Mise à jour sur la sécurité alimentaire

Des précipitations inférieures à la moyenne risquent d'entraîner des pertes de récoltes dans les Dépressions du Nord

Décembre 2020

Décembre 2020 - Janvier 2021

Février - Mai 2021

IPC v3.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Serait probablement pire, au moins une phase, sans l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire.

IPC v3.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Serait probablement pire, au moins une phase, sans l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire.

IPC v3.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3+: Crise ou pire
Serait probablement pire, au moins une phase, sans
l'assistance humanitaire en cours ou programmée
La manière de classification que FEWS NET utilise est compatible avec l’IPC. Une analyse qui est compatible avec l’IPC suit les principaux protocoles de l’IPC mais ne reflète pas nécessairement le consensus des partenaires nationaux en matière de sécurité alimentaire.
Pour les pays suivis à distance par FEWS NET, un contour coloré est utilisé pour représenter la classification de l’IPC la plus élevée dans les zones de préoccupation.

IPC v3.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

Pays de présence:
1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Pays suivis à distance:
1: Minimale
2: Stress
3+: Crise ou pire
Serait probablement pire, au moins une phase, sans
l'assistance humanitaire en cours ou programmée
Pour les pays suivis à distance par FEWS NET, un contour coloré est utilisé pour représenter la classification de l’IPC la plus élevée dans les zones de préoccupation.

Messages clés

  • Les deficits hydriques de la saison 2021 A, annoncées dans les perspectives de la sécurité alimentaire d'octobre de FEWS NET, provoquent des conditions climatiques sèches qui affectent négativement les cultures de maïs et de haricot dans la zone de moyens de subsistance des Dépressions du Nord. Plus de 50 pour cent des cultures plantées dans des localités de cette zone ont été détruits par le deficit hydrique, selon des informateurs clés. Combinées à l'augmentation des prix des denrées alimentaires, les dommages agricoles qui conduisent à la réduction des récoltes attendue en janvier prolongeront la détérioration de la sécurité alimentaire confirmée par les données préliminaires de l'enquête SMART d'octobre 2020. Ainsi, les Dépressions du Nord devraient connaître une situation de stress alimentaire aiguë (Phase 2 de l'IPC) pour la période de janvier à mai 2021.

  • Les données préliminaires de l'enquête SMART menée par le Ministère de la Santé pendant la période de soudure de septembre / octobre 2020 ont révélé des niveaux normaux d'insécurité alimentaire saisonnière, mais aussi une détérioration notable dans la zone des moyens de subsistance des Dépressions du Nord. La prévalence nationale de la MAG (P/T) a légèrement augmenté de 6,1% par rapport à janvier 2019, tandis que la prévalence de la MAG à Kirundo (qui couvre la zone de moyens de subsistance des Dépressions du Nord) a augmenté de 3% par rapport aux niveaux de janvier 2019, atteignant 7%.

  • La période de soudure en cours est rendue plus difficile pour les ménages pauvres et très pauvres par le manque d'opportunités transfrontalières de revenus liés aux restrictions relatives au COVID-19 ainsi que par le maintien aux niveaux tres hauts des prix des denrées de base. Le prix du haricot d'octobre 2020 était 50% plus élevés que les prix d'octobre 2019 et 30% plus élevé que la moyenne quinquennale. Le prix de la patate douce était également supérieur à celui de l'an dernier et du prix moyen sur cinq ans, respectivement de 10 et 32 ​​pour cent. Toutes les frontières restent formellement fermées; cependant, selon des informateurs clés, il y a eu une augmentation des mouvements informels à travers la frontière tanzanienne ces dernières semaines.

  • Environ 26100 rapatriés qui sont arrivés de Tanzanie et du Rwanda avant octobre n'ont pas été en mesure d’installer les cultures de la saison B 2020 et ont épuisé l'aide humanitaire de trois mois qu'ils reçoivent à leur arrivée. La plupart des rapatriés se trouvent dans les zones de moyens d'existence des Dépressions de l'Est et du Nord. Malgré une production agricole propre limitée et des sources de revenus réduites, les rapatriés ont accès aux légumes verts des cultures de la saison A, profitant de certaines opportunités de main-d'œuvre agricole locale et devraient donc être confrontés au stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) jusqu'en février 2021.

SITUATION ACTUELLE

La situation de la sécurité alimentaire de 2020 est caractérisée par l'épuisement saisonnier de la production de la saison 2020 C en novembre. Selon l'ENAB (Enquête Agricole Nationale du Burundi), la production agricole de la saison 2020 C était proche de la moyenne et a contribué à atténuer la sévérité de la période de soudure qui a débuté en septembre.

