Skip to main content

La persistance de l’insécurité et la hausse des prix continuent de limiter l’accès alimentaire des ménages dans les zones de conflits

  • Mise à jour des messages clés
  • Afrique de l'Ouest
  • Avril 2024
La persistance de l’insécurité et la hausse des prix continuent de limiter l’accès alimentaire des ménages dans les zones de conflits

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Des pluies modérées enregistrées en avril dans le nord des pays du Golfe de Guinée y ont permis la poursuite des semis. Ces pluies ont également intéressé quelques zones à l’extrême sud du Mali et ouest du Burkina Faso où les conditions d’humidité étaient réunies pour des semis en avril. En général, la préparation des sols est en cours dans les zones soudaniennes des pays du Sahel et davantage de semis seront possibles dès le mois de mai. Sur le plan pastoral, les conditions d’élevage restent marquées l’amenuisement des pâturages dans les zones sahéliennes, la baisse du niveau d’eau au niveau de certains fleuves et points d’eau. Cette situation reste davantage préoccupante dans les zones pastorales du Niger, Tchad, Mauritanie, Mali et Sénégal qui ont enregistré de très faibles productions de pâturages. Il en résulte une dégradation de l’état corporel du bétail et une baisse des prix, surtout pour les petits ruminants. L’accroissement de la demande pour la Tabaski en juin pourra rehausser les prix, mais cela ne sera pas profitable aux ménages pauvres dans les zones en proie à l’insécurité du fait des faibles effectifs. 
    • La crise sécuritaire persiste au Sahel et continue d’entrainer des mouvements des populations, même si des retours de déplacés sont de plus en plus enregistrés par endroits. En avril 2024, 3 135 099 personnes déplacées sont enregistrées dans le Sahel central et le Liptako-Gourma, dont 67 pour cent au Burkina Faso, et 6 089 049 personnes déplacées dans le bassin du Lac Tchad dont 74 pour cent au Nigeria (IOM). Les moyens d’existence, les activités en lien avec les marchés, le commerce, les mouvements de transhumance ainsi que l’accès aux services sociaux de base sont fortement perturbés dans ces zones. On observe de plus en plus une extension de cette crise sécuritaire vers les pays côtiers (Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo et le Bénin) avec environ 119 839 personnes déplacées évalué en avril 2024 (OIM).
    • Les prix des céréales sont restés stables ou en hausse de mars à avril 2024 sous l’effet de l’épuisement saisonnier des stocks et de l’augmentation de la demande. Les prix sont restés nettement supérieurs à leurs moyennes quinquennales du fait des approvisionnements réduits, des stocks limités, des énormes coûts de production et de transport, de l'insécurité et de la persistance des restrictions transfrontalières. Les prix ont également dépassé leurs niveaux de l’année précédente au Niger en raison d'importants déficits, et dans certaines parties du Tchad en raison de l’augmentation des coûts de transport et de la demande liée à l’afflux de réfugiés en provenance du Soudan voisin. Au Nigeria, l’inflation globale s’est accélérée pour le 16ème mois consécutif, atteignant 33,69 pour cent en avril 2024, un record de près de 30 ans dans un contexte de dépréciation du naira et de hausse des prix du carburant. Les prix devraient rester supérieurs à la moyenne dans toute la région jusqu’à la fin de la soudure.
    • La majorité des zones restera en insécurité alimentaire Stress (Phase 2 de l’IPC) ou Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en septembre 2024. Dans les zones affectées par l’insécurité civile, l’insécurité alimentaire Crise (Phase 3 de l’IPC) qui est en cours, notamment dans les provines du Kossi, Sourou, Yatenga, Séno, Sanmatenga, nord du Bam, nord du Namentenga, Komondjari, Gourma Tapoa et Kompienga au Burkina Faso, le Nord et l’ouest des régions de Tahoua at Tillabéry au Niger, les régions de Kanem, Bar el Gazel, Borkou, Tibesti, Ennedi Est et Ouest, Wadi Fira, Ouaddaî et Sila au Tchad, le Sud de la région de Gao au Mali, l’Etat  de Borno, et des portions de Yobé, Sokoto, Zamfara, Katsina, Kaduna et Plateau au Nigéria, et dans l’Extrême Nord du Cameroun persistera jusqu’en mai 2024. De juin à septembre, la Crise (Phase 3 de l’IPC) s’étendra à d’autres provinces au Burkina Faso (Bam, Gnagna, Koulpelogo), à la région de Hadjer Lamis au Tchad et à d’autres LGAs dans les Etats ci-dessus cités et celui du Niger au Nigeria. Dans les régions du Nord-ouest et Sud-ouest au Cameroun l’insécurité alimentaire Crise (Phase 3 de l’IPC) connaitra une légère amélioration à partir de Juin/Juillet grâce aux nouvelles récoltes qui permettront aux ménages d’évoluer en Stress (Phase 2 de l’IPC). 
    • Le niveau d’Urgence (Phase 4 de l’IPC) actuellement observé dans les provinces du Lorum, Soum, Oudalan et Yagha au Burkina Faso, à Ménaka au Mali, et dans les LGA inaccessibles des Etats du nord-est du Nigeria (Abadam, Guzamala, Marte, Bama) au Nigeria se maintiendra jusqu’en septembre du fait des stocks alimentaires limités des ménages, et leur accès limité aux marchés et à l'aide humanitaire. A partir de juin, ce niveau d’insécurité alimentaire gagnera la province du Séno actuellement en Crise (Phase 3 de l’IPC), dans la région du Sahel au Burkina Faso. Toutefois, l’insécurité alimentaire d’Urgence (Phase 4 de l’IPC) demeure la plus probable, compte tenu de l’épuisement de la plupart des sources de revenus et des gaps persistants de consommation. Ces résultats s’aggraveront pendant la soudure, avec une expansion de zones en Urgence (Phase 4 de l’IPC) à travers le nord du pays, ainsi qu’une augmentation de populations en Catastrophe (Phase 5 de l’IPC) dans les zones les plus inaccessibles, ainsi qu’à Ménaka au Mali.

    Citation recommandée: FEWS NET. Afrique de l'Ouest Mise à jour des messages clés Avril 2024: La persistance de l’insécurité et la hausse des prix continuent de limiter l’accès alimentaire des ménages dans les zones de conflits, 2024.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top