Skip to main content

Installation définitive de la campagne agricole au Sahel, avec des retards localement importants

  • Perspectives sur la sécurité alimentaire
  • Afrique de l'Ouest
  • Juillet - Décembre 2015
Installation définitive de la campagne agricole au Sahel, avec des retards localement importants

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Perspectives par pays
  • Événements qui pourraient changer les perspectives
  • Messages clé
    • Le régime pluviométrique s’est significativement amélioré à partir de mi-juillet et les prévisions sont favorables pour des cumuls supérieurs à la moyenne pour le reste de la saison au Sahel y compris les zones ayant souffert de déficits pluviométriques et retards significatifs notamment le nord Sénégal, le sud-ouest Mauritanie, nord Maradi, nord Zinder, et Diffa, au Niger et le nord-est du Nigeria.

    • Les disponibilités alimentaires céréalières sont au-dessus de la moyenne et seront renforcées à partir d’octobre-novembre suite aux nouvelles récoltes. L’état d’approvisionnement des marchés restera satisfaisant jusqu’en décembre et cela même dans certaines zones affectées par les conflits notamment dans le nord Mali avec l’accord signé le 20 juin. Toutefois, au nord-est Nigeria affecté par conflit, les niveaux d’approvisionnement vont rester relativement faibles par rapport à la normale.

    • Les zones affectées par le conflit de Boko Haram sont les plus affectées par l’insécurité alimentaire. Le seuil d’Urgence (Phase 4 de l’IPC) est actuellement en cours dans les zones les plus touchées et cette situation pourra se maintenir jusqu’en septembre. Une amélioration est possible à partir d’octobre suite aux nouvelles récoltes mais le niveau de Crise (Phase 3 de l’IPC) se maintiendra dans ces zones jusqu’en décembre.

    • En Mauritanie et Sénégal, les effets des déficits de productions agricoles et pastorales de 2014/15 maintiennent une insécurité alimentaire de type Crise (Phase 3 de l’IPC). Elle pourra se prolonger jusqu’à septembre en zones agro-pastorales. En octobre-décembre, une amélioration est possible vers l’Insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) ou le Stress (Phase 2 de l’IPC) suite à la restauration des complètes des pâturages et des revenus issus de la vente de bétail.

    • En Guinée, Libéria et Sierra Leone, les revenus inférieurs à la moyenne, consécutifs aux effets résiduels de la crise Ebola ou aux nouveaux cas, maintiendront jusqu’en septembre plusieurs ménages pauvres en Stress (Phase 2 de l’IPC) ou Crise (IPC Phase 3). En octobre-décembre, les nouvelles récoltes et les améliorations de revenus, permettront une évolution vers la phase Minimale (Phase 1 de l’IPC) sauf en Sierra Leone où le Stress (Phase 2 de l’IPC) sera localement observé.

    • Dans le reste de la région, l’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) va davantage se renforcer jusqu’en septembre 2015 avec l’installation de la saison et la restauration des productions pastorales. Elle sera maintenue entre octobre et décembre suite à la généralisation des récoltes dans la région.


    Perspectives par pays
    Burkina Faso
    • La campagne agricole s’installe difficilement dans le pays avec un retard prononcé dans la mise en place des opérations de semi, en particulier pour les cultures à cycle long comme le coton et les variétés traditionnelles de mil et de sorgho. Elle est caractérisée par des pluies faibles à modérées, mal reparties dans l’espace et dans le temps.
    • Dans l’extrême nord du pays (communes de Tin-Akoff, Nassoumbou et Koutougou), la crise alimentaire (Phase 3 de l’IPC) se poursuivrait sauf pour les effets de l’assistance dans la zone. Les éleveurs continuent d’enregistrer des pertes importantes de leurs cheptels à cause du manque de fourrage. En outre la détérioration des sources de revenus liée principalement à la dégradation des termes de l’échange bétail/céréale limite l’accès des ménages pauvres à une alimentation adéquate.
    • Sur les marchés, les prix des céréales de base et du bétail suivent la tendance saisonnière moyenne, mais pourraient connaitre de fortes variations si l’allure de la campagne agricole faisait douter de son issu. Les disponibilités céréalières restent néanmoins globalement satisfaisantes avec des stocks commerçants au-dessus de la moyenne.

    Pour en savoir plus, voir le rapport des Perspectives de la sécurité alimentaire au Burkina Faso juillet à décembre 2015.

