Skip to main content

Malgré les bonnes récoltes attendues, la sécurité alimentaire pourrait demeurée tendue localement dans les bassins est et ouest

  • Mise à jour des messages clés
  • Afrique de l'Ouest
  • Octobre 2017
Malgré les bonnes récoltes attendues, la sécurité alimentaire pourrait demeurée tendue localement dans les bassins est et ouest

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Dans le nord-est du Nigeria, l’aide alimentaire reste insuffisante et difficile à délivrer aux bénéficiaires au regard de la persistance de l’insécurité. Avec les restrictions de déplacements de population, de commerce et les retours de réfugiés du Niger et du Cameroun, les moyens d’existence restent grandement perturbés.  De nombreuses populations dans les Etats de Yobé, Adamawa et particulièrement dans celui de Borno restent affectées par l’insécurité alimentaire aiguë d'Urgence (Phase 4 de l’IPC) ou de Crise (Phase 3 de l’IPC). Toutefois, des populations civiles encore présentes dans les zones inaccessibles de l’Etat de Borno restent confrontées à un risque élevé de Famine (Phase 5 de l’IPC).

    • Dans l’Ouest de la Mauritanie, l’insécurité alimentaire de niveau Stress (Phase 2 de l’IPC) ou Crise (Phase 3 de l’IPC) affectera les ménages pauvres du fait de l’échec des cultures pluviales, la faible disponibilité en eau pour les cultures de décrue et les productions fourragères largement inférieures à la moyenne. Au Mali, l’épuisement précoce des stocks, la hausse des prix des céréales mettront les ménages pauvres des zones de lac de Goundam, par endroits dans le sahel occidental, du Gourma de Gao et de Tombouctou en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) d’avril à mai 2018. Il en sera de même au Tchad pour les ménages pauvres dans la zone du Lac Tchad, au Sud du Kanem and et du BEG, au Nord de Wadi Fira et Guera du fait de la soudure précoce en 2017, de la soudure pastorale précoce et rude et de la baisse du pouvoir d’achat. 

    • L’approvisionnement des marchés demeure satisfaisant et les récoltes en cours réduisent la demande marchande des ménages. Toutefois, les activités de marché restent perturbées dans les zones d'insécurité : région du Lac Tchad et au nord du Mali. Les flux commerciaux sont également restreints entre le Tchad et la Libye. En Mauritanie les échanges commerciaux le long de la frontière sénégalaise restent inférieurs à la normale en raison des mesures de contrôle douanier en place. Les prix des céréales devraient baisser et demeurer proches de la moyenne, sauf en Mauritanie et Nigeria où l'environnement macroéconomique et politique a fait monter les prix. 

    • Les infestations de chenilles dont Spodoptera frugiperda rapportées au Nigeria, Ghana, Togo, Benin, Niger, Burkina Faso, Tchad, Mali, Cote d’Ivoire et en Gambie semblent sous contrôle et les dégâts limités. Ainsi, les productions vivrières 2017/18 pourraient demeurées supérieures à la moyenne et contribuer  à amélioration de la situation alimentaire à partir d’octobre/novembre.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top