situe entre 75 et 100 % au-dessus du taux officiel. Le gouvernement du Burundi introduit une nouvelle politique de libéralisation des changes en permettant aux banques commerciales d'ouvrir leurs propres bureaux de change. Cette politique devrait réduire l'écart entre le taux de change officiel et le marché parallèle, ce qui pourrait favoriser la stabilisation du prix des aliments importés. Cependant, l'augmentation des prix des denrées alimentaires persiste principalement en raison du retard de la culture, de la récolte inférieure à la moyenne et des coûts alimentaires mondiaux élevés liés au conflit russo-ukrainien.

    • Selon le PAM, environ 56.000 réfugiés et demandeurs d'asile ont reçu la moitié de leur ration au cours de la première semaine d'avril en raison d'un manque de financement, qui couvre environ 50 % des besoins caloriques mensuels des bénéficiaires. Ils seraient ainsi en situation de stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC). Comme le PAM fait face à des ressources financières limitées, certaines réponses nutritionnelles ont été réduites et la taille des rations a été réduite.


    Situation actuelle

    Production agricole: La production agricole de la saison A contribue à environ 35 pour cent de la production agricole annuelle au Burundi, et les précipitations pour cette saison agricole - bien que moyennes avec une répartition favorable - ont été retardées de deux mois dans le centre-nord et le centre-sud. Le démarrage tardif des pluies a entraîné des semis tardifs, ce qui a prolongé la maturation des cultures de la saison A jusqu'en février/mars pour le haricot principalement cultivé dans les zones de basse altitude de l'est et du nord, et mars/avril pour le maïs. Le retard de la récolte de la saison A a prolongé la période de soudure jusqu'en février/mars. Les stocks alimentaires de la production agricole de la saison A pour les ménages pauvres devraient être épuisés d'ici avril/mai. Les ménages devront vendre au moins une partie de leurs produits pour répondre à leurs besoins de base, rembourser des dettes ou acheter des intrants agricoles pour la saison B. Dans l'ensemble, la production agricole de la saison A est estimée à 10 à 15 pour cent en dessous de la moyenne, pendant bien que la production de haricots et de maïs soit estimée à 20 à 25 pour cent en dessous de la moyenne. Cela aura un impact significatif sur la limitation de l'accès à la nourriture et aux revenus des ménages pauvres, en particulier dans les Dépressions du Nord, où les revenus et la production étaient inférieurs à la moyenne par rapport aux autres zones de moyens de subsistance.

    Des précipitations supérieures à la moyenne sont signalées au niveau national depuis janvier 2023, favorisant des productions agricoles. L'augmentation de l'humidité du sol a soutenu une croissance saine des cultures et des conditions favorables pour les cultures de la saison A tout en facilitant une culture favorable de la saison B. Bien qu'il y ait eu une réduction de la superficie cultivée des cultures de la saison B en raison du chevauchement avec la saison A, les précipitations favorables au cours de la phase végétative de la saison 2023 B devraient entraîner des rendements élevés, entraînant des niveaux de production agricole proches de la moyenne, améliorant la sécurité dans la plupart des régions du pays.

    Alors que des précipitations favorisent une croissance des cultures, le gouvernement a également promu la production agricole par diverses mesures, telles que des subventions aux coopératives agricoles et la promotion de la production d'engrais. Les coopératives agricoles soutenues se sont concentrées sur les cultures plus résistantes qui s'adaptent au changement climatique et améliorent la sécurité alimentaire. En conséquence, la consommation alimentaire devrait s'améliorer grâce à la récolte précoce du haricot, qui est cruciale pour atténuer le déficit alimentaire résultant de la récolte inférieure à la moyenne de la saison A.

    Conditions économiques: Le franc burundais (BIF) continue de perdre de la valeur par rapport au dollar américain, le taux de change officiel se dépréciant d'environ 10 % par an avec une inflation mensuelle allant de 25 à 30 %. L'écart croissant entre les taux de change officiels et parallèles contribue également à une inflation mensuelle plus élevée, en particulier pour les biens importés. Le taux de change du marché parallèle a augmenté de 75 % en février 2023 par rapport au taux de change officiel et d'environ 100 % en avril. Le taux d'inflation au Burundi est passé de 28 % en février 2023 à 32,6 % en mars, tandis que l'inflation alimentaire est passée de 42 % en février à 48,90 % en mars. De ce fait, les prix de la plupart des aliments ont augmenté de 80 % par rapport à l'année dernière et de 180 % au-dessus de la moyenne quinquennale des haricots. L'augmentation des prix des denrées alimentaires est due aux coûts élevés des engrais/intrants, aux dépenses de transport élevées, à la production agricole de la saison A inférieure à la moyenne et à la période de soudure prolongée en raison du retard dans la récolte de la saison A. La politique récente du gouvernement visant à libéraliser les changes en autorisant les banques commerciales à ouvrir leurs propres bureaux de change à un taux librement négocié devrait réduire l'écart entre le taux officiel et le marché parallèle.

