Skip to main content

Amélioration continue des conditions de sécurité alimentaire au Sahel

  • Perspectives sur la sécurité alimentaire
  • Afrique de l'Ouest
  • Août 2012 - Janvier 2013
Amélioration continue des conditions de sécurité alimentaire au Sahel

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Conditions actuelles de la sécurité alimentaire
  • Scénario le plus probable de la sécurité alimentaire de juillet à décembre 2011
  • Messages clé
    • Le niveau d’insécurité alimentaire  IPC Phase 3 : Crise qui prévalait dans la région le mois passé a actuellement baissé ou s’est stabilisé surtout dans les zones agropastorales allant de la Mauritanie jusqu’au Tchad et dans les zones agricoles du Sahel est allant du centre est du Niger vers le Tchad.  

    • La campagne agricole progresse normalement  au Sahel et en Afrique de l’Ouest et les premières récoltes ont débuté de manière générale dans la zone bimodale et localement au Sahel. La sécurité alimentaire est en nette amélioration. Toutefois, l’assistance alimentaire devrait être maintenue d’ici septembre pour compenser les effets des prix élèves et de la faiblesse des stocks des ménages très pauvres et pauvres.

    • La menace des criquets pèlerins dans les zones agricoles et pastorales demeure toujours malgré une accalmie de son développement observée en juillet.   En face des grandes incertitudes sur le mouvement des criquets, les efforts continuent aux niveaux des pays à risque à prospecter et traiter les zones d’activité acridienne. 

    • Le scenario le plus probable d’ici décembre est que les indicateurs de sécurité alimentaire devraient rentrer aux niveaux normaux suite à une bonne récolte, même si les prix céréaliers restent légèrement ou modérément élevés par rapport aux tendances typiques saisonnières.  La continuation de l’assistance, la reprise du travail agricole et le réapprovisionnent des stocks céréaliers  contribueront au rétablissement des tendances saisonnières normales qui correspondra à l’atteint d’IPC Phase 1 : Minimal insécurité alimentaire entre octobre et novembre dans la plupart de la région.


    Conditions actuelles de la sécurité alimentaire

    Progression de la saison

    Conformément aux prévisions saisonnières, la campagne agricole se déroule normalement. La pluviométrie du mois de juillet a été bonne dans l'ensemble assurant ainsi des conditions propices pour un bon développement des cultures et des pâturages dans toute la partie uni modale de l’Afrique de l’Ouest de la zone guinéenne aux confins nord du Sahel.  Les perspectives sont bonnes pour la continuité des pluies au moins jusqu’en fin aout. Les besoins en eau des cultures pourront être satisfaits tout au long de cette période.  Toutefois il est essentiel que les pluies continuent à être régulières et bien réparties dans le temps et l’espace conformément aux tendances saisonnières normales pour  s'attendre à de bonnes perspectives de récolte dans l'ensemble de la région. Si les pluies continuent selon ces tendances, les inondations et les retards d’installation de la saison, localement observés au Burkina Faso, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Nigeria et au Tchad auront  globalement un impact limité sur les bonnes productions en perspectives.

    La situation acridienne

    La situation acridienne au cours de ce mois a été relativement calme comparativement au mois de juin ayant coïncidé avec l’arrivée dans la région, des individus allochtones issus des résurgences ayant sévi en Algérie et en Libye. Toutefois, des conditions favorables au développement du criquet dans la région persistent toujours au Niger et au Mali et également en Mauritanie et au Tchad. En conséquence, l’intensification de la surveillance doit être maintenue dans toutes les zones favorables à la multiplication du criquet afin de mener à temps les opérations de lutte nécessaire pour préserver les cultures et les pâturages.

    Evolution de la situation alimentaire

    Le mois d’aout représente la fin définitive de la soudure dans les zones pastorales et bimodales. Cette année les productions pastorales et alimentaires dont les récoltes ont débuté et sont en générales bonnes à supérieures à la moyenne dans ces zones ce qui se traduit actuellement par une diminution de l’insécurité alimentaire. Il en est de même localement dans le Sahel est et au nord Nigeria. Les  nouvelles récoltes de tubercules, de maïs, de mil et d’arachide issues commencent à faire leur apparition sur  les marchés et dans les ménages, améliorant ainsi l’offre alimentaire dans la zone. Toutefois, le marché reste encore la principale composante d’approvisionnement des ménages avec le riz importé et les céréales traditionnelles fournies par les commerçants et quelques gros producteurs détenteurs de stocks dans les zones excédentaires. L’approvisionnement des marchés en ces produits alimentaires est globalement satisfaisant et les transferts sont régulièrement effectués des zones excédentaires vers les zones déficitaires à la faveur des différentiels de prix variant entre 10 et 105 francs par kilogramme toutes céréales confondues.

