Skip to main content

L’insécurité dans les zones à conflits et l’inflation des prix des denrées alimentaires pourraient affecter davantage la sécurité alimentaire des ménages

  • Mise à jour des messages clés
  • Afrique de l'Ouest
  • Avril 2021
L’insécurité dans les zones à conflits et l’inflation des prix des denrées alimentaires pourraient affecter davantage la sécurité alimentaire des ménages

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Les pluies modérées continuent toujours d’être enregistrés en avril dans la zone bimodale des pays du Golfe de Guinée. Les prévisions saisonnières de précipitation dans le Golfe de Guinée, élaborées par les centres régionaux (AGRHYMET, ACMAD) et nationaux indiquent pour la grande saison agricole des quantités de pluies équivalentes à supérieures aux moyennes saisonnières et des écoulements globalement moyens à excédentaires dans la plupart des bassins côtiers. Les prévisions globales actuellement disponibles par la NOAA suggèrent également des précipitations 2021 supérieures à la moyenne dans le Sahel. Ces conditions pluviométriques sont favorables pour une campagne agricole 2020-2021 moyenne ou au-dessus de la moyenne. Par ailleurs, les résultats définitifs de la campagne agricole 2020/21 révèlent une production céréalière au Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de 74,3 millions de tonnes, soit une stabilité comparée à la campagne écoulée et une hausse de 9 pour cent par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

    • La disponibilité en fourrages et en eau est globalement satisfaisante, mais l’accès aux pâturages demeure toujours limité dans plusieurs zones d’insécurité civile avec une concentration des animaux au niveau des zones plus sécurisées avec un risque de dégradation précoce des ressources. Cependant, le prix du bétail reste stable par rapport à la moyenne dans la région mais avec une tendance à la baisse pour les bovins surtout au Tchad et au Niger du fait de la diminution de la demande à l’exportation, principalement vers le Nigeria.

    • La persistance de l’insécurité et les conflits armés continuent d’entrainer de mouvements massifs de population dans la région avec, 1 754 223 personnes déplacées dans le Liptako-Gourma dont 65 pour cent au Burkina Faso et 5,194,998 personnes déplacées dans le bassin du lac Tchad dont 75 pour cent au Nigeria (OIM, Février-Mars 2021). Les moyens d’existence, les activités en lien avec les marchés et le commerce et l’accès aux services sociaux de base pour la plupart de ces déplacés sont fortement perturbés.

    • Des hausses importantes des prix des denrées alimentaires (plus de 30% voire plus par rapport à la moyenne quinquennale) sont observées dans plusieurs pays ou certains marchés de pays (Nigeria, Burkina Faso, Niger, Tchad et Cameroun). Les principales causes de cette flambée régionale des prix des denrées alimentaires dans la région sont les dépréciations de monnaies et inflations, surtout au Nigeria, et des productions proches de la moyenne ou en dessous de la moyenne face à des demandes de reconstitution des stocks supérieurs à la moyenne dans plusieurs pays de la région, qui ont été accentuées par les impacts des mesures de restriction de mouvement liée à la pandémie de la COVID-19. Avec le début du Ramadan prévu pour la mi- avril, des hausses plus importantes de prix pourraient être observées, notamment sur les produits frais locaux dont la demande sera plus élevée.

    • La majorité des zones restera en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en mai 2021 et Stress (Phase 2 de l’IPC) pour certaines y compris de nombreux ménages urbains durement touchés par les effets résiduels des mesures de restriction relatives à la COVID-19 (réduction de la mise en œuvre des moyens d’existence habituels, baisse des revenus et du pouvoir d'achat). La région de Diffa et l’extrême sud de la région de Maradi au Niger et la province du Sanmatenga au Burkina Faso, demeureront en Stress !  (Phase 2 de l’IPC) jusqu’en mai 2021 grâce aux assistances alimentaires. La Crise (Phase 3 de l’IPC) qui prévaut actuellement dans le nord et le nord-est du Burkina Faso, la région de Tillabéry et le nord de Tahoua au Niger, la région du Lac au Tchad, le nord-ouest et le nord-est du Nigeria, le nord de l’Extrême Nord du Cameroun et en Centrafrique du fait de la persistance des conflits, persistera jusqu’en septembre. La Crise (Phase 3 de l’IPC) qui affecte le Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun jusqu’en juin pourrait évoluer en Stress (Phase 2 de l’IPC) en juillet avec les nouvelles récoltes. Au Nigeria, les PDI dans les camps situés dans les zones inaccessibles près du bassin du Lac Tchad seraient en insécurité alimentaire d’Urgence (Phase 4 de l’IPC) où l’accès à la nourriture et aux revenus est très limité, en plus d’un accès humanitaire réduit.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top