Food Security Outlook Update

L’insécurité alimentaire toujours préoccupante dans les zones affectées par les conflits en RDC

December 2018

December 2018 - January 2019

Carte des résultats estimés plus probables de la sécurité alimentaire, octobre 2018 à janvier 2019: Crise (Phase 3 de l'IPC)  en l'Est et la region des Kasai, Stress (Phase 2 de l'IPC) dans le sud est. Minimale (Phase 1 de l'IPC) dans le nord

February - May 2019

Carte des résultats estimés plus probables de la sécurité alimentaire, février à mai 2019: Crise (Phase 3 de l'IPC)  en l'Est et la region des Kasai, Stress (Phase 2 de l'IPC) dans le sud est. Minimale (Phase 1 de l'IPC) dans le nord

IPC 2.0 Acute Food Insecurity Phase

1: Minimal
2: Stressed
3: Crisis
4: Emergency
5: Famine
Not mapped
Would likely be at least one phase worse without current or programmed humanitarian assistance
FEWS NET classification is IPC-compatible. IPC-compatible analysis follows key IPC protocols but does not necessarily reflect the consensus of national food security partners. FEWS NET only maps the Eastern half of DRC.

IPC 2.0 Acute Food Insecurity Phase

1: Minimal
2: Stressed
3: Crisis
4: Emergency
5: Famine
Not mapped
Would likely be at least one phase worse without current or programmed humanitarian assistance
FEWS NET classification is IPC-compatible. IPC-compatible analysis follows key IPC protocols but does not necessarily reflect the consensus of national food security partners. FEWS NET only maps the Eastern half of DRC.

IPC 2.0 Acute Food Insecurity Phase

1: Minimal
2: Stressed
3+: Crisis or higher
Would likely be at least one phase worse without
current or programmed humanitarian assistance
FEWS NET classification is IPC-compatible. IPC-compatible analysis follows key IPC protocols but does not necessarily reflect the consensus of national food security partners.
FEWS NET Remote Monitoring countries use a colored outline to represent the highest IPC classification in areas of concern.

IPC 2.0 Acute Food Insecurity Phase

Presence countries:
1: Minimal
2: Stressed
3: Crisis
4: Emergency
5: Famine
Remote monitoring
countries:
1: Minimal
2: Stressed
3+: Crisis or higher
Would likely be at least one phase worse without
current or programmed humanitarian assistance
Not mapped
FEWS NET Remote Monitoring countries use a colored outline to represent the highest IPC classification in areas of concern.

Key Messages

  • La saison agricole A 2018-2019 qui a commencé avec des retours tardifs des pluies par endroits dans les parties Nord-est et Centre-est du pays se poursuit normalement. A ce rythme de progression de la saison, on pourrait s’attendre à des récoltes vertes des vivriers qui interviendraient dès mi-décembre en fonction des dates de démarrage effectif de la saison. On estime que les effets de ces anomalies pluviométriques sur la production resteront faibles et pourront favoriser des récoltes moyennes.

  • La résurgence de conflits de succession coutumière appuyée par des groupes armés dans la chefferie de Nindja en territoire de Kabare au Sud-Kivu depuis octobre 2018, a occasionné des déplacements massifs des populations, avec près de 11 000 ménages déjà déplacés vers les localités de Luntukulu et Kalonge, en pleine saison culturale. Ces derniers n’espèrent à aucune récolte après l’abandon des champs et cela occasionnerait une production agricole en baisse dans cette zone en proie aux exactions quasi permanentes des groupes armés.

  • La Maladie à Virus Ebola (MVE) signalée depuis début août 2018 dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, prend de l’ampleur dans cette partie du pays et est devenue la plus grande épidémie de MVE dans l’histoire du pays. La situation épidémiologique en date du 9 décembre 2018 fait état de 494 cas avec 283 décès à ce jour. La persistance de cette épidémie dans ces zones fragilisées par des conflits armés pourrait à moyen terme, impacter négativement sur les moyens d’existence des ménages et limiter les échanges avec d’autres entités au cours des prochaines récoltes.