    Par ailleurs, avec la rapide reconstitution des pâturages dans plusieurs zones pastorales, on assiste à une restauration des productions animales et des revenus liés, en plus de la continuation de l’assistance alimentaire sous forme de distributions gratuites des vivres, de cash transferts,  de ventes à prix modéré et l’exonération des taxes pour les importations de céréales. Les effets positifs sur la sécurité alimentaire des différentes actions et améliorations du contexte,  ont été renforcé par une augmentation des opportunités de salariat agricole avec l’installation définitive de la campagne ce qui a permis une meilleure capacité d’ajustement pour les ménages pauvres.

    Le niveau d’l’insécurité alimentaire  IPC Phase 3 : Crise qui prévalait dans la région le mois passé a actuellement baissé ou s’est stabilisé surtout dans les zones agropastorales allant de la Mauritanie jusqu’au Tchad et dans les zones agricoles du Sahel est allant du centre est du Niger vers le Tchad.  Il demeure toutefois inchangé dans les zones de réception des refugiés/déplacées. 

    Les récoltes vont progressivement se renforcer et s’étendre le mois prochain. Les prix déjà globalement stables,  amorceront  leur  baisse  saisonnière  facilitant ainsi l’accès aux produits alimentaires à la majorité des ménages. Toutefois, malgré leur baisse, ils seront encore à un niveau au-dessus des moyennes saisonnières ce qui ne sera pas de nature à assurer un accès normal des ménages pauvres aux céréales. De ce fait, l’assistance devrait être maintenue d’ici septembre pour compenser les effets des à prix élèves et de la faiblesse des stocks des ménages très pauvres et pauvres.


    Scénario le plus probable de la sécurité alimentaire de juillet à décembre 2011

    Avec la bonne pluviométrie prévue pour la saison agricole 2012 et les indications actuelles d'un démarrage normal de la saison agricole à la fin de juillet, le bon développement des cultures jusqu’à présent observé, les hypothèses soutenant le scénario sur la période juillet à décembre 2011 se présentent comme suit :

    • Selon l’ACMAD, les précipitations de la saison 2012 seront moyennes à supérieures à la moyenne dans la majeure partie de la région, à l'exception du sud de la Mauritanie, le nord du Sénégal, et certaines parties du nord / ouest du Mali.  El Nino n'aura pas un impact significatif sur la saison 2012 en Afrique de l’Ouest. Actuellement la tendance est vers une pluviométrie supérieure aux prévisions même dans les zones comme le sud de la Mauritanie, le nord-ouest du Mali et le nord du Sénégal où une situation déficitaire est attendue;
    • En absence d’information courante concernant le comportement, l’emplacement, l’activité, et le mouvement des criquets pèlerins au Mali,  le scenario le plus probable suppose que l’arrivée éventuelle des criquets induise des pertes localisées sur les pâturages et les cultures, mais pas significatif au niveau régional.  Toutefois, compte tenu de l’évolution dynamique de cette potentielle menace, l’impact prévu pourrait changer rapidement. La mise à jour de cette hypothèse en fonction de la disponibilité d’information nouvelle pourrait changer le scenario.
    • Les saisons agricoles et pastorales seront normales et les résultats seront supérieurs à la moyenne dans la plupart des pays, même lorsque des précipitations inférieures à la moyenne sont attendues, à cause d’une pluviométrie qui sera en général bien répartie même dans les zones où les déficits pluviométriques sont attendus (Mauritanie).
    • Les prix des céréales resteront élevés au niveau régional, mais vont par la suite suivre les tendances saisonnières typiques, avec des prix commençant à baisser à l'approche de la récolte en octobre et continuer à baisser jusqu'à la fin de l'année. Ce scénario suppose qu’il n’y aura pas de perturbations majeures dans le système de commercialisation.
    • Au niveau régional, ces prix resteront stables mais à leurs niveaux actuellement élevés pendant toute la période de soudure (jusqu’en septembre 2012). A partir d’octobre et jusqu’ à décembre 2012, les prix vont continuer à baisser mais resteront plus élevés que la normale.
    • Continuation du statu quo en ce qui concerne la reprise du conflit a grande échelle au Mali. Même si l’insécurité générale continue à réprimer un retour a  l’activité économique, l’installation d’un nouveau gouvernement, on n’attend pas une dégradation globale de la situation politique ou de stabilité civile avant le fin décembre.

