Skip to main content

Retour des conditions typiques saisonnières de sécurité alimentaire sauf dans les zones de conflit

  • Perspectives sur la sécurité alimentaire
  • Afrique de l'Ouest
  • Juillet - Décembre 2014
Retour des conditions typiques saisonnières de sécurité alimentaire sauf dans les zones de conflit

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Perspectives par pays
  • Événements qui pourraient changer les perspectives
  • Messages clé
    • Une longue sécheresse entre juin et début juillet a occasionné des pertes non négligeables de semis et une prolongation de la soudure pastorale au Sahel notamment au Tchad, au Niger, en Mauritanie et au Sénégal. Cependant,  depuis la mi-juillet, la situation pluviométrique s’est normalisée favorisant un bon développement des cultures et des pâturages.

    • Avec les perturbations continues des moyens d’existences consécutives à l'insécurité civile et l’épuisement précoce des stocks cette année dues aux mauvaises récoltes en 2013, l’insécurité alimentaire de type Crise (Phase 3 de l’IPC) va persister jusqu’en fin septembre dans plusieurs zones du Sahel notamment en Mauritanie, au Niger, au Nord-est du Nigeria, au Tchad et en République Centrafricaine.

    • A la faveur d’une restauration complète des pâturages dès août et des récoltes à partir d’octobre, cette insécurité alimentaire de type Crise se dissipera pour faire place à l’insécurité alimentaire de type Minimal (Phase 1 de l’IPC) et au plus de type Stress (Phase 2 de l’IPC) très localement en Mauritanie et au Niger.

    • L’insécurité alimentaire de type Crise (Phase 3 de l’IPC) persistera quant à elle jusqu’en décembre au nord-est du Nigeria et en République Centrafricaine en raison des effets du conflit sur les moyens d’existence et la production agricole. Même dans les périodes typiques de récolte et post-récolte (octobre à décembre), l’assistance alimentaire sera nécessaire pour les ménages pauvres affectés dont le nombre atteint environ 1.5 millions de personnes au total dans ces deux pays.

    • L’approvisionnement des marchés continuera à être adéquat dans la région, excepté dans les zones de conflit ce qui maintiendra la quasi stabilité des prix pendant la période allant d’août à septembre. Une baisse généralisée des prix est attendue au moment des récoltes en octobre.


    Perspectives par pays
    Burkina Faso
    • Dans le nord du pays, la pluviométrie est marquée par une mauvaise répartition aussi bien dans le temps que dans l’espace, prolongeant ainsi la soudure pastorale et suscitant des inquiétudes chez les producteurs. Dans cette zone, les prévisions saisonnières indiquent entre juillet et septembre un cumul pluviométrique déficitaire à tendance normale.
    • Dans le reste du pays, où il est attendu des cumuls pluviométriques moyens à inférieurs à la moyenne entre juillet et septembre, la campagne agricole se déroule assez normalement et les ménages traversent une période de soudure habituelle dans un contexte marqué par des stocks commerçants au-dessus de la moyenne et des prix des denrées de base autour de la moyenne quinquennale.
    • Dans la zone agropastorale du nord, entre juillet et septembre, les ménages pauvres de la région du Sahel feront face à des difficultés de protection de leurs moyens d’existence du fait de la baisse de leur pourvoir d’achat par suite d’une dégradation des termes de l’échange bétail/céréales. Ils vivront ainsi une insécurité alimentaire sous Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’en septembre.

    Pour en savoir plus, voir la totalité des Perspectives de la sécurité alimentaire au Burkina Faso entre juillet et décembre 2014.

