Skip to main content

La récolte de la saison A inférieure à la moyenne et les prix élevés des denrées alimentaires affectent le nord et l'est

  • Mise à jour des messages clés
  • Burundi
  • Mai 2023
La récolte de la saison A inférieure à la moyenne et les prix élevés des denrées alimentaires affectent le nord et l'est

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Les récoltes de la saison A en cours et les récentes améliorations du commerce transfrontalier suivant la suppression des frais liés au COVID-19 ont suffisamment augmenté les stocks des ménages et stabilisé les prix des denrées de base pour maintenir les résultats de sécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l'IPC) dans l'ouest du Burundi. Cependant, la récolte est inférieure à la moyenne, surtout dans le nord et l'est ; les prix des denrées alimentaires restent également atypiquement élevés et les opportunités de revenus sont limitées. Des résultats de Stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) sont attendus dans l'est du Burundi, tandis que des résultats de Crise (Phase 3 de l'IPC) sont attendus dans la zone de moyens d'existence des Dépressions du Nord, où les stocks alimentaires sont déjà presque épuisés.

    • En avril, les prix des aliments de base restent de 50 à 85 % supérieurs à la moyenne quinquennale et de 70 à 135 % aux moyennes de l'an dernier, les prix des haricots et du manioc ayant augmenté de 77 à 85 % par rapport à l'an dernier. Les principaux facteurs à l'origine de l'augmentation des prix sont la récolte inférieure à la moyenne de la saison A, la baisse de l'offre alimentaire par rapport aux années précédentes, la dépréciation du Franc Burundais (BIF) et le coût élevé de la production, y compris la main-d'œuvre, les engrais et d'autres intrants. La faiblesse des réserves de change contribue à la dépréciation du BIF, le taux de change parallèle se situant entre 75 et 100 % au-dessus du taux de change officiel. Dans l'ensemble, le taux d’inflation reste élevé, dépassant 30 % au cours de la période considérée. Les prix élevés limitent l'accès des ménages pauvres à une alimentation suffisante et nutritive, en particulier dans le nord, où les ménages ont déjà épuisé leurs propres stocks alimentaires.

    • Les résultats de la sécurité alimentaire dans la zone de moyens d'existence des basses terres du Nord devraient passer à Stress (Phase 2 de l'IPC) après l'arrivée de la récolte de la saison B en juin. Des précipitations supérieures à la moyenne en mars et en avril ont contribué à l'augmentation des niveaux d'humidité du sol qui étaient généralement favorables au développement des cultures de la saison B. En outre, la disponibilité accrue d'engrais et d'autres intrants en raison des interventions gouvernementales est susceptible de soutenir des récoltes de céréales et de racines/tubercules de la saison B proches de la moyenne à l'échelle nationale, compensant ainsi le déclin des surfaces cultivées pour la Saison. Cependant, la récolte de haricots sera encore inférieure à la moyenne, car les haricots sont très sensibles à l'humidité. Les cultures qui tolèrent mieux les pluies abondantes, telles que les tubercules, les céréales et les bananes, devraient bien performer.

    • Selon les informations fournies par PAM, environ 56.000 réfugiés et demandeurs d'asile ont reçu la moitié de leur ration alimentaire en raison du manque de financement. Ils sont susceptibles de faire face à des résultats de stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) jusqu'en septembre. Les réfugiés et les demandeurs d'asile dépendent de l'aide du PAM et d'autres partenaires car ils ont peu de possibilités de revenus ou d'emploi. La combinaison de la taille réduite des rations et des prix alimentaires supérieurs à la moyenne devrait encore aggraver la situation d'insécurité alimentaire de ces ménages et limiter leur capacité à satisfaire leurs besoins alimentaires quotidiens. Pour remédier à cette situation, le gouvernement a accordé l'accès à la main-d'œuvre en dehors des camps de réfugiés afin de fournir aux réfugiés et aux demandeurs d'asile la possibilité d'augmenter leurs revenus et d'améliorer leur accès à la nourriture. Cependant, les perspectives d'emploi disponibles sont limitées en raison de la faible demande de main-d'œuvre,

    Citation recommandée : FEWS NET. Mise à jour du message clé du Burundi, mai 2023. Une récolte inférieure à la moyenne de la saison A et des prix alimentaires élevés affectent le nord et l'est, 2023.            

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top