    Tchad
    • Le cumul pluviométrique au 20 juillet 2015 est déficitaire dans plusieurs zones comparé à la même période de 2014, surtout sur la bande central du pays. Ces déficits ont retardé le semis d’une à deux semaines selon les zones agricoles. Cette situation risque de réduire les superficies de certaines cultures et partant compromettre les rendements. Les travaux dominant actuellement en cours sont le labour, le semis et le sarclage.
    • Les prix des céréales sont stables dans la bande sahélienne pour le troisième mois consécutif, mais avec un niveau légèrement en hausse comparés aux prix de juillet 2014. Cette stabilité observée pourrait continuer jusqu’à septembre avec une baisse saisonnière normale entre octobre et décembre. Cependant, les prix des céréales resteront toujours supérieurs comparés à la moyenne quinquennale.
    • L’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) devrait se maintenir pour les ménages du sud pays d’ici à octobre et au-delà dans les autres zones, grâce notamment aux diverses activités agricoles productifs. L’amélioration des conditions pastorales qui entraine actuellement la régénération progressive du pâturage et la reprise d’embonpoint des animaux améliore le revenu des pasteurs et la disponibilité laitière.
    • Dans le sahel Ouest, l’insécurité alimentaire de type Stress (Phase 2 de l’IPC) se maintiendra jusqu’en septembre du fait des déficits des récoltes de la campagne 2014/2015 et aussi par l’afflux des déplacés suite au conflit Boko Haram. Toutefois, la consommation alimentaire s’améliorera à partir du mois d’octobre en Minimale (Phase 1 de l’IPC) à cause des nouvelles récoltes qui augmentent la disponibilité et l’accès à la nourriture.

    Pour en savoir plus, voir le rapport des Perspectives de la sécurité alimentaire pour le Tchad juillet à décembre 2015.

    Mali
    • L’insécurité alimentaire de type Stress (Phase 2 ou 2! de l’IPC) se maintient dans les régions du Nord grâce aux importants appuis humanitaires du Plan National de Réponse à l’insécurité alimentaire pour 650 000 personnes sans lesquels elle aurait pu atteindre la phase Crise (Phase 3 de l’IPC).
    • La longue soudure pastorale dès février contre avril habituellement, qui a provoqué des cas de misère physiologique et de mortalité plus élevés que d’habitude affecte les moyens d’existence des ménages dans les zones pastorales du Nord. Cependant, l’amélioration des conditions d’élevage à la faveur des premières pluies en juillet permettra la disponibilité du lait et la hausse des revenus des éleveurs entre août et décembre.
    • Malgré la mauvaise répartition spatiotemporelle au début de la saison, le cumul pluviométrique saisonnier selon les prévisions météo de NOAA, PRESAO/ACMAD, ECMWF sera moyen à supérieur à la moyenne à travers le pays avec une distribution typique et une fin de saison normale en octobre. Ces conditions pluviométriques favorables, ainsi que des appuis importants en intrants agricoles du Gouvernement et des partenaires permettent d’espérer sur une production moyenne à supérieure à la moyenne dans l’ensemble malgré la possibilité de quelques déficits localisés.
    • Les nouvelles récoltes d’octobre amélioreront l’accès alimentaire des ménages grâce aux productions moyennes à supérieures à la moyenne attendues et aux bons termes d’échange bétail/céréale. Par conséquent, toutes les zones du pays seront en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) d’octobre à décembre.

    Pour en savoir plus, voir le rapport des Perspectives de la sécurité alimentaire pour le Mali juillet à décembre 2015.

    Mauritanie
    • L’absence de stocks alimentaires familiaux, l’importante baisse des revenus saisonniers et des programmes d’assistance insuffisants placent les ménages pauvres du centre et du sud du pays en insécurité alimentaire de type Crise (Phase 3 et 3 ! de l’IPC) entre juillet et septembre.
    • Bien qu’on s’attende, dans les prochains mois, à des conditions pastorales et des apports agricoles qui augmenteront leur accès à la nourriture, les ménages pauvres des zones citées, seront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) entre octobre et décembre. Les remboursements des dettes, la diminution du cheptel, et l’arrêt des programmes d’assistance réduiront l’impact de ces apports pendant ce période, contribuant à des niveaux élevés d'insécurité alimentaire.
    • Contrairement aux centres urbains, les prix des animaux sont, depuis juin, en forte baisse dans les zones rurales. Les mauvaises conditions pastorales ont entraîné des surventes atypiques dont les méfaits sont accentués par les courtiers. Les ménages d’éleveurs pauvres du pays ayant des déficits de protection de leur principal moyen d’existence resteront en situation très accentuée de Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’en septembre.
    • Les prévisions d’un hivernage probablement moyen nous autorise à considérer que les zones actuellement en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) bénéficieront, entre octobre et décembre, de conditions pastorales favorables et des récoltes pluviales qui placeront les ménages pauvres en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC).