    Tchad
    • La situation alimentaire demeure très préoccupante pour les ménages pauvres du Bahr El Ghazel (BEG) et du Wadi Fira où les réserves de nourriture issus des achats sont insuffisantes à cause des sources de revenus très limités. Ces ménages ne pourront pas couvrir leurs besoins alimentaires jusqu’aux prochaines récoltes prévues pour octobre malgré l’assistance alimentaire et resteront en Crise (Phase 3 ! de l’IPC).
    • Dans la zone soudanienne, la mauvaise répartition des pluies en juin par rapport à une année normale a causé du retard dans les semis, occasionnant ainsi des ressemis par endroits, notamment dans le Mayo Kebbi, la Tandjilé, le Logone Occidental, le Logone Oriental, le Moyen Chari et le Mandoul.
    • Dans la zone sahélienne, les pluies de juillet ont déclenché des semis partout dans les villages. Ces pluies ont regorgé les marres en eau d’abreuvage, offrant ainsi aux pasteurs de l’eau pour leur bétail et très bientôt du bon pâturage aussi. Cela redonnera de l’embonpoint aux animaux très efflanqués dans certaines localités et améliorera la disponibilité du lait, des revenus de l'élevage, et l’accès alimentaire pour les ménages.
    • En raison des récoltes précoces des nouvelles variétés, de la baisse saisonnière des prix des céréales, et de l'amélioration des conditions pastorales, l’insécurité alimentaire Minimal (Phase 1 de l’IPC) sera observée dans presque toutes les zones du Tchad entre octobre et décembre.

    Pour en savoir plus, voir la totalité des Perspectives de la sécurité alimentaire pour le Tchad de juillet à décembre 2014.

    Mali
    • L’insécurité alimentaire aigüe de type Stress (Phase 2 ! de l’IPC) dans les régions de Tombouctou, Gao, Kidal, sur le plateau de Bandiagara et dans le sahel occidental ne devrait pas s’aggraver de juillet à septembre à cause des distributions de vivres aux 1 900 000 personnes selon le Plan National de Réponse du Gouvernement appuyé par les agences humanitaires.
    • L’installation précoce d’une à deux semaines des pluies en mai a permis tout de même une installation des cultures dans les zones agricoles du sud et celles des régions du Nord ; ce qui offre des opportunités moyennes de revenus et de nourriture pour les ménages pauvres. Le cumul pluviométrique saisonnier attendu sera autour de la moyenne ou inférieur à la moyenne pour la saison en cour.
    • Les pluies enregistrées en mai-juin ont favorisé la régénération des pâturages permettant ainsi la reprise normale de la transhumance du bétail vers les zones de pâturage. Cependant, la dégradation inhabituelle de certains parcours pastoraux suite au déficit de biomasse causé par la mauvaise pluviométrie en 2013 notamment dans le sahel occidental et les régions du nord ont prolongé la période de soudure pastorale jusqu’en fin juillet impactant les niveaux de production de lait et l’embonpoint des animaux par rapport à une année normale.
    • A partir d’octobre, la consommation alimentaire va s'améliorer et revenir à des niveaux normaux saisonniers à cause des bons termes de l’échange bétail/céréales, de la disponibilité des produits laitiers pour les ménages pasteurs et des récoltes des cultures pour les ménages agropastoraux. Toutes les régions du pays seront en insécurité alimentaire Minimale aigue (Phase 1 de l’IPC) d’octobre à décembre.

    Pour en savoir plus, voir la totalité des Perspectives de la sécurité alimentaire pour le Mali de juillet à décembre 2014.

    Mauritanie
    • Les ménages pauvres de l’ouest de la zone de cultures pluviales (nord du Guidimakha) et du sud-ouest de la zone agropastorale (nord et est du Gorgol) restent en situation de Crise (Phase 3 de l’IPC). Ils sont confrontés à une période de soudure particulièrement difficile, et font face à des difficultés à satisfaire leurs besoins alimentaires de base en raison d’une forte dépendance du marché alors que les revenus saisonniers sont très faibles.
    • L’intensification des transferts de céréales maliennes, la reprise du travail agricole en fin juillet, ainsi que l’amélioration des conditions pastorales devraient, entre août et septembre, améliorer la situation alimentaire des ménages pauvres sauf dans l’ouest de la zone agropastorale qui restera en Crise (Phase 3 de l’IPC).
    • À l’exception de certaines zones pastorales et de décrue qui resteront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC), toutes les zones de moyens d’existence se retrouveront en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) après septembre. Les zones à vocation pastorale et la Vallée du fleuve Sénégal ne devraient cependant bénéficier de cette amélioration des conditions de la sécurité alimentaire que tardivement du fait de leur dépendance de la décrue.