    Compte tenu de tout ce qui précède et sur le plan sécurité alimentaire, le scénario le plus probable pour la période juillet-décembre 2012, prévoit un retour globale des indicateurs d'insécurité alimentaire vers des niveaux normaux après la récolte de 2012, même si les prix des céréales restent légèrement ou modérément plus élevés que la moyenne saisonnière. Avec les bonnes récoltes en perspectives en 2012 et les revenus subséquents qui seront tirés des activités agricoles et de récoltes, les ménages pauvres et très pauvres de la région vont bientôt commencer à reconstituer leurs stocks alimentaires annuels.  Les exceptions seront les ménages agropastoraux et pastoraux du nord Mali, et les populations réfugiées en Mauritanie, au Niger et au Burkina Faso, qui pourraient ne pas bénéficier de ces bonnes perspectives car n’ayant pas été dans les conditions normales de conduite de leurs activités agro-pastorales et économiques. De ce fait, l'assistance humanitaire restera nécessaire pour éviter une dégradation de la sécurité alimentaire parmi ces populations jusqu'a la fin de 2012 au minimum.  Sur la base de ces éléments, les perspectives vont continuer à s’améliorer dans toute la région au fur et à mesure que les récoltes des productions précoces actuellement disponibles localement se généraliseront. La  Crise (Phase 3 de l’IPC) et le Précarité/Stress (Phase 2 de l’IPC) actuellement observée dans la région, va progressivement se dissiper et à partir de fin octobre/novembre et faire place à une situation de minime insécurité alimentaire (Figures 1 et 2).

    Zones géographiques

    Evénements possibles

    Impacts sur les conditions de sécurité alimentaire

    Afrique de l’Ouest

    Reprise du conflit malien et/ou continuation des flux des déplacements

    • Hausse de la demande humanitaire
    • Reprise des flux massifs  des refugies vers les  pays voisins
    • Non diminution significative de l’insécurité alimentaire dans les zones frontalières du conflit (Ouest du Niger, Nord Burkina Faso, Est de la Mauritanie)
    • Dysfonctionnement des marchés à nouveau, maintien des prix à un niveau élevé ou échec des systèmes commerciaux

    Bassin central et est

    Déficits localisés et adoption de mesures gouvernementales de plafonnement et de contrôle des prix

    • Augmentation de la spéculation et des pratiques anormales par les commerçants et les forces de l’ordre sur les routes ;
    • Prix au consommateur paradoxalement plus élevé que sans intervention

    Sahel

    Attaque acridienne non maitrisée en pleine saison agricole

    • Destruction des récoltes et des pâturages
    • Non reconstitution des stocks alimentaires, faible demande de main d’œuvre
    • Déplacement des populations vers les centres urbains et une insécurité alimentaire aiguë significativement plus important qu’anticipé dans le scénario le plus probable.

    Fin précoce de la saison des pluies en septembre 2012

    • Importantes pertes de productions et de pâturages. l
    • Prix pourraient être plus élevés que prévu dans le scénario le plus probable compte tenu de la diminution des récoltes,
    • Augmentation du comportement spéculatif des commerçants et l'augmentation des achats institutionnels au-delà de leur niveau optimal.
    Figures Calendrier saisonnier et événements critiques

    Figure 1

    Calendrier saisonnier et événements critiques

    Source: FEWS NET

    Anomalie du Cumul RFE – 1ère décade Avril – 1ère décade d’aout  par rapport à la moyenne 2007-2011

    Figure 2

    Anomalie du Cumul RFE – 1ère décade Avril – 1ère décade d’aout par rapport à la moyenne 2007-2011

    Source: FEWS NET/USGS

    Afin d’estimer les résultats de la sécurité alimentaire pour les prochains six mois, FEWS NET développe les suppositions de base concernant les événements possible, leurs effets, et les réponses probables des divers acteurs. FEWS NET fait ses analyses basées sur ces suppositions dans le contexte des conditions actuelles et les moyens d’existence locaux pour développer des scénarios estimant les résultats de la sécurité alimentaire. D’habitude, FEWS NET prévient du scénario le plus probable. Pour en savoir plus, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top