    Pour en savoir plus, voir le rapport des Perspectives de la sécurité alimentaire pour la Mauritanie juillet à décembre 2015.

    Niger
    • La saison pluvieuse 2015 a connu une installation tardive dans les régions agricoles du pays et dans les zones pastorales ou on observe une prolongation de la période de soudure pastorale.
    • Cependant après le retard observé, la saison des pluies bénéficie depuis la première décade de juillet 2015 d’un régime pluviométrique favorable pour la mise en place définitive des semis et pour un développement végétatif normal des cultures en places. Les prévisions saisonnières indiquent des cumuls pluviométriques moyens à supérieur à la moyenne pour le reste de la saison.
    • Malgré la période de soudure en cours qui correspond à une forte dépendance à l’achat, les prix de consommation pour les céréales évoluent selon une tendance inférieure à celle de la moyenne saisonnière grâce à une offre suffisante sauf dans la région de Diffa ou le conflit lie à Boko Haram perturbe le fonctionnement normal des échanges.
    • Excepte dans la région de Diffa ou les ménages sont dans une situation de Crise (Phase 3 de l’IPC) dû à les effets de conflit Boko Haram, l’insécurité alimentaire aiguë peut rester globalement Minimale (Phase 1 de l’IPC) dans le reste du pays entre octobre et décembre suite à l’amélioration de disponibilité et accès alimentaire pendant la période de récolte et de meilleures conditions pastorales.

    Pour en savoir plus, voir le rapport des Perspectives de la sécurité alimentaire pour le Niger juillet à décembre 2015.

    Nigeria
    • Le nord-est du Nigeria continue de connaître des restrictions à l'accès à la nourriture liées aux conflits et à la disponibilité physique des produits alimentaires. Entre juillet et septembre, les Etats de Borno, de Yobe ainsi que le nord de l’Adamawa seront en Crise (Phase 3 de l’IPC) et les zones les plus touchées, incluant les zones de peuplement des déplacés de Maiduguri seront en insécurité alimentaire aigüe de type Urgence (Phase 4 de l’IPC). Dans ces zones, les ménages font face à des déficits important de consommation alimentaire avec un risque accru de malnutrition aiguë et de mortalité excessive.
    • Dans le nord-est du Nigeria, les récoltes de la campagne principale, intervenant normalement en octobre, seront nettement inférieures à la moyenne pour la troisième année consécutive, réduisant ainsi considérablement la disponibilité des stocks propres des ménages et l'approvisionnement du marché. Bien que les récoltes d’octobre prochain puissent améliorer quelque peu les disponibilités alimentaires, une grande partie de l'Etat de Borno et de Yobe et des parties de l'Adamawa resteront en Crise (Phase 3 de l’IPC) entre octobre et décembre étant donné que les ménages continueront à faire face à des difficultés pour satisfaire leurs besoins alimentaires de base.
    • La majorité des ménages à travers le reste du Nigeria bénéficieront des prix stables sur le marché de céréales de base et des revenus saisonniers habituels d’ici septembre. Les nouvelles récoltes arrivant en octobre contribueront à un bon approvisionnement et une baisse saisonnière des prix sur le marché. De ce fait, les prix des céréales en dessous de la moyenne et des bons prix de vente pour le bétail conduiront à des termes de l'échange bétail-céréales très favorables. Entre juillet et décembre 2015, le reste majoritaire du Nigeria sera donc en insécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1 de l’IPC).

    Pour en savoir plus, voir le rapport des Perspectives de la sécurité alimentaire pour le Nigeria juillet à décembre 2015

    Pays suivis à distance[1]

    République Centrafricaine
    • Le conflit en RCA persiste mais avec une baisse d’intensité à la faveur du renforcement de la présence des forces nationales et internationales de maintien de la paix et des initiatives locales de résolution et de promotion de la cohésion sociale. Cette situation se manifeste par un retour progressif des personnes déplacées dans leurs villes/villages d’origine.
    • Toutefois, la persistance du conflit est observée avec de nouveaux mouvements de personnes dans les zones où cohabitent les populations éleveurs et les agriculteurs suite aux problèmes d’accès aux ressources naturelles ou d’expropriation du bétail.
    • La situation des moyens d’existence et de la consommation alimentaire des personnes déplacées ou retournées est préoccupante selon les évaluations rapides menées par certaines ONGs. Une situation de Crise (Phase 3 de l’IPC) insécurité alimentaire aiguë va persister jusqu’en décembre 2015 et sera observée principalement dans les préfectures de centre et ouest du pays.