  • La RDC continue à recevoir les expulsés de l’Angola. Ces derniers se retrouvent plus dans les territoires de Kamonia et Luiza dans la région des Kasaï et dans la province de Kwilu. Depuis octobre 2018, on estime leur nombre à près de 370,000 personnes qui vivent dans une situation humanitaire précaire. En l’absence de toute assistance humanitaire, on pourrait à court terme, s’attendre à une situation d’insécurité alimentaire sans précèdent dans ces zones déjà fragilisées par les conflits inter ethniques.

SITUATION ACTUELLE

Evolution de la saison agricole : La récolte verte de la saison A de la campagne agricole 2018-2019 pourrait intervenir à la deuxième quinzaine de ce mois de décembre dans les parties Nord-est et Centre-est du pays. Ceci pourrait se relayer aux mois de janvier et février 2019 avec des grandes récoltes de la saison. Les stocks au niveau des ménages seront suffisants pendant cette période. Cependant, la durée des stocks pourrait s’averer plus courte que d’habitude dans la mesure où la production durant cette saison est estimée inférieure à la moyenne.

Situation des marchés : En raison du niveau de production inférieur à la moyenne, la disponibilité alimentaire sur les marchés locaux est faible. En outre, les restrictions sur les importations à partir des pays voisins notamment la Zambie et la Tanzanie ont également réduit cette faible disponibilité et impacté sur les prix des principaux produits alimentaires de base sur des nombreux marchés locaux dans la partie Sud-est du pays. Les hausses des prix sont observées dans plusieurs régions du pays et plus accentuées dans le Sud Est. A Kamina par exemple, le prix de maïs au mois de juillet a connu une hausse de près de 20 pourcent par rapport au mois précédent.

Situation sécuritaire préparation aux prochaines électorales : La situation sécuritaire en République Démocratique du Congo continue d’être marquée par des crises multiformes aigües sur une large partie du territoire, qui se manifestent de manière variée dans diverses zones. Bien que durant cette période, on assiste dans certaines zones à l’amélioration du contexte sécuritaire qui favorise des mouvements de retour des populations notamment dans la région des Kasaï et la province de Tanganyika. Il conviendra de noter que la présence des populations expulsées en provenance de l’Angola impacte sur les moyens de subsistance des ménages dans les zones d’accueil surtout pendant cette période de soudure. En revanche on note une résurgence des violences dans d’autres parties du pays. En Ituri, les attaques des assaillants qui s’en prennent à l’armée nationale et aux populations deviennent de plus en plus intenses et régulières ces derniers jours notamment dans le territoire de Djugu et Irumu.

Dans le Nord Kivu, différents groupes armés locaux et étrangers s’affrontent avec l’armée nationale appuyée par les élements de la MONUSCO dans la zone dénommée triangle de la mort reliant Erengeti, Oicha et Beni. Par contre dans le Sud-Kivu, différents groupes Mai-Mai ont fait des incursions dans les territoires de Fizi et Kalehe. Toutes ces violences, ont entrainé une aggravation de la situation humanitaire qui était déjà précaire dans ces localités et l’augmentation du nombre des personnes déplacées qui fuyaient les affrontements, abandonnant leurs champs en pleine période culturale.

En outre, la RDC se prépare aux prochaines élections de fin décembre et se situe en période de propagande électorale. La façon dont ces élections vont se dérouler déterminera la suite de la période et partant, la situation de la sécurité alimentaire sur l’ensemble du pays.

La situation d’Ebola : En dépit de l’épidémie de la maladie à virus Ebola déclarée depuis août 2018 dans la zone de Beni-Butembo, cette dernière connait également des attaques récurrentes des groupes armés qui limitent l’accès des populations aux zones des cultures. Cette situation, au fil des mois, produira des effets negatifs sur la situation de la sécurité alimentaire dans cette zone jadis excédentaire. Selon les résultats de l’enquête menée par le PAM dans cette zone fragilisée par les conflits armés, et bien avant la crise d’Ebola, environ de 70 pourcent des ménages connaissaient une faim sévère et modérée.