    Pour en savoir plus, voir la totalité des Perspectives de la sécurité alimentaire pour la Mauritanie de juillet à décembre 2014.

    Niger
    • Dans les zones pastorales, la période de soudure qui se termine normalement en juillet, s’est prolongée et a persisté jusqu’en août à cause de la précarité du pâturage et des pénuries d’eau. Par conséquent, il y a une dégradation des principaux moyens d’existence, notamment la production et la vente des produits d’élevage (lait, fromage et beurre) qui seront en baisse par rapport à une année normale à la même période. Le niveau de l’insécurité qui est en Crise (Phase 3 de l’IPC) en juillet pourrait évoluer en Stress (Phase 2 de l’IPC) en août et en Minimal (Phase 1 de l’IPC) de septembre jusqu’en décembre si la bonne pluviométrie qui s’observe en fin juillet se maintient jusqu’en fin septembre 2014.
    • Dans les zones agricoles et agropastorales, l’ampleur de l’insécurité alimentaire des ménages pauvres, qui persiste, globalement en Stress (Phase 2 de l’IPC) n’a pas connu une augmentation à la faveur des assistances alimentaires du gouvernement et des actions humanitaires des partenaires. Toutefois, si le faible niveau de financement du plan national de soutien persiste, la phase de l’insécurité alimentaire pourrait atteindre la Crise (Phase 3 de l’IPC) dans des zones localisées d’ici à septembre.
    • Les prévisions saisonnières indiquent une situation pluviométrique globalement moyenne pour les pays du Sahel dont le Niger. Toutefois, ces prévisions s’attendent aussi à de fortes probabilités d’occurrence de séquences sèches plus longues pendant la phase de reproduction des cultures, ce qui laisse présager des baisses possibles de rendements agricoles dans les zones à semis tardifs.

    Pour en savoir plus, voir la totalité des Perspectives de la sécurité alimentaire pour le Niger de juillet à décembre 2014.

    Nigeria
    • La recrudescence du conflit dans les Etats de Borno et de Yobe limite l’accès des ménages aux produits alimentaire et les maintient en situation d’insécurité alimentaire Crise (Phase 3 de l’IPC). Le fonctionnement des marchés, l’accès aux aliments et les moyens de subsistance des ménages sont sensiblement affectés par le conflit et l’accès physique aux zones affectées reste limité pour le gouvernement et les organisations humanitaires.
    • Les ménages dans le sud de Borno et dans l’Etat de Yobe, nord-est de l’Etat de Adamawa, et la région du lac Tchad sont les plus touchées par le conflit. Les perspectives de production pour la principale saison de culture en cours sont mauvaises pour la grande majorité des ménages de ces régions. Dans ces régions, l’insécurité alimentaire de phase Crise (Phase 3 de l’IPC) risquerait de se maintenir ainsi jusqu’en décembre même dans la période post-récolte.
    • Les ménages dans le nord de Borno et Yobe seront confrontés à moins d'impacts durant la saison de culture, mais les récoltes attendues seront nettement inférieur à la moyenne. L'arrivée des nouvelles récoltes en octobre devraient améliorer l'accès alimentaire des ménages bien qu’ils seront en situation d’insécurité alimentaire aiguë de type Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’en décembre.
    • La principale saison de culture progresse normalement dans la majorité des zones agricoles du pays. Les prévisions saisonnières mentionnent des niveaux typiques de précipitations à travers le reste de la saison. La récolte principale, qui débutera en octobre pour la plupart des régions du pays, devrait être au moins moyenne.

    Pour en savoir plus, voir la totalité des Perspectives de la sécurité alimentaire pour le Nigeria de juillet à décembre 2014.