    Sources de revenus et accès alimentaire: Selon une enquête du Système de suivi de la sécurité alimentaire du PAM (PAM/FSMS) menée à travers le Burundi en mars 2023, les ménages tirent près de la moitié de leur revenu total de la production de cultures de base/agriculture, 21 % des activités liées à l'élevage et 19 % de la vente de main-d'œuvre (Graphique 1). Bien que les ménages plus aisés avec une meilleure production soient en mesure d'augmenter leurs revenus en vendant une grande partie de leur production contre un revenu monétaire, l'augmentation des coûts de main-d'œuvre (environ 25 à 48 % au-dessus de la moyenne) a largement compensé ces gains, en particulier dans la région des Dépressions et Plateaux de l'Est, Haute Altitude et zones de moyens d'existence de Buragane. Parmi les ménages pauvres, de nouvelles opportunités d'emploi augmentent leurs perspectives de revenus et contribuent à un meilleur accès à la nourriture. Plus précisément, la réouverture des frontières avec la Tanzanie qui suit la suppression des tests COVID permettent aux ménages pauvres et très pauvres des Dépressions de l’Est, des Plateaux Secs de l’Est et de Buragane d'accéder à des opportunités transfrontalières telles que les activités de main-d'œuvre agricoles et le petit commerce. En outre, le revenu du salaire journalier en Tanzanie est supérieur de 60 % à celui du Burundi. L'augmentation des possibilités d'emploi en Tanzanie contribue à améliorer les revenus des ménages et à réduire la concurrence pour les emplois disponibles localement.

    Le fait que les coûts de la main-d'œuvre dans la zone de subsistance des Dépressions du Nord soient inférieurs de 65 % à la moyenne nationale est préoccupant, en particulier par rapport a la hausse des prix des denrées alimentaires, abaisse les termes de l'échange. Les ménages pauvres et très pauvres de cette zone qui dépendent des marchés pour leurs achats alimentaires sont susceptibles de subir les effets de la hausse des prix alimentaires, avec des revenus limités.

    La politique de stabulation permanente se traduit par la conversion des pâturages à la culture de la pomme de terre dans les zones d'altitude, qui peut avoir à la fois des impacts positifs et négatifs sur les communautés locales et sur l’environnement.

    D'une part, cette politique a créé de nouvelles opportunités d'emploi pour les populations locales et améliorer leurs moyens de subsistance, en particulier pour les ménages pauvres et très pauvres, augmentant des revenus et un meilleur accès à la nourriture. Cependant, la conversion des pâturages à la culture de la pomme de terre peut également entraîner une dégradation de l'environnement, car la terre peut devenir surexploité et vulnérable à l'érosion, à la dégradation des sols et à l'épuisement de l'eau. Cela peut avoir des impacts négatifs sur la durabilité à long terme de l'écosystème local, entraînant une perte de biodiversité et une réduction de la productivité du bétail.

    Figure 1

    Part du revenu total des ménages par source parmi les ménages ruraux, sur la base d'une enquête nationale en mars 2023 (n=2705 ménages)
    Household income by source

    Source: WFP/FSMS

    Assistance humanitaire: D'après les informations du PAM, environ 56.000 réfugiés et demandeurs d'asile ont reçu la moitié de leur ration en avril, en raison d'un manque de financement, ce qui est suffisant pour couvrir environ 50 % de leurs besoins caloriques mensuels. En raison également d'un manque de financement, le PAM limite son assistance contre la malnutrition à cinq camps de réfugiés et à leurs districts voisins, ce qui entraîne probablement une lacune dans le traitement de la malnutrition pour les réfugiés. Les réfugiés et les demandeurs d'asile sont susceptibles de faire face à des résultats de stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) au cours de la période de projection. En outre, plus de 880 rapatriés qui ont reçu une aide ponctuelle ont pu couvrir leurs besoins alimentaires de base pendant trois mois et sont susceptibles d’étre en sécurité alimentaire minimale ! (Phase 1 de l'IPC !). Le PAM a également fourni une assistance alimentaire à environ 3.880 personnes dans les Dépressions du Nord et à 258 personnes déplacées dans les plaines de l'Imbo, prévenant l'insécurité alimentaire et soutenant les résultats de sécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l'IPC) jusqu'à la récolte de juin.