    Pour en savoir plus, voir Mise à jour de juillet à décembre 2015 concernant le suivi à distance de la République Centrafricaine.

    Guinée
    • La poursuite normale de la campagne agricole et la mise à disposition des intrants par le Gouvernement créent les conditions globalement satisfaisantes et favorables pour le bon développement des cultures. Cela accroit les opportunités de revenus à travers la main d’œuvre pour les ménages pauvres et augure des bonnes perspectives de récoltes attendues en octobre.
    • A la faveur des actions d’atténuation classique en cours et avec la poursuite normale de la campagne agricole qui incite les producteurs au déstockage, les marchés restent bien approvisionnés sur presque tous les marchés de référence en Guinée avec des prix relativement stables en juillet. Toutefois, en raison des effets résiduels de l’épidémie Ebola sur les revenus, la plupart des ménages vont rester en insécurité alimentaire de type Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’en septembre 2015.
    • Cependant, les récoltes en octobre vont augmenter les disponibilités alimentaires des ménages pauvres en plus de leurs offrir des opportunités de revenus saisonniers à travers la main d’œuvre agricole. L’insécurité alimentaire de type Stress va évoluer en une insécurité alimentaire aigue Minimale (Phase 1 de l’IPC) à partir d’octobre et se maintenir jusqu’au moins décembre 2015.
    • Cependant, avec les récoltes en octobre, les disponibilités ainsi que les conditions d’accès aux aliments connaitront une amélioration considérable. Par la même occasion, la plupart des stratégies de subsistance telles que le petit commerce, l'artisanat, et la main d’œuvre minière tendront à se normaliser et permettront aux ménages pauvres de satisfaire au minimum leurs besoins alimentaires et non alimentaires essentiels. On pourrait alors s’attendre à une insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) à partir d’octobre et qui va se maintenir jusqu’en décembre.

    Pour en savoir plus, voir la Mise à jour de juillet à décembre 2015 concernant le suivi à distance de la Guinée.

    Liberia
    • On pourrait alors s’attendre à une insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) à partir d’octobre et qui va se maintenir jusqu’en décembre avec la reconstitution normale des stocks. Par ailleurs, les ménages dans certaines zones en crise vont recouvrir des impacts résiduels du virus Ebola sur l’économie locale au cours de cette période et vont rester en Stress (Phase 2 de l’IPC).
    • En raison des effets négatifs et résiduels de l'épidémie d'Ebola sur les moyens de subsistance des locaux, le pouvoir d'achat des ménages est atypique et faible en Juillet. Par conséquence, la majorité des ménages pauvres feront face à une situation alimentaire Stressée (IPC Phase 2) de juillet à septembre 2015.
    • Les cumuls pluviométriques en Juillet étaient dans la moyenne supérieure à la moyenne à travers le pays, ce qui est favorable au développement des cultures. Les principales récoltes de ces cultures en Octobre vont augmenter la disponibilité alimentaire et améliorer les revenus des ménages pauvres. Par conséquent, la situation de la sécurité alimentaire évoluera ver la phase Minimale (IPC Phase 1) au cour de la période de récolte d’Octobre à Décembre.

    Pour en savoir plus, voir la Mise à jour de juillet à décembre 2015 concernant le suivi à distance du Liberia.

    Sierra Leone
    • On pourrait alors s’attendre à une insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) à partir d’octobre et qui va se maintenir jusqu’en décembre avec la reconstitution normale des stocks. Par ailleurs, les ménages dans certaines zones en crise vont recouvrir des impacts résiduels du virus Ebola sur l’économie locale au cours de cette période et vont rester en Stress (Phase 2 de l’IPC).
    • En raison de la disponibilité alimentaire et des revenus inférieurs à la moyenne, le pouvoir d'achat des ménages est anormalement faible. Cela contribuera à maintenir à travers le pays, les ménages pauvres dans une insécurité alimentaire de phase Stresse (IPC Phase 2) et de crise (IPC Phase 3) de juillet à Septembre. En effet, les ménages pauvres des districts de Bo, Kambia, Port Loko, Moyamba, Kailahun et Kenema seront confrontés à des niveaux d’ 'insécurité alimentaire très élevés.
    • Les récoltes en Octobre vont augmenter la disponibilité de nourriture pour les ménages pauvres, en plus de fournir des possibilités de revenu saisonnier par le travail agricole. Par conséquent, les résultats de la sécurité alimentaire des ménages dans la plupart des régions connaitront une amélioration et évolueront vers la phase Minimal (IPC Phase 1) entre Octobre et Décembre. Cependant, les ménages pauvres dans certains districts qui font face actuellement à une situation de crise (IPC Phase 3), comme Moyamba, Kenema et Kailahun, ne seront pas complètement remis des impacts économiques résiduels de l'épidémie d'Ebola et resteront en stress (IPC Phase 2).