     

    Pays suivis à distance1
    République Centrafricaine
    • En raison de la faible disponibilité alimentaire, la baisse des revenus en dessous des normes saisonnières et le faible pouvoir d’achats des ménages, les résultats d’insécurité alimentaire aigüe de niveau Crise (Phase 3 de l’IPC) sont actuellement observés dans les régions plus affectées par le conflit (ex. Ouham, Ouham Pende et Nana Mambere).
    • Certains ménages, surtout les personnes déplacées, dans les zones de conflit peuvent manquer des prochaines récoltes ou avoir des récoltes bien inférieures à la moyenne. Pour ces ménages, les effets du conflit sur la production agricole, les revenus et l'accès humanitaire limiteront l'accès à la nourriture. Malgré le période typique des récoltes, l’insécurité alimentaire de type Crise (Phase 3 de l’IPC) va persister jusqu’à décembre.
    • Dans les régions moins touchées par le conflit (Sangha, basse Kotto), la sécurité alimentaire va s'améliorer grâce à la consommation des nouvelles récoltes à partir de juillet. Cependant, de nombreux ménages auront toujours des revenus inférieurs à la moyenne à cause d’un environnement économique perturbé. Ils auront des difficultés à couvrir l'intégralité des dépenses non alimentaires essentielles et seront en Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu'à décembre.

    Pour en savoir plus, voir la totalité des Mise à jour de juillet 2014 concernant le suivi à distance de la République Centrafricaine.

    Guinée
    • Depuis le début de la saison 2014/15, les conditions agro climatiques sont globalement satisfaisantes et restent favorables pour le bon développement des cultures. Cela supporte la poursuite normale des activités agricoles et l’existence des opportunités de main d’œuvre pour les ménages pauvres.
    • Les bonnes disponibilités depuis les récoltes passées et l’évolution saisonnière normale des prix sur les marchés favorisent les conditions d’une soudure normale et facilitent l’accès aux ménages pauvres, malgré l’augmentation de la demande attendue en juillet au cours du mois de Carême.
    • Les récoltes précoces en septembre viendront améliorer les disponibilités alimentaires des ménages. Les ménages pourront bénéficier des revenus des ventes des productions en vert d’arachide et de maïs qui va leur procurer des revenus substantiels. Le retour ou le renforcement d’une situation d’insécurité alimentaire aigue Minimale (Phase 1 de l’IPC) va se maintenir jusqu’en décembre.

    Pour en savoir plus, voir la totalité des Mise à jour de juillet 2014 concernant le suivi à distance de la Guinée.

    Liberia
    • Malgré la soudure, la plupart des ménages pauvres du Liberia sont actuellement en mesure de répondre à leurs besoins alimentaires essentiels ainsi que les besoins non alimentaires grâce à des stratégies normales de moyens d'existence, renforcées par la poursuite satisfaisante de la campagne agricole. Toutes les régions sont en insécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1 de l’IPC) et la même phase sera maintenue jusqu’en décembre 2014.
    • Selon les prévisions saisonnières, la pluviométrie sera inférieure à la moyenne saisonnière, mais cela n’affectera pas l'évolution de la campagne agricole. Actuellement, les marchés fonctionnent normalement et le prix du riz est resté relativement stable de mai à juin, ce qui aidera à maintenir l’accès à la nourriture jusqu’en à décembre pour les ménages pauvres.

    Pour en savoir plus, voir la totalité des Mise à jour de juillet 2014 concernant le suivi à distance du Liberia.