Des retards de pluies de plus d'un mois ont retardé la mise en œuvre de la saison 2021 A, normalement plantée à la mi-septembre. Une évaluation à distance de la mise en œuvre de la saison 2021 A par le Ministère de l'Environnement, de l'Agriculture et de l'Élevage en novembre a indiqué que le retard de la saison est surtout important dans les zones de moyens de subsistance des Dépressions de l’Est, des Dépressions du Nord et de la Plaine de l’Imbo. Dans ces régions, le retard de la récolte prolongera la période de soudure de plus d'un mois jusqu'en février au lieu de janvier. Des localités ciblées en commune de Busoni dans la zone de moyens d'existence des Dépressions du Nord sont les plus touchées, avec plus de 50 pour cent des cultures plantées déjà détruites par le déficit hydrique a environ 45 jours la période des récoltes, comme l'ont rapporté des informateurs clés (Figure 1).

Dans la zone de moyens d'existence des Hautes Altitudes, les cultures de la saison A 2021 ont été affectées par la tornades et la grêle dans des localités ciblées, mais aucune destruction de cultures à grande échelle n'a été observée. La chenille légionnaire d'automne a attaqué les cultures de maïs dans des entités localisées des zones de moyens d'existence des moyennes et basses altitudes, qui ne devraient pas non plus avoir d'impact à grande échelle.

En plus de l'extension de la période de soudure, l'insécurité alimentaire actuelle est caractérisée par des prix des denrées de base supérieurs à la moyenne. Les prix alimentaires actuels supérieurs à la moyenne se produisent à une période de dépendance saisonnière élevée au marché à la suite d'épuisement des stocks alimentaires dans les ménages issus de la saison 2020 B et au retard de la récolte de la saison 2021 A. En novembre 2020, le prix du maïs était stable par rapport à la même période de l'année dernière et à la moyenne quinquennale, tandis que les prix du manioc et du haricot étaient respectivement 50 et 45 pour cent plus élevés par rapport à novembre 2019, aussi respectivement 12 et 30 pour cent supérieurs à la moyenne quinquennale. Les prix de la patate douce, des pommes de terre et des bananes sont de 10 à 30 pour cent plus élevés par rapport à l'année dernière et aux prix moyens sur cinq ans (figure 2). Malgré des prix élevés, les ménages de la majeure partie du pays sont en mesure de répondre aux besoins alimentaires en accédant à des sources de revenus normales.

Néanmoins, les sources de revenus et l'accès aux denrées alimentaires dans les zones de moyens d'existence proches des frontières restent cependant affectés par les restrictions de mouvement liée au COVID-19, qui empêchent les ménages pauvres et très pauvres d'accéder au commerce et opportunités de travail transfrontaliers. Le niveau élevé de l'inflation, qui est passé de 6,6% en septembre à 7,3% en novembre et la disponibilité réduite de devises étrangères réduisent les importations de produits alimentaires en provenance de pays voisins tels que la Tanzanie, l'Ouganda et la Zambie et contribuent à la hausse des prix des denrées alimentaires.

Une détérioration particulière de la sécurité alimentaire dans la zone de moyens d'existence des Dépressions du Nord est mise en évidence par les résultats préliminaires de l'enquête SMART menée pendant la période de soudure de septembre et octobre. Ces résultats préliminaires de l'enquête SMART ont révélé que les scores de consommation alimentaire faible et limite sont respectivement de 11 et 36 pour cent dans la commune de Busoni localisée dans la zone de moyens d'existence indiquée et une prévalence de la MAG de 7 pour cent dans la province de Kirundo, couvrant une partie de cette zone. Ces preuves sont conformes aux résultats de la sécurité alimentaire stressés.

Les ménages pauvres et très pauvres de la majeure partie du pays arrivent à satisfaire leurs besoins alimentaires de base en consommant des légumes verts des cultures de la saison A. Cependant, le retard de la récolte de la saison 2021 A, la forte dépendance aux marchés dans le contexte de l'augmentation des prix des denrées alimentaires et la réduction des ressources de revenu près des frontières réduisent l'accès à la nourriture dans les zones de subsistance des Dépressions de l’Est, des Dépressions du Nord et des Plaines Imbo. Ces zones devraient connaître une insécurité alimentaire aiguë de stress (Phase 2 de l'IPC) jusqu'en mai 2021.