    Les hypotheses mises à jour

    Les hypothèses utilisées pour développer le scénario le plus probable de FEWS NET pour les perspectives de la sécurité alimentaire au Burundi de février à septembre 2023 restent inchangées, à l'exception de ce qui suit:

    • Une production agricole de la saison 2023 B proche de la moyenne est attendue en raison des précipitations moyennes à supérieures à la moyenne prévues de janvier à juin 2023. Une amélioration de l'accès à la nourriture à partir de la propre production agricole est attendue de juin à septembre 2023.
    • Les revenus devraient retrouver des niveaux proches de la moyenne pour les ménages pauvres et très pauvres de juin à septembre en raison de l'amélioration de l'accès aux opportunités transfrontalières en Tanzanie suite à la suppression des frais liés au test du COVID-19.
    • La nouvelle politique gouvernementale adoptée fin avril pour libéraliser les changes en permettant aux banques commerciales d'ouvrir leurs propres bureaux de change devrait réduire l'écart entre le taux de change officiel et celui du marché parallèle. L'inflation alimentaire devrait donc diminuer.

    Perspectives projetées jusqu'en septembre 2023

    La zone des Dépressions du Nord devrait faire face à des résultats de Crise Alimentaire (Phase 3 de l'IPC) pendant la période de soudure entre avril et mai 2023, en raison de la récolte inférieure à la moyenne de la saison A, d'un accès aux revenus inférieur à la moyenne et des prix alimentaires très élevés. Lorsque la plupart des ménages ne peuvent pas satisfaire les besoins alimentaires de base quotidiens, des mécanismes d'adaptation tels que la réduction de la consommation alimentaire et du nombre de repas, et l'envoi de membres de la famille à d'autres endroits à la recherche de revenus sont utilisés. La zone de moyens d'existence des Dépressions du Nord fait face à une période de soudure prolongée d'environ deux mois. Il est prévu que de nombreux ménages pauvres et très pauvres de cette zone de moyens d'existence consomment des semences qui étaient réservées pour la prochaine saison de plantation, retirent les enfants de l'école, hypothèquent des terres, vendent du bétail ou recherchent des opportunités de travail loin de leurs résidences.

    La détérioration de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance a été suivie par la dégradation de l'état nutritionnel dans la région. Selon le système d'enquêtes nutritionnelles du Ministère de la Santé (PRONIANUT), environ 28 % d'enfants au niveau national ont été admis aux services de supplémentation nutritionnelle en mars 2023 par rapport à février 2022, ce qui est supérieur aux admissions habituelles. Une détérioration des niveaux de malnutrition est attendue jusqu'à la période de récolte de la saison B en juin, en particulier dans les zones de moyens d'existence des Dépressions du Nord et de Haute Altitude.

    De juin à septembre 2023, les stocks alimentaires des ménages devraient s'améliorer par les récoltes de la saison B proches de la moyenne. Il est également susceptible d'améliorer l'accès à la nourriture à partir de sa propre production, conduisant à des résultats de Stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) dans la zone de moyens d'existence des Dépressions du Nord. Cependant, les prix élevés des denrées alimentaires dans le contexte d'un accès aux revenus inférieur à la moyenne continueront de limiter l'accès à la nourriture dans la région. Les améliorations de l'accès à la nourriture et de la consommation alimentaire, en particulier pour la zone de moyens de subsistance des Dépressions de l’Est, feront passer les résultats de Crise Alimentaire (Phase 3 de l'IPC) au Stress Alimentaire (Phase 2 de l'IPC) jusqu'en septembre 2023.

