Skip to main content

Production de la saison 2022 B supérieure à la moyenne, mais les prix des aliments de base restent élevés

  • Mise à jour des messages clés
  • Burundi
  • Juillet 2022
Production de la saison 2022 B supérieure à la moyenne, mais les prix des aliments de base restent élevés

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • La récolte de la saison 2022 B, principalement dominée par le haricot et les tubercules, se termine avec une production légèrement supérieure à la moyenne. La production agricole supérieure à la moyenne et l'accès aux sources de revenus typiques soutiennent des résultats de sécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1 de l'IPC) pour la plupart de ménages à travers le Burundi. Cependant, les ménages pauvres et très pauvres dans les Dépression de l'Est et du Nord sont confrontés au Stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) en raison d'une production de haricot inférieure à la moyenne, des prix alimentaires élevés et des revenus inférieurs à la moyenne, car le commerce transfrontalier avec la Tanzanie et le Rwanda reste inférieur à la moyenne.

    • En juin, les prix du haricot et du riz ont baissé de 27 et 8 pour cent par rapport à mai avec l’arrivée de la récolte de la saison 2022 B sur les marchés locaux et les prix des tubercules restent stables. En juin, les prix du maïs ont augmenté de 10 pour cent par rapport à mai en raison de l'épuisement progressif du stock de maïs de la récolte de la saison 2022 A. Malgré la baisse saisonnière des prix du marché en juin 2022, les prix des denrées de base sont supérieurs de 30 % à ceux de l'année dernière et de 40 à 50 % supérieurs à la moyenne quinquennale. Les prix élevés des denrées alimentaires sont entraînés par l'augmentation des coûts du carburant et du transport. En juillet, le carburant est de 3.250 BIF/litre (5,98 USD/gallon) contre 2.400 BIF/litre (4,43 USD/gallon) en février, soit une augmentation de 36 %. Les conducteurs achètent désormais du carburant sur des marchés de carburant non officiels, où les prix sont environ trois fois plus élevés. Les prix élevés du carburant ralentissent l'activité économique en général.

    • En juillet 2022, le PAM a fourni un paquet mensuel d'aide alimentaire humanitaire à environ 56.000 réfugiés de la RDC et 4.000 rapatriés ont bénéficié d’une assistance humanitaire de 3 mois. Le PAM a aidé 47.000 déplacés internes et ménages vulnérables supplémentaires dans les zones de retour. La ration journalière de chaque paquet d’assistance équivaut à 360 g de céréales, 120 g de haricots, 25 g d'huile végétale et 5 g de sel par personne. En raison de la rupture des stocks de céréales, l'aide au maïs a été remplacée par 13.000 BIF par personne et par mois. L'aide soutient les résultats de sécurité alimentaire aiguë Minimale ! (Phase 1 de l'IPC !) chez les bénéficiaires. Cependant, environ 7.000 rapatriés de janvier à avril 2022 ont probablement épuisé leurs rations d'aide alimentaire de trois mois. Ils sont en Stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) car ils n'ont probablement pas encore rétabli leur sources typiques de revenus et de production agricole.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top