HYPOTHÈSES MISES À JOUR

Les hypothèses utilisées pour développer le scénario le plus probable de FEWS NET discuté dans le rapport sur les perspectives de la sécurité alimentaire d'octobre 2020 à mai 2021 restent inchangées. Voici un autre relatif à une augmentation probable des retournées :

  • Suivant le message officiel du gouvernement tanzanien exhortant tous les réfugiés burundais accueillis à être rapatriés d'ici fin 2021, le flux de retours devrait augmenter à partir de janvier 2021. Selon le HCR, potentiellement 149840 réfugiés burundais en Tanzanie (47,6 pour cent du total) seront encouragés à se rapatrier, soit une moyenne de 16430 rapatriés par mois. Le nombre de rapatriés mensuels attendus en 2021 est alors le double du nombre actuel de 7500 rapporté par le HCR. Le nombre élevé de rapatriés augmentera la pression sur les disponibilités alimentaires dans les zones de moyens d'existence des Dépressions de l'Est et du Nord, qui enregistrent la plupart des réfugiés.
  • Il est prévu que les frontières du Burundi avec la RDC et le Rwanda resteront fermées après janvier 2021. La poursuite du passage informel à la frontière entre le Burundi et la Tanzanie devrait se poursuivre, bien qu'une réouverture officielle de la frontière ne soit pas attendue avant la mise en place d'un système de test du COVID-19 à la frontière, qui reste non financé.

PERSPECTIVES PROJETÉES JUSQU'À MAI 2021

Les perspectives projetées de l'analyse de la sécurité alimentaire d'octobre restent valables, à l'exception d'une détérioration de la sécurité alimentaire dans des zones localisées de la zone de moyens d'existence des Dépressions du Nord jusqu'en mai 2021.

La fermeture des frontières persistante ainsi que la montée des prix des denrées de base augmentent la sévérité de la période de soudure pour les ménages pauvres et très pauvres dans les zones de moyens d'existence des Dépressions de l’Est et de la Plaine de l'Imbo. Dans ces zones de moyens d'existence, des résultats de stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) sont attendus tout au long de la période de projection.

Des informations à distance des points focaux provinciaux de la sécurité alimentaire du Ministère de l'Environnement, de l'Agriculture et de l'Élevage ont indiqué en novembre 2020 des cultures de la saison 2021 A sous stress hydrique dans des zones localisées des Dépressions du Nord dans la commune de Busoni de la province de Kirundo. Les zones les plus touchées sont les collines de Rwibikara, Marembo, Murambi, Nyabisindu et Gatete, les mêmes localités touchées par le déficit hydrique de 2016/2017, considérée comme une période analogue à l'actuelle par les climatologues. Ces localités ont été identifiées par l'évaluation MIRA et Analyse IPC 2017 A comme la plus insécurité alimentaire en raison de la sécheresse à la fin de 2016. Des résultats de la sécurité alimentaire stressés de l'enquête SMART menée en septembre / octobre, a trouvé que le score de consommation alimentaire acceptable n'est que de 52,5 pour cent, 36,2 pour la limite et 11,2 pour le pauvre dans la commune de Busoni, tandis que GAM est de 7% dans la province de Kirundo, couvrant les zones touchées. Les zones les plus touchées devraient connaître une sécurité alimentaire aiguë de phase IPC stressée (Phase IPC 2) pour la période de janvier à mai 2021, période prévue pour la consommation de la production agricole de la saison A 2021.

À Propos de ce Rapport

Cette mise à jour sur la sécurité alimentaire est un rapport mensuel sur les conditions actuelles et des changements sur les perspectives projetées de l'insécurité alimentaire dans ce pays. Il met à jour les Perspectives sur la sécurité alimentaires de FEWS NET. Pour en savoir plus sur notre travail, cliquez ici.

About FEWS NET

Le Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine est l’un des principaux prestataires d’alertes précoces et d’analyses de l’insécurité alimentaire. Constitué par l’USAID en 1985 pour aider les décideurs à planifier pour les crises humanitaires, FEWS NET fournit des analyses factuelles  concernant quelque 35 pays. Les membres des équipes de mise en œuvre incluent la NASA, la NOAA, le département américain de l ‘Agriculture (USDA) et le gouvernement des États-Unis (USGS), de même que Chemonics International Inc. et Kimetrica. Vous trouverez d’autres informations sur notre travail.

  • USAID Logo
  • USGS Logo
  • USDA Logo
  • NASA Logo
  • NOAA Logo
  • Kilometra Logo
  • Chemonics Logo