Skip to main content

L'Est et le Nord du Burundi font face à des résultats de Stress (Phase 2 de l'IPC) et à une récolte tardive de la Saison A

  • Mise à jour des messages clés
  • Burundi
  • Novembre 2022
L'Est et le Nord du Burundi font face à des résultats de Stress (Phase 2 de l'IPC) et à une récolte tardive de la Saison A

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • La plupart des régions du Burundi devraient connaître des résultats minimaux (Phase 1 de l'IPC) de sécurité alimentaire jusqu'en mai, soutenus par des stocks alimentaires suffisants provenant des récoltes saisonnières et des revenus tirés de sources agricoles et non agricoles. Cependant, des résultats de Stress (Phase 2 de l'IPC) sont attendus dans les zones de moyens d'existence des dépressions de l'est et du nord et des plateaux secs de l'est, en raison de la baisse des revenus de la vente du haricot aux ménages, de la hausse des prix des aliments de base et de la réduction des revenus tirés du travail agricole et du petit commerce transfrontalier. Les frais de passage des frontières liés aux tests COVID-19 continuent d'entraver ces revenus liés au commerce pour les ménages pauvres et très pauvres.

    • Les cultures de la saison A ont été perturbées en raison de précipitations tardives et inférieures à la moyenne au début de la saison dans l'est et le sud. La sécheresse a anéanti les premières plantations de septembre, en particulier dans les zones de moyens d'existence des plateaux secs de l'est, des dépressions de l'est et du Buragane. Alors que les ménages moyens et aisés ont pu replanter du maïs et des haricots et profiter de l'amélioration des précipitations en novembre, les ménages pauvres et très pauvres n'ont pas un accès financier suffisant aux intrants agricoles pour la replantation. Au lieu de cela, beaucoup plantent des racines comme la pomme de terre, le manioc, les radis et les carottes à la place du maïs et des haricots, ce qui entraînera une réduction de la diversité alimentaire et une baisse des revenus provenant de la vente des récoltes.

    • Les prix des denrées alimentaires de base sur les marchés suivis devraient rester anormalement élevés. En octobre, en moyenne, les prix des haricots étaient supérieurs d'environ 50 % à ceux de l'année dernière et de près de 60 % à la moyenne quinquennale, tandis que les prix du maïs étaient supérieurs de plus de 60 % à ceux de l'année dernière et de plus de 90 % à la moyenne quinquennale. Les hausses des prix alimentaires sont les plus élevées dans les villes, la zone de moyens de subsistance de la plaine de l'Imbo et la Zone périurbaine de Bujumbura. Bien que la disponibilité d'aliments de production propre atténue l'impact des prix alimentaires élevés pour la plupart des ménages ruraux, l'accès à la nourriture atteindra son niveau le plus bas annuel entre novembre et janvier. Le démarrage tardif de la saison A, ainsi que la baisse associée des revenus du travail agricole, devraient prolonger de manière atypique la période de soudure de plusieurs semaines jusqu'en janvier.

    • Le PAM continue de fournir une assistance alimentaire et nutritionnelle, atteignant environ 55 000 réfugiés et demandeurs d'asile avec 311 tonnes de nourriture en nature et 550 000 USD de transferts monétaires en octobre. L'aide alimentaire, associée à d'autres sources de nourriture et de revenus, permet probablement d'obtenir des résultats minimaux ! (Phase 1 de l'IPC !) parmi cette population. En outre, plus de 3 600 nouveaux rapatriés burundais ont reçu un colis unique d'aide au retour consistant en trois mois de transferts alimentaires en nature ou en espèces. Cependant, on estime que plus de 13 000 rapatriés qui sont arrivés depuis avril 2022, au début de la saison B, ont probablement déjà épuisé leur seul paquet d'assistance avant la prochaine récolte de la saison A en janvier. Ce groupe sera probablement en situation de stress (phase 2 de l'IPC) jusqu'à la récolte, qui constituera leur principale source de nourriture et de revenus.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top