    L'amélioration de l'accès aux opportunités transfrontalières de la Tanzanie, combinée aux récoltes de la saison A, a augmenté l'approvisionnement alimentaire sur les marchés et amélioré la disponibilité alimentaire, en particulier dans la partie orientale du pays. La plupart des cultures de la saison A ont été récoltées en mars et avril en raison du retard de la récolte d'environ deux mois. La récolte a amélioré les résultats de la sécurité alimentaire dans la zone de moyens de subsistance des Dépressions de l’Est susceptibles de faire face au Stress Alimentaire (Phase 2 de l'IPC) d'avril à mai 2023. Les résultats de stress alimentaire aiguë se prolongeront probablement jusqu'en septembre, car une partie de la récolte sera vendue pour rembourser les dettes contractées pendant la période de soudure et pour rembourser les coûts des intrants agricoles pendant la saison de culture A et B. En outre, les prix élevés des denrées alimentaires devraient réduire l'accès à la nourriture pour les ménages pauvres et très pauvres, car l'accès aux opportunités transfrontalières reste inférieur à la moyenne, bien que l'amélioration ait été constatée depuis le début de 2023. Les résultats de stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) sont attendus jusqu'en septembre dans les Plateaux Secs de l'Est et les Dépressions de l’Est. Il est prévu que la partie restante du pays sera confrontée à des résultats de sécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l'IPC) jusqu'en septembre 2023.


    Updated Assumptions

    The assumptions used to develop FEWS NET’s most likely scenario for the Burundi Food Security Outlook for February to September 2023 remain unchanged, except for the following:

    • Near-average 2023 Season B crop production is expected as a result of the average to above-average rainfall forecast from January to June 2023. Subsequent improvement in food access from own crop production is expected from June to September 2023.
    • Income is expected to recover to near-average levels for poor and very poor households for June to September because of the improved access to Tanzania cross-border opportunities following the removal of COVID-19-related fees. 
    • The new government policy adopted at the end of April to liberalize foreign exchange by allowing commercial banks to open their own exchange offices at a freely negotiated rate is anticipated to reduce the gap between the official exchange rate and that of the parallel market. Food inflation is likely to decline as a result.

    Projected Outlook through September 2023

    The Northern Lowlands livelihood zone is expected to face Crisis (IPC Phase 3) outcomes during the lean season between April and May 2023, driven by the below-average Season A harvest, below-average income access, and very high food prices. When most households cannot meet the daily required basic food need, coping mechanisms like reducing food consumption and cutting the number of meals, and sending family members to other places in search of income are employed. The Northern Lowlands livelihood zone faces an extended lean period of about two months. It is anticipated many poor and very poor households in this livelihood zone are consuming seeds that were reserved for the next planting season, withdrawing of children from school, mortgaging land, selling livestock, or searching for labor opportunities far from residential villages. 

    The deterioration of food security and livelihoods has been followed by the degradation of the nutritional status in the area. According to the Ministry of Health's nutrition survey system/PRONIANUT/, around 28 percent more children were admitted at national level, for treatment from malnutrition in March 2023 compared to February 2022, higher than the usual admissions. Further deterioration in malnutrition levels is expected until the harvest period of Season B in June, particularly in the Northern Lowlands and High-Altitude livelihood zones. From June to September 2023, household food stock are expected to improve from the anticipated near-average Season B crop harvest. It is also likely to improve food access from own production, leading to Stressed (IPC Phase 2) outcomes in the Northern Lowlands livelihood zone. However, high food prices in the context of below-average access to income will continue to limit food access in the area. Improvements in food access and food consumption, especially for the Eastern Lowlands livelihood zone, will shift Crisis (IPC Phase 3) to Stressed (IPC Phase 2) outcomes through September 2023.  

    The improvement of access to Tanzania cross-border opportunities combined with harvests of Season A, has increased food supplies in the markets and enhanced food availability, particularly in the eastern part of the country. Most of the Season A crops have been harvested in March and April due to the delay in harvesting by about two months. The harvest has improved food security outcomes in the Eastern Lowland livelihood zone likely face Stressed (IPC Phase 2) from April and May 2023. The Stressed acute food insecurity outcomes will likely extend through September, as parts of the harvest will be sold or exhausted to repay debts accessed during the lean period and to repay for agricultural input costs during Season A and B cultivation. Also, high food prices are expected to reduce food access for poor and very poor households, as the access to cross-border opportunities remain below average, although the improvement has been noticed since early 2023. Stressed (IPC Phase 2) acute food insecurity outcomes are expected through September in the Eastern Dry Plateaus and the Eastern Lowlands livelihood zones. It is anticipated that the remaining part of the country will face Minimal (IPC Phase 1) outcomes through September 2023. 


    Seasonal Calendar for a Typical Year
    Seasonal Calendar of atypical year

    Source: FEWS NET

    Citation recommandée : FEWS NET. Mise à jour des perspectives de la sécurité alimentaire au BURUNDI, Avril 2023: Les échanges transfrontaliers et la récolte de A améliorent la disponibilité alimentaire, 2023. 

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top