Skip to main content

Les récoltes précoces de la saison B 2021 améliorent l'accès alimentaire dans le nord

  • Mise à jour des messages clés
  • Burundi
  • Mai 2021
Les récoltes précoces de la saison B 2021 améliorent l'accès alimentaire dans le nord

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Des conditions climatiques favorables caractérisées par des précipitations supérieures et proches de la moyenne entre mars et mai devraient se traduire par une production agricole de la saison 2021 B supérieure à la moyenne au niveau national. Cependant, des précipitations supérieures à la moyenne ont entraîné des inondations localisées en avril le long du lac Tanganyika et de la rivière Rusizi, détruisant les cultures et déplaçant environ 45.000 personnes dans les provinces de Bujumbura Rural et Rumonge.

    • Les prix des denrées de base sont restés stables en avril et en mai, a l’approche de la période des récoltes. Les prix du maïs, haricot et patate douce ont baissé de 5 à 10 pour cent entre mars et avril 2021, mais sont restés de 10 à 25 pour cent supérieurs aux prix moyens des 5 dernières années. Les prix des denrées alimentaires commenceront à baisser de façon saisonnière de juin à août, améliorant l'accès alimentaire en général.

    • Complété par la stabilité de l’accès alimentaire sur les marchés, l'amélioration de l'accès alimentaires, par rapport à la période de soudure d'avril, à partir de la production agricole soutient les résultats de sécurité alimentaire minimal (Phase 1 de l'IPC) dans la plupart de ménages tout au long du mois de mai. Une amélioration de l’accès alimentaire est également remarquée dans la zone de subsistance des Dépressions du Nord. La production agricole prévue au-dessus de la moyenne de 2021 B dans la cette région permet un accès alimentaire à une grande partie des ménages de la région depuis juin 2021. Cependant, la zone des moyens d’existence des Dépressions de l’Est continuera à connaître des résultats de stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) en raison de la perte d'opportunités de revenus transfrontaliers avec la fermeture des frontières liée au COVID-19.

    • Pour les groupes de populations spécifiques, les 24.500 rapatriés qui sont arrivés entre mars et mai ayant reçu les trois mois d'assistance ont des résultats de sécurité alimentaire grâce à l’aide (IPC Phase 1!). Il en est de même pour les 40.000 déplacés internes dans les plaines d'Imbo et 50.000 réfugiés congolais qui reçoivent 120 g de haricots, 25 g d'huile et 5 g de sel par personne et par jour en mars, avril et mai. Cependant, 33.650 rapatriés qui sont arrivés entre octobre et février, ont déjà épuisé leur aide alimentaire, n'ont pas encore récolté de récoltes, encore qu’ils aient un accès limité aux sources de revenus. Ils connaitront des résultats de stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) jusqu'en septembre. Les 45.400 personnes, récemment déplacées par les inondations du lac Tanganyika et de la rivière Rusizi, ne reçoivent pas encore d'aide humanitaire et vivent une crise alimentaire (phase 3 de l'IPC) tout au long du mois de mai.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top