Skip to main content

La persistance des conflits armés dans le Liptako Gourma réduit les activités de moyens d’existence des ménages

  • Mise à jour des messages clés
  • Afrique de l'Ouest
  • Mai 2023
La persistance des conflits armés dans le Liptako Gourma réduit les activités de moyens d’existence des ménages

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Des pluies modérées ont intéressé en Mai, les zones soudaniennes des pays du Sahel, permettant d’engager les semis qui se poursuivront grâce aux précipitations moyennes attendues au cours de la première moitié de Juin. Les prévisions pluviométriques de la NOAA qui indiquent des cumuls saisonniers moyens à supérieurs à la moyenne dans les pays du Sahel sont favorables à une bonne campagne agricole 2023/24, avec toutefois de possibles inondations localisées le long des fleuves Niger, Bénoué, Sokoto, Komadougu, Chari et Logone.

    • Malgré les bonnes perspectives pluviométriques, des récoltes inférieures à la moyenne sont attendues cette année dans les zones affectées par les conflits armés et les déplacements de populations du fait principalement, de l’accès réduit aux champs et aux intrants agricoles. Il s’agit du bassin du Lac Tchad, la région du Liptako-Gourma, le nord-ouest et le centre-nord du Nigéria et les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. Cette situation est davantage préoccupante dans la zone du Liptako Gourma, où l’intensification des offensives militaires au Mali et au Burkina Faso engendre des repressions sur les populations civiles par les groupes armés, et de nouveaux déplacés en ce début de campagne agricole.   

    • Les prix des céréales au Sahel ont augmenté entre mars et avril en raison de l'épuisement saisonnier des stocks des ménages, de la dépendance accrue au marché et de la demande accrue pendant le Ramadan. Ils restent nettement supérieurs à la moyenne en raison de facteurs tels que la baisse des stocks, les coûts de production élevés, les restrictions sur les exportations de céréales, les prix mondiaux élevés des produits de base et l'insécurité et les conflits en cours. Néanmoins, les prix dans les zones de production ont été inférieurs à ceux de l'année précédente, reflétant le rebond de la production. Dans les pays côtiers du golfe de Guinée, les prix sont restés également supérieurs à la moyenne en raison de la forte demande, des prix internationaux élevés, des coûts de production élevés et des taux de change plus bas. Au Nigéria, les défis macroéconomiques ont persisté, l'inflation atteignant un sommet en 18 ans. En revanche, la disponibilité de la trésorerie s'est sensiblement améliorée parallèlement aux activités de marché. Les prix resteront supérieurs à la moyenne tout au long de la campagne de commercialisation en raison de la baisse de l'offre, de la stabilité de la demande et des coûts de transaction élevés.

    • La majorité des zones restera en insécurité alimentaire Stress (Phase 2 de l’IPC) ou Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en septembre 2023. Dans les zones affectées par l’insécurité civile, l’insécurité alimentaire Crise (Phase 3 de l’IPC) qui est en cours, notamment dans les provines du Kossi, Sourou, Séno, Yatenga, Bam, nord du Namentenga, Komondjari, Gourma au Burkina Faso, le Nord et l’ouest des régions de Tahoua at Tillabéry au Niger, les régions de Kanem, Bar el Gazel, nord du Guera au Tchad, dans le sud des régions de Gao, Mopti et Tombouctou au Mali, l’Etat de Borno, et des portions de Yobé, Sokoto, Zamfara, Katsina, Niger et Kaduna au Nigéria, et dans l’Extrême Nord du Cameroun persistera jusqu’en septembre 2023. De juin à Septembre, la Crise (Phase 3 de l’IPC) s’étendra à d’autres provinces au Burkina Faso (Sanmatenga, Gnagna, Tapoa, Kompienga), à la région du Lac au Tchad et à d’autres LGAs dans les Etats ci-dessus cités au Nigeria. Dans les régions du Nord-ouest et Sud-ouest au Cameroun l’insécurité alimentaire Crise (Phase 3 de l’IPC) connaitra une légère amélioration à partir de Juin/Juillet grâce aux nouvelles récoltes qui permettront aux ménages d’évoluer en Stress (Phase 2 de l’IPC).

    • Les niveaux d’Urgence (Phase 4 de l’IPC) actuellement observés dans les provinces du Loroum, Soum, Oudalan et Yagha au Burkina Faso persistera jusqu’en septembre 2023. Dans la commune de Djibo où les PDIs et les ménages hôtes vivent une situation d’Urgence (Phase 4 de l’IPC) prolongée, des populations seraient en Catastrophe (Phase 5 de l’IPC). De juin à Septembre, les résultats d'urgence (Phase 4 de l'IPC) sont probables à Ménaka au Mali, et dans les LGA inaccessibles des Etats du Nord-est et du Nord-ouest du Nigeria, où les ménages devraient avoir des stocks alimentaires limités et un accès limité aux marchés et à l'aide humanitaire.

    Citation recommandée : FEWS NET. Afrique de l'Ouest. Messages Clés : La persistance des conflits armés dans le Liptako Gourma réduit les activités de moyens d’existence des ménages, 2023.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top