Skip to main content

Probabilité d’une période de soudure pastorale prolongée et de faibles opportunités de travail agricole si la saison des pluies est médiocre

  • Alerte
  • Afrique de l'Ouest
  • Mai 4, 2015
Probabilité d’une période de soudure pastorale prolongée et de faibles opportunités de travail agricole si la saison des pluies est médiocre

Télécharger le rapport

  • Sommaire

  • Sommaire

    Les niveaux de production des cultures 2014/15 et les conditions pastorales médiocres contribuent à réduire l’accès alimentaire des ménages pauvres dans les zones agropastorales du centre-sud de la Mauritanie et dans le nord et le centre du Sénégal. Dans les conditions actuelles, environ 1,25 million de personnes devraient faire face à l’insécurité alimentaire de type Crise (Phase 3 de l’IPC) ou pire entre mai et septembre 2015, avec beaucoup d’autres ménages en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC). Plusieurs centres météorologiques (ECMWF, IRI, UK MET) prévoient actuellement une saison des pluies médiocre entre juin et septembre 2015 qui, si ces projections se réalisaient, pourrait avoir un impact négatif sur les opportunités de revenu pour les ménages pastoraux et agropastoraux, et contribuer à aggraver l’insécurité alimentaire. Même si les prévisions des pluies sont encore incertaines, une planification urgente précoce est nécessaire afin d’atténuer les besoins d’aide plus importants d’ici au mois de septembre 2015, selon ce scénario. 

    Dans des zones de la Mauritanie et du Sénégal qui avaient reçu peu de pluies l’année dernière, la production agricole 2014/15 a baissé de 30 à 80 pour cent par rapport à la moyenne. Les stocks alimentaires des ménages se sont épuisés plus tôt que d’habitude prolongeant ainsi la période au cours de laquelle les ménages dépendent des achats sur le marché pour satisfaire leurs besoins alimentaires. Des revenus inférieurs à la moyenne provenant de la vente des cultures et une disponibilité réduite du lait limitent également leur accès alimentaire. Pour s’adapter, les ménages vendent du bétail supplémentaire, augmentent les niveaux d’endettement, s’engagent de plus en plus dans le travail salarié, la migration, la pêche et la vente de produits forestiers (charbon de bois, etc.) et réduisent la quantité et la qualité de leurs repas. Même si la prochaine saison des pluies de juin à septembre est relativement normale, les régions affectées seront en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) ou de Crise (Phase 3 de l’IPC) d’ici à la reprise de la régénération des pâturages en juillet dans les zones pastorales et aux premières récoltes des cultures n’auront lieu qu’en septembre ainsi que dans les zones agropastorales. Un petit nombre de ménages très pauvres seront aussi en insécurité alimentaire d’Urgence (Phase 4 de l’IPC), particulièrement en Mauritanie. 

    Les résultats des sécurités alimentaires projetées sont, cependant, en partie tributaire de la performance de la prochaine saison des pluies et les modèles actuelles de précipitation saisonnière à moyen terme indiquent que leurs prévisions sont mitigées pour la saison à venir. Plus particulièrement, les prévisions d'avril 2015 de l'Ensemble multi-modèle d'Amérique du Nord (NMME) n’indiquent aucune anomalie, alors que le Centre européen de prévision météorologique à moyen terme (ECMWF), l’UK Met Office, et de l'Institut international de recherche pour le climat et la société de l'université de Columbia (IRI) montrent toute une probabilité accrue de précipitations inférieures à la moyenne. L’UK Met et l’ECMWF, en particulier, indiquent une probabilité à plus de 50 pour cent de précipitations nettement inférieures à la moyenne dans certaines localités (Figure 1). 

    Même si ces prévisions sont encore incertaines, un début de saison médiocre pourrait entraîner une détérioration immédiate des résultats de l’insécurité alimentaire entre juin et septembre 2015. Pour les ménages qui dépendent des produits d’élevage pour leur nourriture et leurs revenus, la période de soudure pastorale pourrait se prolonger si les pâturages et les points d’eau ne sont pas régénérés normalement. De même, les possibilités d’emploi pourraient être inhabituellement limitées si des précipitations médiocres perturbent les activités agricoles, conduisant à  des revenus moindres pour les ménages agropastoraux pauvres dépendant du marché pour les besoins alimentaire pendant cette période. Dans le contexte de ce scénario, un nombre nettement plus important de ménages des zones agropastorales et pastorales du centre-sud de la Mauritanie ainsi que ceux du nord et du centre du Sénégal pourrait connaitre une insécurité alimentaire de type Crise (Phase 3 de l’IPC) entre juillet et septembre par rapport aux estimations actuels.

    Les distributions gratuites ou subventionnées de denrées alimentaires et d’aliment de bétail, ainsi que des programmes de prévention et de traitement de la malnutrition sont planifiés actuellement pour le Sénégal et la Mauritanie, mais ils pourraient ne pas répondre adéquatement aux besoins prévus entre mai et septembre 2015, même dans le cadre d’un scénario d’une pluviométrie sous régionale normale. Compte tenu de la possibilité d'une saison des pluies inférieures à la moyenne, les organismes d'intervention devraient commencer à élaborer des plans d'urgence pour atténuer les impacts potentiels sur la mortalité du bétail, la sécurité alimentaire et la nutrition. La fiabilité des prévisions saisonnières s’améliorera avec l'approche de la saison des pluies et donc les mises à jour de modèles climatiques actuels doivent être étroitement surveillés.

    Figures Figure 1.  Probabilité d’une sécheresse atypique (quartile de précipitation le plus faible) entre juillet et septembre 2015

    Figure 1

    Figure 1. Probabilité d’une sécheresse atypique (quartile de précipitation le plus faible) entre juillet et septembre 2015

    Source: UK MET

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top