Skip to main content

L’insécurité alimentaire toujours élevée dans les zones exposées aux conflits

  • Mise à jour des messages clés
  • Afrique de l'Ouest
  • Décembre 2015
L’insécurité alimentaire toujours élevée dans les zones exposées aux conflits

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • La production céréalière prévisionnelle 2015/16 pour l’Afrique de l’Ouest (y inclus le Tchad), estimée en novembre par le CILSS, est de 63 630 000 tonnes en hausse de 12 pour cent par rapport à la moyenne. Cependant, le Tchad, la Guinée Bissau, la Gambie et le Ghana enregistrent des baisses de 10, 8, 4 et 2 pour cent respectivement. Ces baisses de production auront un impact limité sur la sécurité alimentaire excepté au Tchad.

    • Les marchés sont suffisamment approvisionnés et la pression de la demande est faible grâce aux nouvelles récoltes maintenant les prix stables par rapport à la moyenne. Toutefois, des hausses de 14 à 42 pour cent sont notées localement au Benin, Togo, Tchad, en Mauritanie et au Ghana où elles atteignent 80 pour cent en partie dues à la dépréciation de la monnaie locale. Ces hausses peuvent être source de préoccupations pour l’accès alimentaire si elles persistent pendant la période où les ménages sont plus dépendants du marché notamment à partir d’avril.

    • La consommation alimentaire continue de s’améliorer et de se diversifier pour la majorité des ménages au regard des bonnes récoltes en cours et de la mise en œuvre des stratégies habituelles de moyens d’existence. Par conséquent, l’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) est la plus répandue. Cette situation générale pourra se maintenir jusqu’en fin mars 2016.

    • Toutefois, quelques zones de Stress (Phase 2 de l’IPC) subsistent localement au Niger et en Mauritanie du fait des effets résiduels de la mauvaise saison précédente et de l’insécurité civile à l’est du Niger. Le Stress s’étendra entre janvier et mars 2016 aux zones mauvaises production pastorales en 2015 au Tchad, au Niger et au Mali.

    • Au nord-est du Nigeria et dans les zones contiguës au Niger et au Tchad, l’insécurité réduit les activités et l’accès alimentaire malgré les récoltes en cours. L’insécurité alimentaire du niveau Crise (Phase 3 de l’IPC) y persistera jusqu’en mars 2016 du fait des revenus et productions inférieurs à la moyenne et du mauvais fonctionnement des marchés. Il en est de même en République Centrafricaine avec la reprise des violences qui réduit la couverture de l’assistance humanitaire.

    • En Guinée, Sierra Leone et Liberia, Ebola tend vers sa fin. Avec les nouvelles récoltes et la normalisation continue des activités économiques, une insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) se maintiendra jusqu’en mars 2016 excepté en Sierra Leone où le Stress (Phase 2 de l’IPC) subsistera localement vu le pouvoir d’achat encore insuffisant pour permettre les dépenses de base non alimentaires des ménages.

    Figures

    Figure 1

    Source:

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top