    Sénégal
    • Une grande partie du pays, particulièrement les régions de l'ouest et du centre, ont connu des déficits pluviométriques pendant le mois de juin. Ces déficits ont conduit à un léger retard dans les activités agricoles, surtout les semis, par rapport à une année normale.
    • Malgré les appuis en vivres et des prix du riz brisé stables voire en diminution, les ménages pauvres des zones du nord et du centre seront en insécurité alimentaire de type Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’en septembre à cause de la faible production agricole en 2013/14, des mauvaises conditions pastorales et des difficultés de commercialisation de l’arachide avec un impact négatif sur les sources de revenus et de nourriture.
    • En septembre, la disponibilité des récoltes en verts et les revenus issus de la main d’œuvre agricole amélioreront l’accès aux aliments pour les ménages. Pendant les périodes de récolte et post-récolte (septembre à décembre), les ménages pauvres seront en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC).

    Pour en savoir plus, voir la totalité de la Mise à jour de juillet 2014 concernant le suivi à distance du Sénégal.

    Sierra Leone
    • La pluviométrie moyenne cumulative est supérieure à la moyenne depuis avril garantissant ainsi un bon développement phénologique des cultures avec la perspective de bénéficier d’une récolte moyenne.
    • La disponibilité de la main d’œuvre agricoles (désherbage, récolte), l'emploi local, la vente de charbon de bois, et le petit commerce sont normaux et peuvent fournir un revenu pour les ménages qui dépendent du marché pendant la période de soudure de mai à juillet.
    • Pas d'anomalies significatives ou susceptibles d'affecter la sécurité alimentaire en Sierra Leone entre juillet et décembre 2014. En conséquence, la phase Minimal (Phase 1 de l’IPC) de l'insécurité alimentaire aiguë devra se maintenir d’ici à décembre.

    Pour en savoir plus, voir la totalité des Mise à jour de juillet 2014 concernant le suivi à distance de la Sierra Leone.

    1 Avec le suivi à distance, un analyste travaille habituellement à partir d’un bureau régional proche, comptant sur un réseau de partenaires pour les données. Par rapport aux pays ci-dessus où FEWS NET dispose d’un bureau local, les rapports concernant les pays suivis à distance peuvent être moins détaillés.


    Événements qui pourraient changer les perspectives

    Tableau 1 : Événements possibles au cours des six mois à venir qui pourraient changer le scénario le plus probable

    Zone

    Événement

    Impact sur les résultats de la sécurité alimentaire

    Sahel

    Un arrêt précoce des pluies en début septembre engendrant une non-maturation des pâturages et des récoltes

    • Des achats précoces dès septembre/octobre suite aux anticipations de profits par les commerçants, une forte pression de la demande supérieure à l’offre et des hausses de prix inhabituellement importantes diminuent l’accès alimentaire pour les ménages pauvres
    • Déplacement atypique des populations pastorales et des animaux
    • Baisse atypique de la consommation alimentaire
    • Augmentation des taux de malnutrition aiguë

    Sahel

    Invasion acridienne de grande envergure

    • Destruction massive des pâturages et des cultures
    • Rétention des stocks par les ménages producteurs et les commerçants et hausse prématurée des prix sur les marchés
    • Absence de récoltes et prolongation des conditions de soudure dans les zones affectées
    • Baisse atypique de la consommation

    Nord du Mali, Nord-est du Nigeria, République Centrafricaine et zones frontalières

    Une aggravation des conflits en cours et une augmentation du nombre de personnes déplacées

    • Des perturbations croissantes sur les marchés locaux
    • Une pénurie alimentaire et des prix alimentaires élevés de manière atypique
    • La difficulté d’accès aux denrées alimentaires pour les ménages pauvres, les réfugiés et les déplacés internes
    • Besoins croissants de l’aide alimentaire pour les déplacés internes et les réfugiés
    Figures

    Figure 1

    Source:

    Afin d’estimer les résultats de la sécurité alimentaire pour les prochains six mois, FEWS NET développe les suppositions de base concernant les événements possible, leurs effets, et les réponses probables des divers acteurs. FEWS NET fait ses analyses basées sur ces suppositions dans le contexte des conditions actuelles et les moyens d’existence locaux pour développer des scénarios estimant les résultats de la sécurité alimentaire. D’habitude, FEWS NET prévient du scénario le plus probable. Pour en savoir plus, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top