La situation nutritionnelle : L’insécurité alimentaire prolongée qui sévit dans certaines parties de la RDC continue de détériorer la situation nutritionnelle des populations. Les enquêtes nutritionnelles effectuées dans plus de 47 entités administratives de juin àdécembre 2018, montrent que la prévalence de la malnutrition dépasse le seuil d’alerte (10 pourcent) dans 28 de ces entités (soit 60 pourcent). Dans la région des Kasaï, certaines zones de santé (Dibaya, Katende Lubunga, Mwethsi et Tshitenge) presentent une prévalence dépassant le seuil d’urgence (15 pourcent, classification OMS).

Assistance humanitaire : Les acteurs humanitaires commencent progressivement à apporter leurs appuis aux populations dans les zones affectées. Cependant, le niveau d’assistance par rapport au besoin reste faible. A Djugu dans l’Ituri, on estime à moins de 17 pourcent des ménages en besoin pourront recevoir l’assistance pour la relance agricole.

SUPPOSITIONS MISE À JOUR

La situation actuelle n’a pas affecté les hypothèses utilisées dans le développement du scénario FEWS NET le plus probable pour la période d’octobre 2018 à mai 2019. Un examen complet du scénario est disponible dans le rapport sur les perspectives d’Octobre 2018 à Mai 2019 posté sur le site de FEWS NET.

PERSPECTIVES ESTIMÉES JUSQU'EN MAI 2019

La période de soudure qui a débuté précocement au mois d’aout 2018, va se poursuivre jusqu’ à la seconde quinzaine de décembre 2018, période au cours de laquelle on pourrait assister à des récoltes vertes des principaux vivriers qui pourront améliorer la consommation alimentaire des ménages dans le Nord-est et Centre-est. Les grandes récoltes devront intervenir au mois de janvier et février 2019. Pendant cette période de décembre 2018 à mars 2019, les ménages pourront avoir une disponibilité alimentaire relative du fait que la production est estimée inférieure à la moyenne suite aux conséquences des crises et conflits qui empêchent aux populations de développer leurs moyens d’existence. Les stocks au niveau des ménages ne pourront pas couvrir plus de deux mois de consommation dans la quasi-totalité des ménages agricoles. De ce fait, la plupart de zones ne pourront pas changer de phase ? .

Dans la région des Kasaï, l’arrivée massive des populations expulsées de l’Angola qui partagent les mêmes ressources avec les autochtones pourrait exacerber le niveau d’insécurité alimentaire dans cette région en l’absence de toute assistance humanitaire. Pendant les deux mois de récolte (janvier et février 2019), les ménages agricoles pourront consommer leurs propres productions et à partir de mars, après épuisement des stocks de la saison agricole, ces derniers ainsi que les nouveaux arrivants pourront faire usage aux stratégies de survie de plus en plus dommageables. A partir de ce moment, les prix des denrées alimentaires seront en hausse, les ménages auront un faible accès à la nourriture, ce qui les pousseront à adopter de plus en plus des stratégies de survie. Dans cette région certaines zones seront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) et d’autres en situation de Crise (Phase 3 de l’IPC), surtout celles ayant connu des déplacements massifs de leurs populations et des zones d’accueil des personnes déplacées.

Dans la période considérée, les autres provinces notamment le Tanganyika, l’Ituri (Djugu), le Sud Kivu, le Maniema et une partie de la région des Kasaï resteront en phase de Crise (Phase 3 de l’IPC) alors quelques entités dans le Sud-est, et Centre-est (Nord-Kivu et Sud-Kivu) seront en Stress (Phase 2 de l’IPC).

About this Update

This monthly report covers current conditions as well as changes to the projected outlook for food insecurity in this country. It updates FEWS NET’s quarterly Food Security Outlook. Learn more about our work here.

About FEWS NET

The Famine Early Warning Systems Network is a leading provider of early warning and analysis on food insecurity. Created by USAID in 1985 to help decision-makers plan for humanitarian crises, FEWS NET provides evidence-based analysis on some 34 countries. Implementing team members include NASA, NOAA, USDA, and USGS, along with Chemonics International Inc. and Kimetrica. Read more about our work.

USAID logoUSGS logoUSDA logo
NASA logoNOAA logoKimetrica logoChemonics logo