    Pour en savoir plus, voir la Mise à jour de juillet à décembre 2015 concernant le suivi à distance de la Sierra Leone.

    Sénégal
    • En raison des effets négatives d’une faible production agricole et pastorale en 2014, les ménages agropasteurs pauvres dans le centre et le nord du pays dans l’incapacité de satisfaire leurs besoins alimentaires ont recours à la réduction du volume des repas voire du nombre de repas et aux stratégies d’adaptation atypiques et sont par conséquent en situation d’insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC).
    • Cette année, le déficit de pluies dans le pays n’a pas permis une installation à temps des cultures dans les zones agricoles et l’amélioration des conditions d’élevage dans les zones de pâturages d’hivernage. La baisse des réalisations et partant la faible opportunité de travail et la faible production de produits laitiers qui en résulteront abaissent les revenus des ménages agropasteurs pauvres.
    • L’insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) devrait connaitre une amélioration en Stress (IPC Phase 2) à partir de septembre grâce à la disponibilité des récoltes en vert. En octobre, les grandes récoltes, ainsi que la baisse des prix des céréales attendues, permettront l’accès des ménages à la nourriture et qui, par conséquent, seront en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) d’octobre à décembre.

    Pour en savoir plus, voir la Mise à jour juillet à décembre 2015 concernant le suivi à distance du Sénégal.


    [1] Avec le suivi à distance, un analyste travaille habituellement à partir d’un bureau régional proche, comptant sur un réseau de partenaires pour les données. Par rapport aux pays ci-dessus où FEWS NET dispose d’un bureau local, les rapports concernant les pays suivis à distance peuvent être moins détaillés.


    Événements qui pourraient changer les perspectives

    Tableau 1 : Événements possibles au cours des six mois à venir qui pourraient changer le scénario le plus probable

    Zone

    Événement

    Impact sur les résultats de la sécurité alimentaire

    Sahel

    Un arrêt précoce des pluies en début septembre engendrant une non-maturation des pâturages et des récoltes

    • Déplacement atypique des ménages pastoraux avec leurs animaux à partir de septembre au lieu de novembre normalement
    • Réduction atypique des revenus liés au salariat agricole
    • Conduite atypique et précoce de stratégies d'adaptation inhabituelles

    Sahel

    Invasion acridienne de grande envergure

    • Destruction massive des pâturages et des cultures
    • Rétention des stocks par les ménages producteurs et les commerçants et hausse atypique des prix sur les marchés
    • Prolongement de la période de soudure
    • Réduction des revenus liés aux activités agricoles

    Nord du Mali, Nord-est du Nigeria, République Centrafricaine, et zones frontalières

    Aggravation de l’insécurité civile

    • Augmentation du nombre des IDP et refugiés dans les pays voisins
    • Fermeture des frontières des pays voisins
    • Perturbation des flux, faibles offre sur les marchés locaux
    • Augmentation de la demande de céréales, de l’offre de la main d’œuvre, et des prix plus important que prévu
    • Détérioration des moyens d’existence des ménages

    Liberia, Guinée, Sierra Leone

    Stabilisation/maitrise de l’épidemie d’Ebola

     

    • Retour progressif au fonctionnement normal des marchés
    • Meilleur accès des ménages aux produits alimentaires
    • Amélioration des capacités de nombreux ménages à s’engager dans les activités agricoles

     

     
    Figures

    Figure 1

    Source:

    Afin d’estimer les résultats de la sécurité alimentaire pour les prochains six mois, FEWS NET développe les suppositions de base concernant les événements possible, leurs effets, et les réponses probables des divers acteurs. FEWS NET fait ses analyses basées sur ces suppositions dans le contexte des conditions actuelles et les moyens d’existence locaux pour développer des scénarios estimant les résultats de la sécurité alimentaire. D’habitude, FEWS NET prévient du scénario le plus probable. Pour en savoir plus, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top